Chansons à 4 voix

Song Cycle by Florent Schmitt (1870 - 1958)

Word count: 805

1. Véhémente [sung text checked 1 time]

[Assez dormir, ma belle]1,
Ta cavale Isabelle
Hennit sous tes balcons2,
Vois tes piqueurs alertes,
Et sur leurs manches vertes
Les pieds noirs des faucons2.

Vois écuyers et pages,
En galants équipages,
Sans rochet ni pourpoint,
Têtes chaperonnées,
Trainer les haquenées,
Leur arbalète au poing.

Vois bondir dans les herbes
Les lévriers superbes,
Les chiens trapus crier.
En chasse, et chasse heureuse!
Allons, [mon amoureuse]3,
Le pied dans l'étrier!

[ ... ]
Allons, mon intrépide, Ta cavale rapide Frappe du pied le sol2, Et ton bouffon balance, Comme un soldat sa lance, Son joyeux parasol!2
[ ... ]

Authorship

See other settings of this text.

View original text (without footnotes)
1 Schmitt: "Ah, assez dormir, la belle"
2 Schmitt inserts here "Allons, en chasse!"
3 Schmitt: "l'amoureuse"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Nostalgique [sung text checked 1 time]

Fugitive, l'heure s'envole,
rien ne peut arrêter sa course folle;
o symbole, triste symbole
de nos plaisirs, de nos beaux jours.

D'un bonheur trop vite effacé,
le souvenir nous reste éternellement.
Par lui, le présent monotone se colore
des reflets plus brillants du passé.
D'un bonheur enfui rapidement
Le souvenir nous reste éternellement.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Naïve [sung text checked 1 time]

Nina, ton frais sourire,
Nina, ton cœur qui soupire,
ta voix, tes yeux,
qui font dire qu'on croit au bonheur d'aimer.
Nina, ces chères années,
Nina, ces douces journées,
ces roses fanées,
toutes choses mortes sur ton cœur.
Nina, ô ma charmante,
pendant la tourmente,
la mer écumante grondait à nos yeux.

Aimable et belle Italie,
sagesse ou folie,
Jamais, jamais ne t'oubliera
qui t'a pu contempler une fois,
qui a vu un jour ton bleu ciel.
Toujours, toujours plus chérie,
tu seras la patrie,
toujours ta rive fleurie
restera la patrie que désire l'amour!

Authorship

Based on

Go to the single-text view

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. Boréale [sung text checked 1 time]

Ô nuage aux doux contours,
léger nuage aux flancs neigeux,
vers quelle plage, sous quels cieux
t'emportent les grands vents d'orage?

Ô fils d'une zône plus brûlante,
Ne viens-tu pas.
Arrives-tu du sein profond des mers
pour servir à la parure
d'un autre horizon
bien plus vermeil ?

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

5. Tendre [sung text checked 1 time]

Bass :
 Toi qu'au jeune âge en mon chemin 
 j'avais rêvée je t'ai trouvée
(Tenor enters here; text below)
 Ô toi que j'avais rêvée, 
 donne à ma tendresse un doux espoir !
 Quand l'hirondelle vole et ramène le doux printemps fleuri... 
 à tout cœur tendre qu'il n'est qu'un temps !
 Ô toi qu'autrefois j'avais rêvée en mon chemin,
 je t'ai trouvée enfin !
 Hélas! tout est désir, tout est douleur !
 Toujours, toujours, toi présente, 
 tout est plaisir, tout est tendresse, tout est amour !

Tenor, simultaneously :
 Ah ! plein de bonheur j'aime à te voir
 de mon amour combler l'espoir.
 J'aime à te voir
 de ma tendresse combler l'espoir
 A tire d'aile, vole et rappelle
 le doux printemps fleuri.
 C'est pour apprendre que pour se rendre
 il n'est qu'un temps !
 Ô toi, ma seule envie,
 mon seul bonheur, toute ma vie
 est dans ton cœur ! 
 Hélas ! en ton absence
 tout est désir, tout est douleur.
 Mais toujours, en ta présence
 tout est plaisir, tout est tendresse,
 tout est oubli, tout est ivresse,
 tout est bonheur d'amour !

Mezzo-soprano, simultaneously :
 Toi qu'au jeune âge, autrefois,
 j'avais rêvé sur mon chemin,
 je t'ai trouvé.
 Ah ! toi que j'avais rêvé !
 A tire d'aile... 
 le doux printemps,
 C'est pour apprendre
 à tout cœur tendre
 que pour se rendre
 il n'est qu'un temps !
 (etc.; ...Toi de qui au jeune âge ...etc.)
 Hélas ! en ton absence tout est désir, tout est douleur... 
 Hélas ! tout est désir et douleur...
 Toujours, en ta présence tout est plaisir et douceur,
 plaisir, douceur, tendresse, ivresse,
 oubli, bonheur, toujours en ta présence,
 toujours, toujours, tout est amour !

Soprano, simultaneously :
 Ah ! pleine d'ivresse, je veux de ta tendresse combler l'espoir.
 Quand l'hirondelle vole et rappelle le doux printemps fleuri.
 Il n'est qu'un temps !
 Pour se rendre il n'est qu'un temps... Ah !
 Ah ! toi qu'autrefois j'avais rêvé sur mon chemin,
 je t'ai trouvé : avec ivresse à ta tendresse
 un doux espoir je veux donner. Ah ! un doux espoir.
 Ô toi, ma seule envie, mon seul bonheur
 ma vie est dans ton cœur !
 Hélas ! en ton absence tout est désir,
 tout est douleur... Toujours, en ta présence,
 toujours, toujours, tout est plaisir tendresse,
 oubli, bonheur, ivresse,
 tout est bonheur, tout est amour !

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

6. Martiale [sung text checked 1 time]

Beau chevalier qui partez pour la guerre,
qu'allez-vous faire aussi loin d'ici ?
                     loin de nous ?
Voyez-vous pas que la nuit est profonde
et que le monde n'est que souci ?
J'en vais pleurer moi qui me laissais dire
que mon sourire était si doux.

The text shown is a variant of another text.
It is based on

Go to the single-text view

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]