The LiederNet Archive
WARNING. Not all the material on this website is in the public domain.
It is illegal to copy and distribute our copyright-protected material without permission.
For more information, contact us at the following address:
licenses (AT) lieder (DOT) net

Quarante mélodies

Word count: 7736

by Charles Marie Jean Albert Widor (1844 - 1937)

Show the texts alone (bare mode).

1. Nuit d'étoiles [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG ENG ENG GER

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English [singable] (Samuel Byrne) , "Starry night"
  • ENG English (Melissa Malde) , "Night of stars", copyright © 2009, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Leonard Lehrman) , "Night of stars", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission
  • GER German (Deutsch) [singable] (Bertram Kottmann) , copyright © 2017, (re)printed on this website with kind permission


Nuit d'étoiles, sous tes voiles,
sous ta brise et tes parfums,
Triste lyre qui soupire,
je rêve aux amours défunts.

La sereine mélancolie vient éclore
au fond de mon coeur,
Et j'entends l'âme de ma mie
Tressaillir dans le bois rêveur.

Dans les ombres de la feuillée,
Quand tout bas je soupire seul,
Tu reviens, pauvre âme éveillée,
Toute blanche dans ton linceuil.

[ ... ]

Note: in the original poem, the first stanza is a refrain.
At head of poem:
Je me promenais dans un jardin délicieux : sous
l'épais gazon on voyait des violettes et des roses
dont le doux parfum embaumait l'air. Un son doux et
harmonieux se faisait entendre, et une tendre clarté
éclairait le paysage. Les fleurs semblaient
tressaillir de bonheur et exhaler de doux soupirs.
Tout à coup, je crus m'apercevoir que j'étais 
moi-même le chant que j'entendais, et que je mourais.
  -- Hoffmann.

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

2. L'abeille [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


Dis-moi, gentille abeille,
où t'en vas-tu de si matin ?
Il fait nuit sombre et tout sommeille
Encore sur le coteau voisin.
Que cherches-tu ? Le miel ? Gourmande !
Ferme l'aile et repose-toi :
Tu le voles par contrebande!
J'en sais de meilleur, sur ma foi
Connaitrais-tu pas l'adorée
Qui règne à jamais sur mon coeur ?
Eh bien, sa bouche colorée
Est aussi fraîche qu'une fleur!
Et nul parfum, je le parie,
N'est aussi doux que le baiser
Des lèvresde ma blonde amie.
Si tu m'en crois, va t'y poser.


Submitted by Jacques L'oiseleur des Longchamps

3. À cette terre [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


À cette terre, où l'on ploie 
Sa tente au déclin du jour, 
Ne demande pas la joie. 
Contente-toi de l'amour ! 

Excepté lui, tout s'efface. 
La vie est un sombre lieu 
Où chaque chose qui passe 
Ébauche l'homme pour Dieu. 

[ ... ]
L'espoir c'est l'aube incertaine ; Sur notre but sérieux C'est la dorure lointaine D'un rayon mystérieux. C'est le reflet, brume ou flamme, Que dans leur calme éternel Versent d'en haut sur notre âme Les félicités du ciel.
[ ... ]
Va, si haut nul ne s'élève ; Sur terre il faut demeurer ; On sourit de ce qu'on rêve, Mais ce qu'on a, fait pleurer. [Puisqu'un Dieu saigne au Calvaire, Ne nous plaignons pas, crois-moi.]1 Souffrons ! c'est la loi sévère. Aimons ! c'est la douce loi. Aimons ! soyons deux ! Le sage N'est pas seul dans son vaisseau. Les deux yeux font le visage ; Les deux ailes font l'oiseau. Soyons deux ! - Tout nous convie À nous aimer jusqu'au soir. N'ayons à deux qu'une vie ! N'ayons à deux qu'un espoir ! Dans ce monde de mensonges, Moi, j'aimerai mes douleurs, Si mes rêves sont tes songes, Si mes larmes sont tes pleurs !

View original text (without footnotes)
1 omitted by Widor.

Submitted by Jacques L'oiseleur des Longchamps

4. Avril [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


L'oiseau gazouille, la feuille brille
Des frimas avril est vainqueur,
Et moi je t'aime, ô jeune fille,
C'est avril aussi dans mon cœur.

Les blés sont murs, le bois est sombre,
L'onde à peine a quelque fraicheur,
L'été partout fait chercher l'ombre,
C'est encore avril en mon cœur.

[ ... ]
Le ciel est gris , la plaine est blanche, L'hiver sévit dans sa rigueur, Dans les monts rugit l'avalanche, C'est toujours avril en mon cœur !

Submitted by Jacques L'oiseleur des Longchamps

5. Enfant de Catane [ sung text checked 1 time]

Subtitle: Sérénade

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


Enfant de Catane, dis-moi, qu'aimes-tu ?
Le vert platane de pampres vêtu ;
De l'ombre des arbres qu'agite le vent,
Au loin sur les marbres le tableau mouvant ;
Et des nuits sereines le calme enchanteur,
Et la lumineuse étoile du pays des amours.

N'est-il pas quelque enfant mignonne,
Dont le noir regard t'aît charmé ?
Non, Lorenzo n'aime personne,
Et de personne il n'est aimé !


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

6. Sunt lacrimae rerum [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


Ô mon divin amour, fleur belle entre les belles,
Rêve demeuré rêve, ô secret sans aveux,
Reste comme un bouquet de jeunes immortelles, 
  Reste sur mon sein douloureux !

[ ... ]
Sois ma fleur du désert au matin respirée ! Dans mes brûlants sentiers sois l'ombre et la fraicheur ; En [plein déchirement]1 sois ma fête ignorée, Ô relique de mon bonheur !
[ ... ]

View original text (without footnotes)

Confirmed with Revue Européenne: léttres, sciences, arts, voyages politique, Volume 16, Paris, Bureaux de la Revue Européenne, 1861, page 808.

1 Widor: "mon fatal exil"

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

7. Sois heureuse [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


    Sois heureuse, ô ma douce amie,
Salue en paix la vie et jouis des beaux jours ;
Sur le fleuve du temps mollement endormie,
    Laisse les flots suivre leur cours !

[ ... ]
Bientôt tu peux m'être ravie ; Peut-être, loin de toi, demain j'irai languir. Quoi, déjà tout est sombre et fatal dans ma vie ! J'ai dû t'aimer, je dois te fuir !
[ ... ]

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

8. L'aurore [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Linda Godry) , "Aurora catches fire", copyright © 2006, (re)printed on this website with kind permission


I
L'aurore s'allume ;
L'ombre épaisse fuit ;
Le rêve et la brume
Vont où va la nuit ;
Paupières et roses
S'ouvrent demi-closes ;
Du réveil des choses
On entend le bruit.

Tout chante et murmure,
Tout parle à la fois,
Fumée et verdure,
Les nids et les toits ;
Le vent parle aux chênes,
L'eau parle aux fontaines ;
Toutes les haleines
Deviennent des voix !

[ ... ]
III 9. Ô terre ! ô merveilles Dont l'éclat joyeux Emplit nos oreilles, Eblouit nos yeux ! Bords où meurt la vague, Bois qu'un souffle élague, De l'horizon vague Plis mystérieux !
[ ... ]
Saint livre où la voile Qui flotte en tous lieux, Saint livre où l'étoile Qui rayonne aux yeux, Ne trace, ô mystère ! Qu'un nom solitaire, Qu'un nom sur la terre, Qu'un nom dans les cieux !
[ ... ]

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

9. Aubade [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG ENG ENG ENG

List of language codes

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):


L'aube naît, et ta porte est close !
[Ma]1 belle, pourquoi sommeiller ?
À l'heure où s'éveille la rose
Ne vas-tu pas te réveiller ?

   Ô ma charmante, 
   Écoute ici 
   L'amant qui chante
   Et pleure aussi !

Toute frappe à ta porte bénie.
L'aurore dit : Je suis le jour !
L'oiseau dit : Je suis l'harmonie !
Et [mon cœur]2 dit : Je suis l'amour!

   Ô ma charmante, 
   Écoute ici 
   L'amant qui chante
   Et pleure aussi !

Je t'adore, ange, [et]3 t'aime, femme.
Dieu qui pour toi m'a complété
A fait mon amour [par]4 ton âme,
Et mon regard pour ta beauté !

   Ô ma charmante,
   Écoute ici 
   L'amant qui chante
   Et pleure aussi !


View original text (without footnotes)

Confirmed with Victor Hugo, Œuvres complètes, Volume 1, Bibliothèque de la Pléiade, Editions gallimard, 1964, page 876.

1 Donizetti: "Ô ma"
2 Gounod: "moi je"
3 Donizetti: "je"
4 The word "pour" appears here in many editions, and is used by Donizetti, Lalo, Godard, and perhaps others.

Submitted by Emily Ezust [Administrator] and Malcolm Wren [Guest Editor]

10. À toi [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


À toi ! toujours à toi ! Que chanterait ma lyre ?
À toi l'hymne d'amour ! à toi l'hymne d'hymen !
Quel autre nom pourrait éveiller mon délire ?
[Ai-je appris]1 d'autres chants ? [sais-je un]2 autre chemin ?

C'est toi, dont le regard éclaire ma nuit sombre ;
Toi, dont l'image luit sur mon sommeil joyeux ;
C'est toi qui tiens ma main quand je marche dans l'ombre,
Et les rayons du ciel me viennent de tes yeux !

Mon destin est gardé par ta douce prière ;
Elle veille sur moi quand mon ange s'endort ;
Lorsque mon cœur entend ta voix modeste et fière,
Au combat de la vie il provoque le sort.

N'est-il pas dans le ciel de voix qui te réclame ?
N'es-tu pas une fleur étrangère à nos champs ?
Sœur des [vierges]3 du ciel, ton âme est pour mon âme
Le reflet de leurs feux et l'écho de leurs chants !

Quand ton œil noir et doux me parle et me contemple,
Quand ta robe m'effleure avec un léger bruit,
Je crois avoir touché quelque voile du temple,
Je dis comme Tobie : Un ange est dans ma nuit !

Lorsque de mes douleurs tu chassas le nuage,
Je compris qu'à ton sort mon sort devait s'unir,
Pareil au saint pasteur, lassé d'un long voyage,
Qui vit vers la fontaine une vierge venir !

Je t'aime comme un être au-dessus de ma vie,
Comme une antique aïeule aux prévoyants discours,
Comme une sœur craintive, à mes maux asservie,
Comme un dernier enfant, qu'on a dans ses vieux jours.

Hélas ! je t'aime tant qu'à ton nom seul je pleure !
Je pleure, car la vie est si pleine de maux !
Dans ce morne désert tu n'as point de demeure,
Et l'arbre où l'on s'assied lève ailleurs ses rameaux.

Mon Dieu ! mettez la paix et la joie auprès d'elle.
Ne troublez pas ses jours, ils sont à vous, Seigneur !
Vous devez la bénir, car son âme fidèle
Demande à la vertu le secret du bonheur.


View original text (without footnotes)
1 Grast: "Ai-j'appris"
2 Grast: "Sais-j'un"
3 Grast: "anges"

Submitted by Johann Gaitzsch

11. Invocation [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


Tu me parles du fond d'un rêve
Comme une âme parle aux vivants.
Comme l'écume de la grève,
Ta robe flotte dans les vents.

[ ... ]
6. Sors du nuage, ombre charmante. O fantôme, laisse-toi voir! Sois un phare dans ma tourmente, Sois un regard dans mon ciel noir!
[ ... ]
11. Tu me dis de loin que tu m'aimes, Et que, la nuit, à l'horizon, Tu viens voir sur les grèves blêmes Le spectre blanc de ma maison. 6. Sors du nuage, ombre charmante. O fantôme, laisse-toi voir! Sois un phare dans ma tourmente, Sois un regard dans mon ciel noir! 2. Je suis l'algue des flots sans nombre, Le captif du destin vainqueur; Je suis celui que toute l'ombre Couvre sans éteindre mon coeur.
[ ... ]
8. Sois l'asile qui passe et se mêle Aux grandes vagues en courroux. Oh! viens! tu dois être bien belle, Car ton chant lointain est bien doux; 7. Cherche-moi parmi les mouettes! Dresse un rayon sur mon récif, Et, dans mes profondeurs muettes, La blancheur de l'ange pensif! 6. Sors du nuage, ombre charmante. O fantôme, laisse-toi voir! Sois un phare dans ma tourmente, Sois un regard dans mon ciel noir!
[ ... ]

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

12. Ave Maria [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: Latin

Translation(s): AFR DUT ENG FRE FRE ITA ITA ITA SPA SPA

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • AFR Afrikaans (Bible or other Sacred Texts) , "Wees gegroet Maria"
  • DUT Dutch (Nederlands) (Bible or other Sacred Texts) , "Wees gegroet, Maria"
  • ENG English (Bible or other Sacred Texts) , "Ave Maria"
  • SPA Spanish (Español) (Bible or other Sacred Texts) , "Dios te salve Maria"


Ave Maria gratia plena
Dominus tecum. 
Benedicta tu in mulieribus, 
Et benedictus fructus [ventris]1 tui Jesus.
Sancta Maria, [Mater Dei]2,
Ora pro nobis peccatoribus,
Nunc et in hora mortis nostrae.
[Ave Maria]3.


View original text (without footnotes)

See also Geert Cuypers's very informative Ave Maria Songs website.

1 omitted by Guarnieri, Nepomuceno, Villa-Lobos
2 not set by Gounod, Holst, Rossini.
3 Cherubini, Cserny, Guarnieri, Holst, Massenet, Mompou, Nepomuceno, Pejačević, Rheinberger, Rossini, Villa-Lobos: "Amen"; Jakobey: "Amen. Ave Maria."
Note: used as the basis for an acrostic in Marchetto da Padova's Ave Regina Celorum / Mater innocentie

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

13. Le soleil s'est couché [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées;
Demain viendra l'orage et le soir et la nuit;
Puis l'aube, et ses clartés de vapeurs obstruées!
Puis les nuits, puis les jours, pas du temps qui s'enfuit!

Tous ces jours passeront; ils passeront en foule
Sur la face des mers, sur la face des monts,
Sur les fleuves d'argent, sur les forêts, où roule
Comme un hymne confus des morts que nous aimons.

Et la face des eaux, et le front des montagnes,
Ridés et non vieillis, et les bois toujours verts
S'iront rajeunissant ; le fleuve des campagnes
Prendra sans cesse aux monts le flot qu'il donne aux mers.

Mais moi, sous chaque jour courbant plus bas ma tête,
Je passe et, refroidi sous ce soleil joyeux,
Je m'en irai bientôt, au milieu de la fête,
Sans que rien manque au monde immense et radieux!


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

14. S'il est un charmant gazon [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Translation(s): CHI ENG ENG ENG ENG GER ITA POL

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • CHI Chinese (中文) (Yen-Chiang Che) , "如果有一個迷人的草地", copyright © 2009, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Peter Low) , "If there be a lovely grassy plot", copyright © 2000, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English [singable] (Charles Fonteyn Manney) , "If I knew a meadow fair", first published 1911
  • ITA Italian (Italiano) (Enrico Magnani) , "Sogno d'amore", copyright © 2009, (re)printed on this website with kind permission


S'il est un charmant gazon
  Que le ciel arrose,
Où [brille]1 en toute saison
  Quelque fleur éclose,
Où l'on cueille à [pleine main]2
Lys, chèvrefeuille et jasmin,
J'en veux faire le chemin
  Où ton pied se pose !

[ ... ]
S'il est un rêve d'amour, Parfumé de rose, Où l'on [trouve chaque jour]3 Quelque douce chose, Un rêve que Dieu bénit, Où l'âme à l'âme s'unit, Oh ! j'en veux faire le nid Où ton cœur se pose !

View original text (without footnotes)
Confirmed with Poésies de Victor Hugo: Odes & Ballades, Les Orientales, Les Feuilles d'Automne, Les Chants du Crépuscule, Les Voix Intérieures, Les Rayons & Les Ombres, Paris, Hetzel, 1880, p. 67.

1 Fauré: "naisse".
2 d'Erlanger: "pleines mains".
3 d'Erlanger: "trouve à chaque pas".

Submitted by Ted Perry

15. Soupir [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


J'ai laissé de mon sein de neige
Tomber un œillet rouge à l'eau,
Hélas ! comment le reprendrai-je,
Mouillé par l'onde du ruisseau ?
Voilà le courant qui l'entraîne !
Bel œillet aux vives couleurs,
Pourquoi tomber dans la fontaine ?
Pour t'arroser j'avais mes pleurs !


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

16. Aimons toujours [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Aimons toujours! aimons encore!
Quand l'amour s'en va, l'espoir fuit.
L'amour, c'est le cri de l'aurore,
L'amour, c'est l'hymne de la nuit.

Ce que le flot dit aux rivages,
Ce que le vent dit aux vieux monts,
Ce que l'astre dit aux nuages,
C'est le mot ineffable: Aimons!

L'amour fait songer, vivre et croire.
Il a, pour réchauffer le coeur,
Un rayon de plus que la gloire,
Et ce rayon, c'est le bonheur!

[ ... ]
Venez à nous, beautés touchantes! Viens à moi, toi, mon bien, ma loi! Ange! viens à moi quand tu chantes, Et, quand tu pleures, viens à moi!
[ ... ]

Submitted by Jacques L'oiseleur des Longchamps

17. Le chasseur songe dans les bois [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


Le chasseur songe dans les bois
À des beautés sur l'herbe assises,
Et dans l'ombre il croit voir parfois
Danser des formes indécises.

Le soldat pense à ses destins
Tout en veillant sur les empires,
Et dans ses souvenirs lointains
Entrevoit de vagues sourires.

[ ... ]
Regarde-les, regarde encor Comme la vierge, fille d'Ève, Jette en courant dans les blés d'or Sa chanson qui contient son rêve !
[ ... ]
Tous, dans la joie ou dans l'affront, Portent, sans nuage et sans tache, Un mot qui rayonne à leur front, Dans leur âme un mot qui se cache.
[ ... ]
Le mot caché ne change pas. Dans tous les cœurs toujours le même ; Il y chante ou gémit tout bas ; Et ce mot, c'est le mot suprême !
[ ... ]
C'est l'hymne que le gouffre amer Chante en poussant au port des voiles ! C'est le mystère de la mer, Et c'est le secret des étoiles !
[ ... ]
Aimer, c'est avoir dans les mains Un fil pour toutes les épreuves, Un flambeau pour tous les chemins, Une coupe pour tous les fleuves !
[ ... ]
Que la foule, bien loin de nous Suive ses routes insensées. Aimons, et tombons à genoux, Et laissons aller nos pensées !
[ ... ]

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

18. Le bouquet [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


Oui je t'ai conservé, cher bouquet de verveines, 
Que ses petites mains laissèrent dans les miennes, 
  À l'heure triste du départ.
Fleurs d'un jour, ce jour-là si fraîches et pimpantes ! 
Vous courbez maintenant vos têtes languissantes,
  Et charmez encor mon regard. 

Je cherche vainement sur vos feuilles flétries 
La trace des baisers que ses lèvres chéries 
  Y mirent au dernier instant ! 
Le temps également de vos senteurs divines
A desséché la source au fond de vos poitrines... 
  Mais mon amour est persistant ! 

Durant mes longues nuits, quand tout dort et repose,
Auprès de moi je cherche aussi sa tête rose... 
  Déception et vain désir ! 
Dans mes yeux fatigués alors viennent des larmes,
Et j'éprouve pourtant, à ces vives alarmes,
  Un étrange et cruel plaisir ! 

Mais toi qui du bonheur me rappelles les heures,
Cher bouquet, sur mon sein je veux que tu demeures,
  Et, lorsque nous la reverrons, 
Comme preuve, au retour, du souvenir fidèle
Que mon cœur amoureux a si bien gardé d'elle,
  Dans ses mains nous te remettrons.


Confirmed with La première absence. Lettres en vers (Avril à Octobre 185...), Paris, Librairie des Bibliophiles, 1872, pages 84-85.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

19. Je ne veux pas autre chose [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


[ ... ]
Je ne veux pas d'autres choses Que ton sourire et ta voix, De l'air, de l'ombre et des roses, Et des rayons dans les bois ! Je ne veux, moi qui me voile Dans la joie ou la douleur, Que ton regard, mon étoile ! Que ton haleine, ô ma fleur ! Sous ta paupière vermeille Qu'inonde un céleste jour, Tout un univers sommeille. Je n'y cherche que l'amour !
[ ... ]
Ange aux yeux pleins d'étincelles, Femme aux jours de pleurs noyés, Prends mon âme sur tes ailes, Laisse mon coeur à tes pieds !

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

20. Le vase brisé [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG RUS

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "The broken vase", copyright © 2002, (re)printed on this website with kind permission


Le vase où meurt cette vervaine
D'un coup d'éventail fut fêlé;
Le coup dut l'effleurer à peine,
Aucun bruit ne l'a révélé.

Mais la légère meurtrissure,
Mordant le cristal chaque jour,
D'une marche invisible et sûre
En a fait lentement le tour.

Son eau fraîche a fui goutte à goutte,
Le suc des fleurs s'est épuisé;
Personne encore ne s'en doute,
N'y touchez pas, il est brisé.

Souvent aussi la main qu'on aime
Effleurant le coeur, le meurtrit;
Puis le coeur se fend de lui-même,
La fleur de son amour périt;

Toujours intact aux yeux du monde,
Il sent croître et pleurer tout bas
Sa blessure fine et profonde:
Il est brisé, n'y touchez pas.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

21. Contemplation [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Laura Prichard) , copyright © 2016, (re)printed on this website with kind permission


Mon bras pressait ta taille frêle 
Et souple comme [le]1 roseau;
Ton sein palpitait comme l'aile
D'un jeune oiseau!

Longtemps muets, nous contemplâmes
Le ciel où s'éteignait le jour.
Que se passait-il dans nos âmes?
Amour! Amour!

Comme un ange qui se dévoile,
Tu me regardais, dans ma nuit,
Avec ton beau regard d'étoile,
Qui m'éblouit.


View original text (without footnotes)
1 Lalo: "un"

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

22. Le plongeur [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


Le plongeur, sur qui la vague déferle,
m'a crié du fond des flots grondants :
« Contre Maria veux-tu cette perle ?»
Merci, fils ! j'en ai trente-deux : ses dents !

Hier la nuit brodait de soleils ses voiles,
le roi des Gypsis, montrant les cieux, m'a dit :
« Je la veux ! choisis deux étoiles »,
j'ai dit : « J'ai les deux plus belles : ses yeux !»

Elle ément la brute, et l'herbe et la pierre,
le portier du ciel m'a dit : « À mon tour, 
prends le paradis !» j'ai dit à St. Pierre :
« J'ai le paradis, puisque j'ai l'amour! »

« Tu fais bien, son ciel n'est guère enviable »,
m'a dit un Seigneur, parlant d'un ton doux ;
prends plutôt l'enfer !» J'ai dit: « Merci, diable !
j'ai l'enfer aussi, car je suis jaloux !»



Submitted by Emily Ezust [Administrator]

23. N'avez-vous point su les comprendre [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


N'avez-vous point su les comprendre 
Tous les soupirs que j'ai poussés ?...
N'auraient-ils pu se faire entendre, 
Ces pauvres soupirs oppressés ?...
Pour les compter, il faudrait prendre 
Les cailloux par les flots bercés ;
Leur nombre pourrait vous apprendre
Tous les soupirs que j'ai poussés.

N'avez-vous point su les comprendre 
Les pleurs que mes yeux ont versés ?...
Pourtant vous êtes douce et tendre !...
Pour les compter il faudrait prendre,
Aux blés, sur les champs entassés,
Un par un, les grains dispersés ;
Leur nombre pourrait vous apprendre
Tous les pleurs par mes yeux versés.

N'avez-vous point su les comprendre
Tous les battements empressés
Qu'en mon cœur vous pouviez entendre ?...
Pour compter ces coups insensés,
Des catacombes allez prendre
Les vieux ossements amassés ;
Leur nombre pourrait vous apprendre
Tous mes battements empressés.


Confirmed with Un rêve. Poëme par Sautter de Beauregard, Paris, Sandoz et Fischbacher, 1875, pages 13-14.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

24. Vieille chanson du jeune temps [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.


Je ne [songeais]1 pas à Rose ;
Rose au bois vint avec moi ;
Nous parlions de quelque chose,
Mais je ne sais plus de quoi.

J'étais froid comme les marbres ;
Je marchais à pas distraits ; 
J'ai parlais des fleurs, des arbres ;
Son &oeolig;il semblait dire : «Après ?»

La rosée offrait ses perles,
Le taillis ses parasols ;
J'allais ; j'écoutais les merles,
Et Rose les rossignols.

Moi, seize ans, et l'air morose,
Elle, vingt ; ses yeux brillaient,
Les rossignols chantaient Rose
Et les merles me sifflaient,

Rose droite sur ses hanches,
Leva son beau bras tremblant
Pour prendre une mûre aux branches ;
Je ne vis pas son bras blanc.

Une eau courait, fraîche et creuse,
Sur les mousses de velours ;
Et la nature amoureuse
Dormait dans les grands bois sourds.

Rose défit sa chaussure,
Et mit, d'un air ingénu,
Son petit pied dans l'eau pure ;
Je ne vis pas son pied nu.

Je ne savais que lui dire ;
Je la suivais dans les bois,
La voyant parfois sourire
Et soupirer quelquefois.

Je ne vis qu'elle était belle
Qu'en sortant des grands bois sourds.
« Soit, n'y pensons plus !» dit-elle.
Depuis j'y pense toujours.


View original text (without footnotes)
1 Reyer, Delibes: "pensais"

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

25. La captive [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Korin Kormick) , "The captive", copyright © 2003, (re)printed on this website with kind permission


Si je n'étais captive,
J'aimerais ce pays,
Et cette mer plaintive,
Et ces champs de maïs,
Et ces astres sans nombre,
Si le long du mur sombre
N'étincelait dans l'ombre
Le sabre des spahis.

Je ne suis point tartare
Pour qu'un eunuque noir
M'accorde ma guitare,
Me tienne mon miroir.
Bien loin de ces Sodomes,
Au pays dont nous sommes,
Avec les jeunes hommes
On peut parler le soir.

[Pourtant j'aime une]1 rive
Où jamais des hivers
Le souffle froid n'arrive
Par les vitraux ouverts.
L'été, la pluie est chaude,
L'insecte verte qui rôde
Luit, vivant émeraude,
Sous les brins d'herbe verts.

[ ... ]
Mais surtout, quand la brise Me touche en voltigeant, La nuit, j'aime être assise, Être assise en songeant, L'œil sur la mer profonde, Tandis que, pâle et blonde, La lune ouvre dans l'onde Son éventail d'argent.

View original text (without footnotes)
1 Monpou: "J'aimerais cette"

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

26. J'ai dit aux bois [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


J'ai dit aux bois toute ma peine,
Et les bois en ont soupiré ;
J'ai dit mon mal à la fontaine,
Et la fontaine en a pleuré;
Je l'ai dit à l'oiseau qui chante,
Et l'oiseau tristement s'est tu ;
Je l'ai dit à l'étoile ardente,
Qui par un signe a répondu ;
Je l'ai dit à la fleur cachée,
Dans l'herbe épaisse sous mes pieds ;
Je l'ai dit à la fleur penchée
Sur ma tête, dans mes sentiers :
Et vite elles ont sur ma plaie
Répandu, prises de pitié,
Fleurs du gazon ou de la haie,
Le parfum de leur amitié !
Ah ! lorsque toute la nature
Ainsi prend part à mes douleurs,
Quand le vent qui passe et murmure
Sur ton aile emporte mes pleurs,
Voudras-tu pas aussi m'entendre,
Réponds, toi qui les fais couler,
Et, plus douce alors et plus tendre,
Voudras-tu pas me consoler ?


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

27. Les étoiles [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


Vous qui voyez solitaire dans les nuits 
mon cœur élever de terre ses ennuis.
Lys de l'azur, pâles urnes, perles d'or, 
qui tombez des plus nocturnes quand tout dort.
Ô reines des heures sombres aux doux fronts,
Savez-vous ce qu'en nos ombres nous souffrons ?
Oui, ces pleurs, que le soir sème, sont à vous !
Mais coulent-ils pour vous-mèmes ou pour nous ?
Ah ! Si pour vous, mes étoiles sont vos pleurs,
mèlons sous les mèmes voiles nos douleurs 
dans vos calices de flamme fleurs du ciel,
Laissez puiser à mon âme votre miel
à mon cœur par la souffrance affaibli
versez un peu d'espérance ou d'oubli.




Submitted by Emily Ezust [Administrator]

28. Je pense à toi [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


Je pense à toi quand vient l'aurore ;
Quand la nuit vient, j'y pense encore ;
   Je pense à toi !... 
Daigne un instant, je t'en supplie,
Ô toi que jamais je n'oublie,
   Penser à moi ! 

À toi mon cœur ! À toi mon âme ! 
Mon être entier pour toi se pâme !
   Je suis à toi !...
Par pitié ! fais-moi dans ta vie,
La douce place que j'envie ;
   Donne-la-moi ! 

Ne sais-tu pas ? Je désespère ! 
Mais la souffrance encor m'est chère ;
   Elle est pour toi !... 
Oh ! qu'un jour ton âme attendrie 
Souffre aussi, saignante et meurtrie, 
   Souffre pour moi ! 

Alors qu'un songe me visite,
Qui vois-je apparaître bien vite ?
   C'est toujours toi !...
Laisse aussi parfois, je t'en prie, 
Laisse ta chaste rêverie
   Errer sur moi !


Confirmed with Un rêve. Poëme par Sautter de Beauregard, Paris, Sandoz et Fischbacher, 1875, pages 86-88.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

29. Albaÿdé [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "Albaÿdé", copyright © 2002, (re)printed on this website with kind permission


Je veille, et nuit et jour mon front rêve enflammé
    Ma joue en pleurs ruisselle,
Depuis qu'Albaydé dans la tombe a fermé
    Ses beaux yeux de gazelle.

Car elle avait quinze ans, un sourire ingénu,
    Et m'aimait sans mélange,
Et quand elle croisait ses bras sur son sein nu,
    On croyait voir un ange !

[ ... ]

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

30. Prière [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


Comme un enfant, ô divin Père,
Je veux t'invoquer. Ma prière
   Monte vers toi ! 
Répands, de ta main paternelle,
Beaucoup de ton bonheur sur Elle ;
   Un peu sur moi ! 

Que son âme vers toi s'élance,
Et qu'Elle vive en ta présence,
   Suivant ta loi ! 
Quand son amour à toi s'élève,
Fais-en retomber, comme un rêve, 
   Un peu sur moi !


Confirmed with Un rêve. Poëme par Sautter de Beauregard, Paris, Sandoz et Fischbacher, 1875, page 55.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

31. Chanson indienne [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Si tu savais que je t'adore, 
Comme l'étoile aime le ciel, 
Comme l'abeille du Mysore 
Aime la fleur où naît le miel, 
Tu viendrais, à l'heure où le Gange 
Au golfe bleu va s'endormir, 
Tu viendrais, t'asseoir, ô mon ange,
Sous les rosiers de ton émir ! 

  Là, ma douce reine,
  Sous la nuit sereine,
  Après un beau jour,
  Les fleurs ranimées,
  Les rives aimées,
  Les nuits embaumées,
  Tout parle d'amour.

Si tu venais, ô non pareille,
Comme tu faisais autrefois,
Pour dérouler à mon oreille 
Toutes les perles de ta voix,
Je te donnerais, ô mon ange,
Mon beau palais de Bengador, 
Qui met son jardin sur le Gange 
Et sur la mer ses balcons d'or ! 

  Là, ma douce reine,
  Sous la nuit sereine,
  Après un beau jour,
  Les fleurs ranimées,
  Les rives aimées,
  Les nuits embaumées,
  Tout parle d'amour.

Si tu savais quelle merveille 
Change d'un signe de ma main 
La pauvre fille de la veille 
En sultane du lendemain, 
Tu croirais demain, ô mon ange, 
Que le dieu bleu du firmament 
Est descendu sur notre Gange 
Avec le nom de ton amant !

  Là, ma douce reine,
  Sous la nuit sereine,
  Après un beau jour,
  Les fleurs ranimées,
  Les rives aimées,
  Les nuits embaumées,
  Tout parle d'amour.

Ô vierge ! tu marches l'égale
Des houris du séjour divin ;
Pour te détrôner le Bengale 
Dans ses fleurs chercherait en vain ! 
Viens ! oh ! viens à l'heure où le Gange 
Au golfe bleu va s'endormir ;
Viens replier tes ailes d'ange 
Sous les rosiers de ton émir ! 

  Là, ma douce reine,
  Sous la nuit sereine,
  Après un beau jour,
  Les fleurs ranimées,
  Les rives aimées,
  Les nuits embaumées,
  Tout parle d'amour.


Confirmed with Poésies intimes. Mélodies par Méry, Paris, Michel Lévy Frères, 1864, pages 125-127.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

32. Sonnet d'Arvers [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Mon âme a son secret, [ma vie]1 a son mystère :
Un amour éternel en un moment conçu. 
Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,
Et celle qui l'a fait n'en a jamais rien su. 

Hélas ! j'aurai passé près d'elle inaperçu,
Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire,
Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre,
N'osant rien demander et n'ayant rien reçu. 

Pour elle, quoique Dieu l'ait faite douce et tendre,
Elle ira son chemin, distraite, et sans entendre
[Ce murmure d'amour élevé sur ses pas ;]2

À l'austère devoir pieusement fidèle,
Elle dira, lisant ces vers tout remplis d'elle :
« Quelle est donc cette femme ? » et ne comprendra pas.


View original text (without footnotes)
1 Widor: "mon cœur"
2 Widor: "Ce cœur vibrant d'amour enchaîné sur ses pas !"

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

33. Dans la plaine blonde [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English [singable] (Anonymous/Unidentified Artist) , "Ritournelle"


Dans la plaine blonde et sous les allées,
Pour mieux faire accueil au doux messidor,
Nous irons chasser les choses ailées,
Moi, la strophe, et toi, le papillon d'or.

Et nous choisirons les routes [tentantes]1,
Sous les saules gris et près des roseaux,
Pour mieux écouter les choses [chantantes]2 ;
Moi, le rythme, et toi, le chœur des oiseaux.

Suivant tous les deux les rives charmées,
Que le fleuve bat de ses flots [parleurs]3,
Nous vous trouverons, choses parfumées,
Moi, glanant des vers, toi cueillant des fleurs.

Et l'amour, [servant]4 notre fantaisie,
Fera, ce jour-là l'été plus charmant,
Je serai poète, et toi poésie;
Tu seras plus belle, et moi plus aimant.


View original text (without footnotes)
1 Severac: "charmantes"
2 Pierné: "charmantes"
3 Severac: "jaseurs"
4 Severac: "suivant"

Submitted by Emily Ezust [Administrator] and Stuart Price

34. Le doux appel [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


Ouvre ton cœur Ô jeune fille,
Je suis le doux parfum des fleurs,
le rayon doré qui scintille,
et de l'aurore boit les pleurs.

Ouvre-moi, Je suis l'harmonie
qui met des larmes dans tes yeux.
Je suis la douceur infinie
l'hôte attendu qui vient des cieux, 

Ouvre, je suis la voix qui chante
dans le silence de la nuit
et dont la plainte attendrissante
aux bras du rêve te poursuit.

Ouvre-moi, je suis la lumière 
que cherche ton cœur frémissant,
l'aile qui porte ta prière 
jusques aux pieds du Tout-Puissant.

Vierge ouvre-moi, Je suis la lumière ;
Je suis la douceur infinie
Vierge ouvre-moi, vierge ouvre-moi,
Je suis la flamme 
plus radieuse que le jour,
Je suis la vie ouvre ton âme,
Je suis un Dieu, je suis l'amour !



Submitted by Emily Ezust [Administrator]

35. Dis, le sais-tu, pourquoi ? [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


Dis, le sais-tu, pourquoi je me sens si lassée,
que je voudrais m'asseoir sur le bord du chemin ?
Pourquoi mon cœur est triste, et mon âme oppressée,
et pourquoi mon regard se détourne du tien ?

Sais-tu pourquoi ma main, quand ta main l'a cherchée,
glacée et sans élan, ne t'a pas répondu,
et pourquoi comme l'urne à regret épanchée
mon cœur avec le tien ne s'est pas confondu ?

Dis, le sais-tu, pourquoi ? Le sais-tu ?


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

36. Prière au printemps [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


Toi qui fleuris ce que tu touches,
Qui, dans les bois, aux vieilles souches
Rends la vigueur,
Le sourire à toutes les bouches,
La vie au cœur ;

[ ... ]
Ô printemps, alors que tout aime, Que s’embellit la tombe même, Verte au dehors, Fais naître un renouveau suprême Au cœur des morts ! Qu’ils ne soient pas les seuls au monde Pour qui tu restes inféconde, Saison d’amour ! Mais fais germer dans leur poussière L’espoir divin de la lumière Et du retour !

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

37. Je respire où tu palpites [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Je respire où tu palpites,
Tu sais ; à quoi bon, hélas !
Rester là si tu me quittes,
Et vivre si tu t'en vas ?
A quoi bon vivre, étant l'ombre
De cet ange qui s'enfuit ?
A quoi bon, sous le ciel sombre,
N'être plus que de la nuit ?
Je suis la fleur des murailles
Dont avril est le seul bien.
Il suffit que tu t'en ailles
Pour qu'il ne reste plus rien.
Je suis comme la colombe
Qui vient boire au lac d'azur.
Quand mon courage succombe,
J'en reprends dans ton coeur pur ;
Que veux-tu que je devienne
Si je n'entends plus ton pas ?
Est-ce ta vie ou la mienne
Qui s'en va ? Je ne sais pas.
Sans toi, toute la nature
N'est plus qu'un cachot fermé,
Où je vais à l'aventure,
Pâle et n'étant plus aimé.
Je t'implore et réclame ;
Ne fuis pas loin de mes maux,
O fauvette de mon âme
Qui chantes dans mes rameaux !
De quoi puis-je avoir envie,
De quoi puis-je avoir effroi,
Que ferai-je de la vie
Si tu n'es plus près de moi ?
Que dirai-je aux champs que voile
L'inconsolable douleur ?
Que ferai-je de l'étoile ?
Que ferai-je de la fleur ?


Submitted by Jacques L'oiseleur des Longchamps

38. Quand vous me montrez une rose [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Emily Ezust) , "Why?", copyright © 2012


Quand vous me montrez une rose
Qui s'épanouit sous l'azur,
Pourquoi suis-je alors plus morose ?
Quand vous me montrez une rose,
C'est que je pense à son front pur.

Quand vous me montrez une étoile,
Pourquoi les pleurs, comme un brouillard,
Sur mes yeux jettent-ils leur voile ?
Quand vous me montrez une étoile,
C'est que je pense à son regard.

Quand vous me montrez l'hirondelle
Qui part jusqu'au prochain avril,
Pourquoi mon âme se meurt-elle ?
Quand vous me montrez l'hirondelle,
C'est que je pense à mon exil.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

39. Ne jamais la voir ni l'entendre [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Translation(s): DUT ENG

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • DUT Dutch (Nederlands) (Marike Lindhout) , "Zucht", copyright © 2007, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Faith J. Cormier) , "Never to see or hear her", copyright © 2002, (re)printed on this website with kind permission


[Ne jamais]1 la voir ni l'entendre,
Ne jamais [tout haut]1 la nommer,
Mais, fidèle, toujours l'attendre,
  Toujours l'aimer!

Ouvrir les bras, et, las d'attendre,
Sur le néant les refermer!
Mais encor, toujours les lui tendre
  Toujours l'aimer.

Ah! ne pouvoir que les lui tendre
Et dans les pleurs se consumer,
Mais ces pleurs toujours les répandre,
  Toujours l'aimer...

Ne jamais la voir ni l'entendre,
Ne jamais [tout haut]1 la nommer,
Mais d'un amour toujours plus tendre
  Toujours l'aimer. [Toujours!]3


View original text (without footnotes)
1 Adaïevsky: "Jamais ne"; further changes may exist not noted above.
2 Viardot: "pouvoir"
3 Omitted by Viardot.

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

40. Songes-tu parfois bien-aimée [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Songes-tu parfois, bien-aimée,
Assise près du foyer clair,
Lorsque sous la porte fermée
Gémit la bise de l'hiver,

Qu'après cette automne clémente,
Les oiseaux, cher peuple étourdi,
Trop tard, par un jour de tourmente,
Ont pris leur vol vers le Midi ;

Que leurs ailes, blanches de givre,
Sont lasses d'avoir voyagé ;
Que sur le long chemin à suivre
Il a neigé, neigé, neigé ;

Et que, perdus dans la rafale,
Ils sont là, transis et sans voix,
Eux dont la chanson triomphale
Charmait nos courses dans les bois ?

Hélas ! comme il faut qu'il en meure
De ces émigrés grelottants !
Y songes-tu ? Moi, je les pleure,
Nos chanteurs du dernier printemps.

Tu parles, ce soir où tu m'aimes,
Des oiseaux du prochain Avril ;
Mais ce ne seront plus les mêmes,
Et ton amour attendra-t-il ?


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

Gentle Reminder
This website began in 1995 as a personal project, and I have been working on it full-time without a salary since 2008. Our research has never had any government or institutional funding, so if you found the information here useful, please consider making a donation. Your gift is greatly appreciated.
     - Emily Ezust

Browse imslp.org (Petrucci Music Library) for Lieder or choral works