The LiederNet Archive
WARNING. Not all the material on this website is in the public domain.
It is illegal to copy and distribute our copyright-protected material without permission.
For more information, contact us at the following address:
licenses (AT) lieder (DOT) net

Symphonie nº 8 - Symphonie des Mille

Word count: 1391

Symphony by Gustav Mahler (1860 - 1911)

Original language: Symphony No. 8

1.

Language: French (Français) after the Latin

Authorship

  • Translation from Latin to French (Français) copyright © 2009 by Guy Laffaille, (re)printed on this website with kind permission. To reprint and distribute this author's work for concert programs, CD booklets, etc., you may ask the copyright-holder(s) directly or ask us; we are authorized to grant permission on their behalf. Please provide the translator's name when contacting us.

    Contact:

    licenses (AT) lieder (DOT) net
    (licenses at lieder dot net)



Based on
Based on

See other settings of this text.


Viens, esprit créateur,
Visite les âmes des tiens ;
Emplis de grâce céleste,
Les cœurs que tu as créés.

Toi que l'on appelle Paraclet,
Don du Dieu très haut,
Source vive, feu, amour,
Et onction spirituelle.

De notre corps la faible vertu
Rends-la forte ;
Allume une lumière pour nos sens,
Répands l'amour dans nos cœurs.

Repousse l'ennemi au loin,
Et donne la paix longtemps ;
Avec toi comme guide
Évitons tout mal.

Toi, septuple en dons,
Doigt de la dextre du Père ;
Toi vraie promesse du Père,
Qui donne à nos langues sa parole.

Par toi fais que nous connaissions le Père,
Et que nous apprenions à connaître le Fils,
Et qu'en eux et en toi l'Esprit
Nous y croyions en tout temps.

Donne-nous la joie,
Donne-nous ta grâce,
Dissous les chaînes des querelles,
Resserre les liens de la paix.

Gloire au Seigneur le Père,
Gloire au Fils,
Qui est ressuscité des morts,
Et au Paraclet
Pour les siècles des siècles.


IMPORTANT NOTE: The material directly above is protected by copyright and appears here by special permission. If you wish to copy it and distribute it, you must obtain permission or you will be breaking the law. Once you have permission, you must give credit to the author and display the copyright symbol ©. Copyright infringement is a criminal offense under international law.

2. Scène finale du Faust II de Goethe

Language: French (Français) after the German (Deutsch)

Authorship

  • Translation from German (Deutsch) to French (Français) copyright © 2009 by Guy Laffaille, (re)printed on this website with kind permission. To reprint and distribute this author's work for concert programs, CD booklets, etc., you may ask the copyright-holder(s) directly or ask us; we are authorized to grant permission on their behalf. Please provide the translator's name when contacting us.

    Contact:

    licenses (AT) lieder (DOT) net
    (licenses at lieder dot net)



Based on
Based on

See other settings of this text.


Saints anachorètes - Chœur et Écho
La forêt, elle se balance vers nous,
Les rochers, ils s'appuient dessus,
Les racines, elles s'y agrippent,
Les troncs tout près des troncs,
Vague après vague elle éclabousse,
La grotte, la plus profonde, elle l'abrite,
Les lions, ils se faufilent en silence,
Paisiblement autour de nous,
Honorant l'endroit consacré,
Saint refuge de l'amour.

Pater Ecstaticus 
 (montant et descendant en flottant)
Éternelle brûlure de bonheur,
Lien ardent d'amour,
Douleur bouillonnante de la poitrine,
Délice  écumant et divin.
Flèches, transpercez-moi,
Lances, soumettez-moi,
Masses, écrasez-moi,
Éclairs, foudroyez-moi,
Pour que ce qui n'est rien
Dissolve tout,
Pour que brille l'étoile permanente,
Noyau d'amour éternel !

Pater Profundus (dans une région profonde)
Comme le précipice rocheux à mes pieds
Repose pesamment sur un gouffre profond,
Comme mille ruisseaux rayonnants coulent
Dans la terrible cascade de flot écumant,
Comme, de ses propres forces,
Le tronc s'élève bien droit dans l'air,
Ainsi l'amour tout-puissant,
Qui forme tout, nourrit tout.
Autour de moi, est un mugissement sauvage,
Comme si la forêt et les rochers roulaient en vagues !
Et pleine d'amour dans son vacarme
La masse d'eau se précipite dans l'abîme,
Destinée aussi à arroser la vallée ;
L'éclair, qui frappe de son feu
Pour purifier l'atmosphère
Qui porte en son sein poison et vapeur ;
Ce sont des messagers de l'amour, ils proclament
Que ce qui crée sans cesse nous entoure.
Que mon être intérieur s'y enflamme aussi,
Où mon esprit, confus et froid,
Agonise, prisonnier de mes sens affaiblis,
Attaché dans des chaînes douloureuses. 
Ô Dieu ! apaise mes pensées,
Éclaire mon cœur qui est dans le besoin !

Ange (flottant dans la plus haute sphère,
             portant la partie éternelle de Faust)
Sauvée du démon est la partie noble
Du monde des esprits :
Celui qui toujours s'efforce, se donne de la peine,
Nous pouvons le sauver ;
Et si l'amour venu d'en haut
A aussi joué son rôle,
La troupe bienheureuse vient à sa rencontre
Avec des souhaits de bienvenue sincères.

Chœur des enfants bienheureux 
(tournant autour des plus hauts sommets)
Tenez-vous par la main
Dans une ronde joyeuse !
Levez-vous et chantez
Vos sentiments sacrés !
Instruits du divin,
Vous pouvez avoir confiance :
Celui que vous adorez,
Vous le verrez.

Anges juvéniles
Ces roses qui viennent des mains
De pénitentes remplies d'amour saint
Nous ont aidé à gagner le combat
Et à achever l'œuvre divine,
Capturer ce trésor de l'âme.
Les démons ont reculé quand nous l'avons versé,
Les diables ont fui quand nous les avons bombardés.
Au lieu des souffrances habituelles de l'enfer,
Les esprits ont ressentis les peines de l'amour ;
Même le vieux maître Satan,
A été transpercé d'une souffrance aiguë.
Réjouissez-vous ! Nous avons réussi !

Anges accomplis (Chœur et alto solo)
Il nous reste un résidu terrestre
À porter avec peine,
Et même s'il était d'asbeste
Il n'est pas pur.
Quand le grand pouvoir de l'esprit,
Les éléments
Il les a attirés à lui
Aucun ange ne séparerait
La nature double et unie
De leur intimité ;
L'amour éternel seul
Est capable des les séparer.

Anges juvéniles
Je perçois à l'instant,
Brouillard autour des rochers élevés,
Une ronde d'esprits
Qui bougent dans le voisinage.
Des enfants bienheureux
Je vois la troupe turbulente,
Libérée du poids de la terre,
Réunie en un cercle,
Se réjouissant
Du nouveau printemps et des joyaux
Du monde d'en haut.
D'abord qu'il soit placé
Jusqu'à la fin de l'ascension
Avec ceux-ci !

Chœur des enfants bienheureux
Nous l'accueillons avec joie
Dans son état de chrysalide ;
Ainsi nous acquerrons 
Un gage angélique.
Secouez les flocons
Qui l'enveloppent.
Il est déjà beau et grand 
D'une vie sainte.

Doctor Marianus 
 (dans la cellule la plus haute, la plus pure)
Ici la vue est libre,
L'esprit élevé.
Des femmes passent là-bas,
Flottant vers le haut ;
Au centre, celle qui est splendide,
Dans une couronne d'étoiles,
C'est la reine des cieux,
Je le vois à son éclat !
Très haute maîtresse de monde,
Laisse-moi, sous la voûte bleue
Que le ciel déploie,
Voir ton secret !
Accepte ce qui remue la poitrine de l'homme,
Sérieux et tendre,
Et qu'avec la joie de l'amour saint
Il porte à toi.
Notre courage est indomptable,
Quand toi, sublime, tu commandes ;
Nos passions d'un coup s'adoucissent
Quand tu nous apaises.

Doctor Marianus et Chœur
Vierge, pure dans le sens le plus beau,
Mère, digne d'être honorée,
Et reine choisie pour nous,
Égale aux dieux !

Chœur
À toi, l'intouchable,
Il n'est pas défendu,
Que ceux qui sont trop faciles à séduire
Puissent t'approcher en confiance,
Portés par la faiblesse,
Ils sont difficiles à sauver.
Qui, par ses propres forces, ne peut se libérer
Des chaînes du plaisir
Comme le pied glisse vite
Sur un sol en pente et glissant !

Pénitentes et Una Poenitentium (Gretchen)
Tu flottes vers les hauteurs
Du royaume éternel,
Accepte notre prière,
Toi qui es bienveillante !
Toi qui es sans pareille !

Magna Peccatrix
Par l'amour qui sur les pieds
De ton fils transfiguré
Fit couler des larmes transformées en baume,
Malgré les moqueries des Pharisiens ;
Par la jarre, qui si abondamment
Fit couler le parfum ;
Par les cheveux qui si doucement
Séchèrent les membres saints -

Mulier Samaritana
Par le puits où autrefois
Abraham conduisait son troupeau,
Par le seau, qui du Sauveur
Put toucher et rafraîchir les lèvres ;
Par la source pure et riche,
Qui y jaillit depuis 
En abondance, éternellement claire,
Coule partout dans le monde --

Maria Aegyptiaca
Par le lieu hautement consacré
Où on étendit le Seigneur ;
Par le bras, qui de la porte
M'avertit de me retirer ;
Par les quarante ans de pénitence,
Où je restais fidèlement dans le désert ;
Par l'adieu sacré
Que j'écrivis dans le sable --

Toutes les trois
Toi qui aux grandes pécheresses
Ne refuses pas ta présence,
Et qui élèves la récompense du repentir
Jusqu'à l'éternité,
Accorde aussi à cette âme bonne
Qui n'a succombé qu'une fois,
Qui ne savait pas qu'elle péchait,
Ton juste pardon !

Una Poenitentium (Gretchen)
Incline, incline,
Ô sans pareille,
Ô rayonnante,
Ton regard gracieux sur mon bonheur !
Le bien-aimé depuis longtemps,
Qui n'est plus taché
Est de retour.

Chœur des enfants bienheureux (se rapprochant en rond)
Il nous dépasse déjà
Sur ses membres puissants,
La récompense de notre soin fidèle
Il la donnera généreusement.
Nous avons été enlevés tôt
Aux chœurs des vivants,
Mais lui, il a appris :
Il nous enseignera.

Una Poenitentium (Gretchen)
Entouré par le chœur noble des esprits,
Le nouvel arrivant est à peine conscient de lui-même,
À peine est-il conscient de sa nouvelle vie,
Il ressemble déjà à l'armée sacrée.
Vois, comme chaque lien terrestre
De son ancienne enveloppe il l'enlève,
Et de ses habits d'éther
Sa force juvénile émerge !
Permets-moi de lui faire apprendre,
Il est encore aveuglé par Le jour nouveau.

Mater Gloriosa
Viens ! Lève-toi vers les hautes sphères !
S'il te sent, il te suivra.

Doctor Marianus et Chœur
Regardez en haut vers le regard du Sauveur,
Tous, tendres et repentants,
Pour, en un divin bonheur
Reconnaissants être transformés !
Que toute pensée bonne
Soit mise à ton service ;
Vierge, mère, reine,
Déesse, accorde ta grâce !

Chœur mystique
Tout ce qui est éphémère
N'est qu'allégorie ;
L'insuffisant
Devient ici événement ;
L'indescriptible
Est ici réalisé ;
L'éternel féminin 
nous entraîne vers les cieux.


IMPORTANT NOTE: The material directly above is protected by copyright and appears here by special permission. If you wish to copy it and distribute it, you must obtain permission or you will be breaking the law. Once you have permission, you must give credit to the author and display the copyright symbol ©. Copyright infringement is a criminal offense under international law.

Gentle Reminder
This website began in 1995 as a personal project, and I have been working on it full-time without a salary since 2008. Our research has never had any government or institutional funding, so if you found the information here useful, please consider making a donation. Your gift is greatly appreciated.
     - Emily Ezust

Browse imslp.org (Petrucci Music Library) for Lieder or choral works