Trois trios

Song Cycle by Florent Schmitt (1870 - 1958)

Word count: 229

1. Les tambours qui parlent [sung text not yet checked]

Crevez vos tambours, jolis capitaines !
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

This text may be copyright, so we will not display it until we obtain permission to do so or discover it is public-domain.

2. L'étang [sung text not yet checked]

Dans la nuit nous longeons la berge de l'étang
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

  • by René Chalupt (1885 - 1957), first published 1936, copyright ©

This text may be copyright, so we will not display it until we obtain permission to do so or discover it is public-domain.

3. D'un mille-pattes amoureux [sung text checked 1 time]

Lorsque le mille-pattes eut mis son pantalon
Il choisit deux cravates
Et parut au salon
Mille pattes tu délires aux musiques de nos lyres
Deux cravates, c'est beaucoup,
Eût on cinq fois deux cents pattes ;
Deux cravates c'est beaucoup
Quand on n'a pas plus d'un cou.
C'est beaucoup quand on a pas plus d'un cou !
On rit, on l'interpelle ;
Deux cravates, pourquoi ?
Mais songeant à sa belle,
Il voulait rester coi.
C'est un trop voyant mystère
On lui défend de sa taire.
Hélas,
L'une avait su lui plaire, dit-il, et je lui plu.
Mon infortune est clair ; l'amour a fui.
Elle ne m'aime plus.
Faut-il noyer pour ses charmes
Deux cravates dans les larmes ?
Deux cravates, c'est beaucoup trop
Et caetera, et caetera
A mon col j'ai mis l'une,
Mais l'autre est dans ma main
Ma belle ni la lune
Ne me verront demain
La lune ignore la peine
Dont vous avez l'âme en peine.
Deux cravates c'est beaucoup pour un seul cou
Tissu que je vais tendre,
Mon sort est assez long
Sers, cravate, à me pendre
Au lustre du salon.
Il expire et se balance
Sur les gouffres du silence.
Deux cravates c'est beaucoup
Eût on deux fois deux cinq cents pattes ;
Pour l'amour, c'est beaucoup
Et pour l'amour vraiment, c'est beaucoup,
C'est beaucoup de se serrer trop le cou.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]