Cinq Mélodies sur des Poèmes de Paul Verlaine

Song Cycle by Dinu Lipatti (1917 - 1950)

Word count: 542

1. À une femme [sung text not yet checked]

À vous ces vers, de par la grâce consolante
De vos grands yeux où rit et pleure un rêve doux,
De par votre âme pure et toute bonne, à vous
Ces vers du fond de ma détresse violente.

C'est qu'hélas le hideux cauchemar qui me hante
N'a pas de trêve et va furieux, fou, jaloux,
Se multipliant comme un cortège de loups
Et se pendant après mon sort qu'il ensanglante!

[Oh!]1 je souffre, je souffre affreusement, si bien
Que le gémissement premier du premier homme
Chassé d'Éden n'est qu'une églogue [au prix]2 du mien!

Et les soucis que vous pouvez avoir sont comme
Des hirondelles sur un ciel d'après-midi,
- Chère, - par un beau jour de septembre attiédi.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Corinne Orde) , "To a woman", copyright © 2008, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Vierne: "Et"
2 Vierne: "auprès"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Green [sung text not yet checked]

Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches
Et puis voici mon cœur qui ne bat que pour vous.
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux.

J'arrive tout couvert encore de rosée
Que le vent du matin vient glacer à mon front.
Souffrez que ma fatigue, à vos pieds reposée,
Rêve des chers instants qui la délasseront.

Sur votre jeune sein laissez rouler ma tête
Toute sonore encore de vos derniers baisers ;
Laissez-la s'apaiser de la bonne tempête,
Et que je dorme un peu puisque vous reposez.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Emily Ezust) , no title, copyright ©
  • GER German (Deutsch) (Bertram Kottmann) , "Green", copyright © 2013, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Il pleure dans mon cœur [sung text not yet checked]

Il pleure dans mon cœur
Comme il pleut sur la ville ;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon cœur ?

Ô bruit doux de la pluie,
Par terre et sur les toits!
Pour un cœur qui s'ennuie,
Ô le [chant]1 de la pluie !

Il pleure sans raison
Dans [ce]2 cœur qui s'écœure.
Quoi! nulle trahison ? ...
[Ce]3 deuil est sans raison.

C'est bien la pire peine,
De ne savoir pourquoi
Sans amour et sans haine
Mon cœur a tant de peine!

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

View original text (without footnotes)
1 Debussy: "bruit"
2 Fauré: "mon"; Madetoja: "le"
3 Fauré: "Mon"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. Le piano que baise une main frêle [sung text not yet checked]

Le piano que baise une main frêle,
Luit dans le soir rose et gris vaguement,
Tandis qu'avec un très léger bruit d'aile,
Un air bien vieux, bien faible et bien charmant,
Rôde discret, épeuré quasiment,
Par le boudoir longtemps parfumé d'Elle.

Qu'est-ce que c'est que ce berceau soudain
Qui lentement dorlote mon pauvre être ?
Que voudrais-tu de moi, doux Chant badin ?
Qu'as-tu voulu, fin refrain incertain
Qui vas tantôt mourir vers la fenêtre 
Ouverte un peu sur le petit jardin ?

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

5. Sérénade [sung text not yet checked]

Comme la voix d'un mort qui chanterait
  Du fond de sa fosse,
Maîtresse, entends monter vers ton retrait
  Ma voix aigre et fausse.

Ouvre ton âme et ton oreille au son
  De la mandoline:
Pour toi j'ai fait, pour toi, cette chanson
  Cruelle et câline.

Je chanterai tes yeux d'or et d'onyx
  Purs de toutes ombres,
Puis le Léthé de ton sein, puis le Styx
  De tes cheveux sombres.

Comme la voix d'un mort qui chanterait
  Du fond de sa fosse,
Maîtresse, entends monter vers ton retrait
  Ma voix aigre et fausse.

Puis je louerai beaucoup, comme il convient,
  Cette chair bénie
Dont le parfum opulent me revient
  Les nuits d'insomnie.

Et pour finir, je dirai le baiser
  De ta lèvre rouge,
Et ta douceur à me martyriser,
  -- Mon Ange! -- ma Gouge!

Ouvre ton âme et ton oreille au son
  De ma mandoline:
Pour toi j'ai fait, pour toi, cette chanson
  Cruelle et câline.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Corinne Orde) , "Serenade", copyright © 2008, (re)printed on this website with kind permission
  • GER German (Deutsch) ( Wolf von Kalckreuth, Graf) , "Serenade"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]