4 Lieds

Song Cycle by Florent Schmitt (1870 - 1958)

Word count: 211

1. Où vivre? [sung text checked 1 time]

Où vivre ? Dans quelle ombre
Étouffer mon ennui ?
Ma tristesse est plus sombre
  Que la nuit.

Où mourir ? Sous quelle onde
Noyer mon deuil amer ?
Ma peine est plus profonde
  Que la mer.

Où fuir ? De quelle sorte
Égorger mon remord ?
Ma douleur est plus forte
  Que la mort.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Corinne Orde) , "Anguish", copyright © 2007, (re)printed on this website with kind permission
  • ITA Italian (Italiano) (Francesco Campanella) , "Angoscia", copyright © 2013, (re)printed on this website with kind permission

Confirmed with Les caresses, Nouvelle Édition, Paris, G. Charpentier, [no date], page 249.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Évocation [sung text checked 1 time]

Te souviens-tu du baiser,
Du premier que je vins prendre ?
Tu ne sus pas refuser,
Mais tu n'osas pas le rendre.

Te souviens-tu du baiser,
Du dernier que je vins prendre ?
Tu n'osas pas refuser ;
Mais tu ne sus pas le rendre.

Authorship

See other settings of this text.

Confirmed with Les caresses, Nouvelle Édition, Paris, G. Charpentier, [no date], page 273.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Fleurs décloses [sung text checked 1 time]

Nous aimer, à quoi bon, hélas!
avant que s'en vienne l'automne,
va, nos pauvres coeurs seront las,
car l'amour est si monotone...
Ne nous aimons pas, nous verrons 
nos larmes et nos peines bien vite effacées...
L'hiver viendra, nous oublierons 
fleurs décloses, amours passées...

Authorship

Researcher for this text: Andrew Schneider [Guest Editor]

4. Ils ont tué trois petites filles [sung text not yet checked]

Ils ont tué trois petites filles
Pour voir ce qu'il y a dans leur cœur.
Le premier était plein de bonheur ;
Et partout où coula son sang,
Trois serpents sifflèrent trois ans.
 
Le deuxième était plein de douceur,
Et partout où coula son sang,
Trois agneaux broutèrent trois ans.
 
Le troisième était plein de malheur,
Et partout où coula son sang,
Trois archanges veillèrent trois ans.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]