The LiederNet Archive
WARNING. Not all the material on this website is in the public domain.
It is illegal to copy and distribute our copyright-protected material without permission.
For more information, contact us at the following address:
licenses (AT) lieder (DOT) net

Six nouvelles mélodies

Word count: 502

Song Cycle by Paul-Jean-Jacques Lacome d'Estalenx (1838 - 1920)

Show the texts alone (bare mode).

1. Vieilles amourettes [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Aux prés de l'enfance on cueille 
Les petites amourettes, 
Qu'on jette au vent feuille à feuille 
Ainsi que des pâquerettes. 

On cueille dans ces prairies 
Les voisines, les cousines, 
Les amourettes fleuries 
Et qui n'ont pas de racines. 

Ô douce gerbe liée 
Avec des rubans d'aurore, 
Fraîche rosée oubliée, 
Me parfumez-vous encore ? 

Hélas ! bouquets éphémères, 
Depuis celte heure lointaine 
Combien de larmes amères 
Ont coulé dans ma fontaine ! 

Des choses se sont passées 
Qui m'ont changé ma jeunesse 
Beaucoup trop, ô trépassées, 
Pour que je vous reconnaisse. 

Le dur amour qui ravage 
Dans mon cœur a pris racines, 
Gomme un grand rosier sauvage 
Aux épines assassines. 

Qu'ètes-vous près de ces roses 
Sanglantes, éblouissantes, 
pâquerettes écloses 
Dans les prés aux vertes sentes ? 

Qu'est votre parfum qui rôde 
Évaporé dans la brise. 
Près de l'odeur Acre et chaude 
Qui me pénètre et me grise ? 

Ô mignonnes marguerites, 
Enfantines amourettes, 
Hélas ! mes pauvres petites. 
Je ne sais plus qui vous êtes. 

Dans de vagues mausolées, 
Enfants blondes, rousses, brunes, 
Pour moi vous dormez voilées 
Au pays des vieilles lunes.


Confirmed with Les caresses, Nouvelle Édition, Paris, G. Charpentier, [no date], pages 75-77.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

2. Absence [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG ENG ENG GER GER ITA

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English [singable] (Samuel Byrne) , "Absence"
  • ENG English (Emily Ezust) , copyright © 2015
  • GER German (Deutsch) (Bertram Kottmann) , copyright © 2010, (re)printed on this website with kind permission
  • ITA Italian (Italiano) (Enrico Magnani) , "Assenza", copyright © 2007, (re)printed on this website with kind permission


Reviens, reviens, ma bien-aimée !
Comme une fleur loin du soleil,
La fleur de ma vie est fermée,
Loin de ton sourire vermeil.

Entre nos cœurs [tant de]1 distance ;
Tant d'espace entre nos baisers.
Ô sort amer! ô dure absence !
Ô grands désirs inapaisés !

[ ... ]
Au pays qui me prend ma belle, Hélas! si je pouvais aller ; Et si mon corps avait une aile Comme mon âme pour voler ! Par-dessus [les]2 vertes collines, Les montagnes au front d'azur, Les champs rayés et les ravines, J'irais d'un vol rapide et sûr. Le corps ne suit pas la pensée; Pour moi, mon âme, va tout droit, Comme une colombe blessée, [T'abattre]3 au rebord de son toit.
[ ... ]
Et dis, mon âme, à cette belle : «[Tu sais bien qu'il compte les jours!]4 Ô ma colombe! à tire d'aile, Retourne au nid de nos amours.»

View original text (without footnotes)

Confirmed with Théophile Gauthier, La comédie de la mort, Desessart editeur, Paris, 1838, page 283.

1 Berlioz: "quelle"
2 Bizet, David, Lavigne: "nos"
3 Berlioz, Pedrell: "S'abbatre"
4 Lavigne: appears as the last line of this verse.

Submitted by Emily Ezust [Administrator] and Pierre Mathé [Guest Editor]

3. Le bateau rose [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG ITA

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Corinne Orde) , "The pink boat", copyright © 2007, (re)printed on this website with kind permission
  • ITA Italian (Italiano) (Francesco Campanella) , "La barca rossa", copyright © 2013, (re)printed on this website with kind permission


Je m'embarquerai, si tu le veux,
Comme un gai marin quittant la grève,
Sur les flots dorés de tes cheveux,
Vers un paradis fleuri de rêve.

Ta jupe flottante au vent du soir
Gonflera ses plis comme des voiles,
Et quand sur la mer il fera noir,
Tes grands yeux seront mes deux étoiles.

Ton rire éclatant de vermillon
Fera le fanal de la grand'hune.
J'aurai ton ruban pour pavillon
Et ta blanche peau pour clair de lune.

Nos vivres sont faits et nos boissons
Pour durer autant que le voyage.
Ce sonts des baisers et des chansons
Dont nous griserons tout l'équipage.

Nous aborderons je ne sais où,
Là-bas, tout là-bas, sur une grève
Du beau pays bleu, sous un ciel fou,
Dans le paradis fleuri de rêve.


Confirmed with Les caresses, Nouvelle Édition, Paris, G. Charpentier, [no date], pages 68-69.


Submitted by Corinne Orde

Gentle Reminder
This website began in 1995 as a personal project, and I have been working on it full-time without a salary since 2008. Our research has never had any government or institutional funding, so if you found the information here useful, please consider making a donation. Your gift is greatly appreciated.
     - Emily Ezust

Browse imslp.org (Petrucci Music Library) for Lieder or choral works