Trois poèmes galants

by André Jolivet (1905 - 1974)

Word count: 299

1. Sonnet à une lunaticque [sung text checked 1 time]

Il n’est point tant de barques à Venise,
D’huistres à Bourg, de lièvres en Champagne,
D’ours en Savoye et de veaulx en Bretagne,
De cygnes blancs le long de la Tamise,

Ny tant d’amours se traictant à l’église,
Ny différentz aux peuples d’Allemagne,
Ny tant de gloire à un seigneur d’Espagne,
Ny tant se trouve à la cour de feingtise,

Ny tant y a de monstres en l’Africque,
D’opinions en une Respublicque,
Ny de pardons à Rome un jour de feste,

Ny d’avarice aux hommes de praticque,
Ny d’arguments en une Sorbonnicque,
Que ma mye a de lunes dans la teste.

The text shown is a variant of another text.
It is based on

Go to the single-text view

Researcher for this text: François Le Roux

2. Épître imprécatoire [sung text checked 1 time]

Après ma mort, je te feray la guerre.
Et quand mon corps sera remis en terre
J’en souffleray la cendre sur tes yeulx
Et si mon âme est répétée aux Cieulx,

Crois seurement, dame très rigoreuse
Je t’envoyray flamme si chaleureuse,
De traicts à feu flamboyantz si très fort
Que tant vauldroit sentir armes de mort.

Et si je n’ay les droicts de bonne vie
Bien accompli, je courray, à l’envie,
Sans distinguer le temps ny la saison
Comme un garou autour de ta maison.

The text shown is a variant of another text.
It is based on

Researcher for this text: François Le Roux

3. Sonnet à Madeleine repentie [sung text checked 1 time]

Ici, d’un repentir célèbre et glorieux,
Madeleine à soi-même indulgente et cruelle,
Guérit de son péché la blessure mortelle
Et par ses larmes tire un nouveau feu des Cieux.

Son luxe converti se fait religieux.
L’esprit de ses parfums se fait dévot comme elle.
Ces rubis sont ardents de sa flamme nouvelle,
Et ces perles en fleurs se changent à ses yeux.

Beaux yeux, sacrés canaux d’un précieux déluge,
Innocents corrupteurs de votre amoureux Juge,
Ne seriez vous jamais sans flammes ni sans dards ?

Au moins pour le moment faites cesser vos charmes :
La terre fume encor du feu de vos regards.
Et déjà vous brûlez le Ciel avec vos larmes.

The text shown is a variant of another text.
It is based on

Researcher for this text: François Le Roux