You can help us modernize! The present website has been online for a very long time and we want to bring it up to date. As of April 17, we are $5,700 away from our goal of $15,000 to fund the project. The fully redesigned site will be better for mobile, easier to read and navigate, and ready for the next decade. Please give today to join dozens of other supporters in making this important renovation possible!

The LiederNet Archive
WARNING. Not all the material on this website is in the public domain.
It is illegal to copy and distribute our copyright-protected material without permission.
For more information, contact us at the following address:
licenses (AT) lieder (DOT) net

Chansons pour Hélène, 8ème recueil

Word count: 464

Song Cycle by André-Marie Cuvelier

Show the texts alone (bare mode).

1. La chanson de Barberine [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG GER

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Victoria de Menil) , "Handsome knight, you who leave for war", copyright ©, (re)printed on this website with kind permission


Beau chevalier qui partez pour la guerre,
Qu'allez-vous faire
Si loin d'ici ?
Voyez-vous pas que la nuit est profonde,
Et que le monde
N'est que souci ?

Vous qui croyez qu'une amour délaissée
De la pensée
S'enfuit ainsi,
Hélas ! hélas ! chercheurs de renommée,
Votre fumée
S'envole aussi.

Beau chevalier qui partez pour la guerre,
Qu'allez-vous faire
Si loin de nous ?
J'en vais pleurer, moi qui me laissais dire
Que mon sourire
Était si doux.


First published in La Quenouille de Barberine, a comedy in two acts, Éd. La Revue des Deux Mondes, 1835.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

2. D'un vanneur de blé, aux vent [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Translation(s): DUT ENG GER

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Jonathan Justman) , "From a winnower of wheat to the winds", copyright ©, (re)printed on this website with kind permission


À vous, [trouppe]1 légère,
  Qui d'aile passagère
    Par le monde volez,
Et, d'un sifflant murmure
  L'ombrageuse verdure
    Doulcement esbranlez,

J'offre ces violettes,
  Ces lis, et ces fleurettes,
    Et ces roses icy,
Ces vermeillettes roses,
  Tout freschement écloses,
    Et ces oeilletz aussi.

De vostre doulce halaine
  Éventez ceste plaine,
    Éventez ce séjour:
Ce pendant que j'ahanne
  À mon blé, que je vanne
    À la chaleur du jour.


View original text (without footnotes)
1 Moret: "ombre"; further changes may exist not shown above.
Modernized spelling:
À vous, trouppe légère,
  Qui d'aile passagère
    Par le monde volez,
Et, d'un sifflant murmure
  L'ombrageuse verdure
    Doucement ébranlez,

J'offre ces violettes,
  Ces lis, et ces fleurettes,
    Et ces roses ici,
Ces vermeillettes roses,
  Tout fraichement écloses,
    Et ces oeillets aussi.

De votre douce haleine
  Éventez cette plaine,
    Éventez ce séjour:
Ce pendant que j'ahanne
  À mon blé, que je vanne
    À la chaleur du jour.

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

3. S'il a dit vrai [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG

List of language codes

Authorship


Go to the single-text view

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , copyright © 2017, (re)printed on this website with kind permission


S'il a dict vray, seiche pour moy l'ombrage 
De l'arbre sainct, ornement de mes vers. 
Mon nom sans bruit erre par l'univers, 
Pleuve sur moy du ciel toute la rage. 
S'il a dict vray, de mes soupirs l'orage, 
De cruauté les durs rochers couvers, 
De desespoir les abismes ouvers, 
Et tout peril conspire en mon naufrage. 
S'il a menti, la blanche main d'yvoire 
Ceigne mon front des fueilles, que j'honnore: 
Les Astres soient les bornes de ma gloire. 
Le ciel bening me decouvre sa trace: 
Voz deux beaux yeux, deux flambeaux que j'adore, 
Guident ma nef au port de vostre grace.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

4. Ah ! Je vous pri', mes yeux [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG

List of language codes

Authorship


Go to the single-text view

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , copyright © 2017, (re)printed on this website with kind permission


Ah ! je vous pri', mes yeux, soyez-moi si courtois 
De me fournir de pleurs, n'épargnez la fontaine 
Qui ne tarit jamais de l'humeur de ma peine, 
Soyez-m'en libéraux, au moins a cette fois ! 

Je sens une douleur qui m'étoupe la voix, 
Qui me glace le sang et retient mon haleine ; 
Je vois déjà la mort cruelle qui me mène 
Où les simples bergers sont grands comme les rois. 

Cette douleur me vient d'une jalouse envie 
Que j'ai de voir, absent, les grâces de ma vie 
Avant que de mourir, et de baiser encor 

L'ivoire blanchissant de sa chaste poitrine, 
De voir ses yeux, sa main et sa marche divine, 
Puis, en baisant, mourir dessus ses lèvres d'or.


Confirmed with Les chefs-d'vre lyriques de Pierre de Ronsard et de son école, ed. by Auguste Dorchain, Paris, A. Perche, pages 88-89.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

5. De celui la pour lequel vais mourant [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Oh ! si j'estois en ce beau sein ravie
De celui là pour lequel vois mourant :
Si avec lui vivre le demeurant
De mes cours jours ne m'empeschoit envie :

Si m'acollant me disoit : chere Amie,
Contentons nous l'un l'autre, s'asseurant
Que ja tempeste, Euripe, ne Courant
Ne nous pourra desjoindre en notre vie :

Si de mes bras le tenant acollé,
Comme du Lierre est l'arbre encercelé,
La mort venoit, de mon aise envieuse :

Lors que souef plus il me baiseroit,
Et mon esprit sur ses levres fuiroit,
Bien je mourrois, plus que vivante, heureuse.


Modernized form:
Oh ! si j'étais en ce beau sein ravie
De celui-là pour lequel vais mourant ;
Si avec lui vive le demeurant
De mes courts jours ne m'empêchait envie ;

Si m'accolant, me disait : Chère Amie,
Contentons-nous l'un l'autre, s'assurant
Que jà tempête, Euripe, ni courant
Ne nous pourra déjoindre en notre vie ;

Si, de mes bras le tenant accolé,
Comme du lierre est l'arbre encercelé,
La mort venait, de mon aise envieuse,

Lors que souef plus il me baiserait,
Et mon esprit sur ses lèvres fuirait,
Bien je mourrais, plus que vivante, heureuse.

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

Gentle Reminder
This website began in 1995 as a personal project, and I have been working on it full-time without a salary since 2008. Our research has never had any government or institutional funding, so if you found the information here useful, please consider making a donation. Your gift is greatly appreciated.
     - Emily Ezust

Browse imslp.org (Petrucci Music Library) for Lieder or choral works