L'offrande lyrique

Song Cycle by Jean-Émile-Paul Cras (1879 - 1932)

Word count: 516

1. Cueille cette frêle fleur, prends la vite![sung text checked 1 time]

Cueille cette frêle fleur, prends la vite!
De crainte qu'elle ne se fane
et ne s'effeuille dans la poussière.
S'il n'y a point place pour elle dans ta guirlande,
fais-lui pourtant l'honneur
du contact douloureux de ta main; cueille-la.
Je crains que le jour ne s'achève
avant que je ne m'en doute et que le temps
de l'offertoire ne soit passé.
Bien que sa couleur soit discrète
et que timide soit sa senteur,
prends cette fleur à ton service
et cueille-la tandis qu'il en est temps.

Authorship

Based onBased on

See other settings of this text.

Researcher for this text: Geoffrey Wieting

2. Si tu ne parles pas[sung text checked 1 time]

Si tu ne parles pas,
certes j'endurerai ton silence;
j'en emplirai mon coeur.
J'attendrai tranquille,
la tête bas penchée,
et pareil à la nuit
durant sa vigile étoilée.
Le matin sûrement va venir;
la ténèbre céder,
et ta voix va s'épandre
en jaillissements d'or ruisselant
à travers le ciel.
Tes paroles alors s'essoreront
en chansons de chacun
de mes nids d'oiseaux
et tes mélodies
éclateront en fleurs
sur toutes les charmilles
de mes forêts.

Authorship

Based onBased on

Go to the single-text view

Researcher for this text: Geoffrey Wieting

3. Si le jour est passé[sung text checked 1 time]

Si le jour est passé,
si les oiseaux ne chantent plus,
si le vent fatigué retombe,
tire au-dessus de moi le voile des ténèbres,
ainsi que tu as enveloppé la terre
dans les courtines du sommeil
et clos tendrement à la brune
les pétales du défaillant lotus.

Du voyageur dont la besace est vide
avant qu'il n'ait achevé sa route,
dont le vêtement est déchiré
et lourd de poussière,
dont les forces sont épuisées,
écarte honte et misère,
et lui renouvelle la vie comme à la fleur
sous le bienveillant couvert de ta nuit.

Authorship

Based onBased on

See other settings of this text.

Researcher for this text: Geoffrey Wieting

4. À mes côtés, il est venu s'asseoir[sung text checked 1 time]

À mes côtés, il est venu s'asseoir
et je ne me suis pas éveillé.
Maudit soit mon sommeil misérable!

Il est venu quand la nuit était paisible,
il avait sa harpe à la main et mes rêves
sont devenus tout vibrants de ses mélodies.

Hélas!  Pourquoi mes nuits toutes ainsi perdues?
Ah! pourquoi celui dont le souffle touche mon sommeil
échappe-t-il toujours à ma vue!

Authorship

Based onBased on

See other settings of this text.

Researcher for this text: Geoffrey Wieting

5. Oui, je le sais bien, ce n'est là rien que ton amour[sung text checked 1 time]

Oui, je le sais bien, ce n'est là rien que ton amour,
ô aimé de mon coeur -
cette lumière d'or qui danse sur les feuilles;
ces indolents nuages qui voguent par le ciel,
et cette brise passagère qui laisse 
sa fraîcheur à mon front.

Mes yeux se sont lavés dans la lumière matinale -
et c'est ton message à mon coeur.
Ta face, de très haut s'incline;
tes yeux ont plongé dans mes yeux
et contre tes pieds bat mon coeur.

Authorship

Based onBased on

See other settings of this text.

Researcher for this text: Geoffrey Wieting

6. Lumière! ma lumière! Lumière emplissant le monde[sung text checked 1 time]

Lumière!  ma lumière! Lumière emplissant le monde,
lumière baiser des yeux, douceur du coeur, lumière!

Ah! la lumière danse au centre de ma vie!
Bien-aimé, mon amour retentit sous la frappe de la lumière.
Les cieux s'ouvrent; le vent bondit; un rire a parcouru la terre.

Sur l'océan de la lumière, mon bien-aimé, le papillon ouvre son aile. 
La crête des vagues de lumière brille de lys et de jasmins.

La lumière, ô mon bien-aimé, brésille l'or sur les nuées;
elle éparpille à profusion les pierreries.

Une jubilation s'étend de feuille en feuille,
ô mon amour! une aise sans mesure.
Le fleuve du ciel a noyé ses rives;
tout le flot de joie est dehors.

Authorship

Based onBased on

See other settings of this text.

Researcher for this text: Geoffrey Wieting