The LiederNet Archive
WARNING. Not all the material on this website is in the public domain.
It is illegal to copy and distribute our copyright-protected material without permission.
For more information, contact us at the following address:
licenses (AT) lieder (DOT) net

Vingt mélodies

Word count: 1638

by Joseph Béesau (1871 - 1940)

Show the texts alone (bare mode).

1. Nocturne

Note: this is a multi-text setting

Sur [ton sein]1 pâle mon cœur dort
D'un sommeil doux comme la mort :
Mort exquise, mort parfumée
[Du]2 souffle de la bien aimée :
Sur [un lys]3 pâle mon cœur dort ...

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • DUT Dutch (Nederlands) (Marike Lindhout) , "Extase", copyright © 2007, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Emily Ezust) , no title, copyright © 2016
  • GER German (Deutsch) (Elaine Marie Ortiz-Arandes) , copyright © 2015, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
Confirmed with Jean Lahor, L'Illusion, Paris, A. Lemerre, 1906, page 90.

1 Duparc: "un lys"
2 Hahn: "Au"
3 Duparc, Hahn: "ton sein"


Submitted by Emily Ezust [Administrator]


Ma pensée est sereine et rêve parfumée,
Comme la chambre heureuse où dort la bien-aimée.

Large fleur au cœur blanc qui parfume la nuit,
La lune sur l'étang du ciel s'épanouit.

Ma pensée est sereine et rêve caressée
D'une odeur de santal que tes bras m'ont laissée.

Authorship


See other settings of this text.

Confirmed with Jean Lahor, L'Illusion, Paris, A. Lemerre, 1906, page 90.



Submitted by Paul Hindemith


2. Près de la mer [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Écoûte la chanson des flots, 
Leurs rires, leurs cris, leurs sanglots. 

En chantant, ils rongent dans l'ombre 
Les os blanchis de morts sans nombre. 

Rires confus, cris ou sanglots, 
Entends-tu la chanson des flots ? 

Joyeuse, plaintive, ironique, 
Elle est si vague, leur musique ! 

Rires confus, cris ou sanglots, 
Écoute la chanson des flots. 

La nuit vient : les cieux et la terre 
Sont tout effrayants de mystère. 

Entends-tu la chanson des flots, 
Leurs rires, leurs cris, leurs sanglots? 

Nous contemplons la mer immense : 
— Où va notre amour qui commence?


Confirmed with L'Illusion, third edition, Paris, Alphonse Lemerre, 1893, pages 24-25.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

3. Échange de fleurs [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


J'ai dans cette fleur mis mon cœur aimant, 
J'ai mis mes désirs, mes soupirs, mes fièvres :
Oh ! tout mon amour, bois-le longuement, 
En baisant la ileur collée à tes lèvres. 

Je voudrais de toi, si je te suis cher, 
En échange d'elle, une tubéreuse, 
Une fleur de rêve, et, comme ta chair, 
Ayant des blancheurs de morte amoureuse. 

Et j'aspirerais ses parfums troublants, 
Et, communion exquise, embaumée, 
Je croirais sentir en baisers très lents 
Sur mon cœur s'ouvrir ta bouche fermée.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

4. Le jour des morts [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


La forêt ainsi qu'une mer
Gronde, roule, allonge ses vagues:
Que terrible est ce vent d'hiver
Avec tous ses hurlements vagues!

Sont-ce des cris de trépassés,
Des tocsins de cloches d'alarmes?
Ce vent fou nous a tout glacés:
Oh! comme il pleut! Sont-ce des larmes?

Aujourd'hui, c'est le Jour des Morts;
Chacune des feuilles qui tombe
Eveille en nos coeurs un remord,
En nous rappelant une tombe.

Il eût fallu les aimer plus,
Ces aimés que trop tard on pleure,
Quand les regrets sont superflus,
Quand on a laissé passer l'heure.

Oh! les survivants, aimons-nous!
Proche est la mort, la vie est brève;
C'est la leçon de ces vents fous:
- Cette pauvre vie est un rêve!


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

5. Le ciel en nuit s’est déplié [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Le ciel en nuit, s'est déplié
Et la lune semble veiller
Sur le silence endormi.

Tout est si pur et clair,
Tout est si pur et si pâle dans l'air
Et sur les lacs du paysage ami,
Qu'elle angoisse, la goutte d'eau
Qui tombe d'un roseau
Et tinte, et puis se tait dans l'eau.

Mais j'ai tes mains entre les miennes
Et tes yeux sûrs, qui me retiennent,
De leurs ferveurs, si doucement ;
Et je te sens si bien en paix de toute chose
Que rien, pas même un fugitif soupçon de crainte,
Ne troublera, fût-ce un moment,
La confiance sainte
Qui dort en nous comme un enfant repose.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

6. Les plaintes d'Ariane [ sung text checked 1 time]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Le vent qui fait tomber les prunes,
   Les coings verts,
Qui fait vaciller la lune,
Le vent qui mène la mer,
Le vent qui rompt et qui saccage,
   Le vent froid,
Qu’il vienne et qu’il fasse rage
Sur mon coeur en désarroi!
Qu’il vienne comme dans les feuilles
   Le vent clair
Sur mon coeur, et qu’il le cueille
Mon coeur et son suc amer.
Ah! qu’elle vienne la tempête
   Bond par bond,
Qu’elle prenne dans ma tête
Ma douleur qui tourne en rond.
Ah! qu’elle vienne, et qu’elle emporte
   Se sauvant,
Mon coeur lourd comme une porte
Qui s’ouvre et bat dans le vent.
Qu’elle l’emporte et qu’elle en jette
   Les morceaux
Vers la lune, à l’arbre, aux bêtes,
Dans l’air, dans l’ombre, dans l’eau,
Pour que plus rien ne me revienne
   A jamais,
De mon âme et de la sienne
  Que j’aimais...


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

7. La chanson du vent [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Vent fou qui voles où tu veux,
De fleur en fleur, de femme en femme,
Vent qui caresses les cheveux,
Vent libre, je voudrais ton âme.

Vent qui murmures dans les bois,
Comme un chœur à bouche fermée,
[Certains soirs]1 je voudrais ta voix,
Pour parler à [ma]2 bien-aimée ;

[Et]3 vent qui soulèves les mers,
Qui hurles le long des rivages,
Je voudrais dans mes jours amers
Parfois aussi tes cris sauvages,

Pour y jeter tous mes sanglots,
Toutes mes colères, ma haine,
Et pour fouetter comme des flots
L'océan de la foule humaine !


View original text (without footnotes)

Confirmed with Jean Lahor, L'Illusion, 3rd edition, Paris, Alphonse Lemerre, 1893, page 107.

1 Maurice: "Certain soir"
2 Maurice: "la"
3 Maurice: "Ô"

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

8. Spleen [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG ENG GER GER NOR SRB

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Corinne Orde) , "Spleen", copyright © 2008, (re)printed on this website with kind permission
  • GER German (Deutsch) (Bertram Kottmann) , copyright © 2015, (re)printed on this website with kind permission


Les roses étaient toutes rouges
Et les lierres étaient tout noirs.

Chère, pour peu que tu te bouges
Renaissent tous mes désespoirs.

Le ciel était [trop bleu, trop tendre,]1
La mer trop [verte et l'air trop doux.]2

Je crains toujours, -- ce qu'est d'attendre
Quelque fuite atroce de vous.

Du houx à la feuille vernie
Et du luisant buis je suis las,

Et de la campagne infinie
Et de tout, fors de vous, hélas !


View original text (without footnotes)
1 Phaneuf (Dela): "si bleu, si tendre"
2 Phaneuf (Dela): "verte, l'air si doux!"

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

9. Chanson [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Translation(s): RUS

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.


J'ai cherché trente ans, mes sœurs,
    Où s'est-il caché?
J'ai marché trente ans, mes sœurs,
    Sans m'en approcher...
 
J'ai marché trente ans, mes sœurs,
    Et mes pieds sont las,
II était partout, mes sœurs,
    Et n'existe pas...
 
L'heure est triste enfin, mes sœurs,
    Ôtez mes sandales,
Le soir meurt aussi, mes sœurs,
    Et mon âme a mal...
 
Vous avez seize ans, mes sœurs,
    Allez loin d'ici,
Prenez mon bourdon, mes sœurs,
    Et cherchez aussi...


First published in the revue La Plume, no. 94, March 15, 1893, under the title "Extraits inédits de la Quenouille et la Besace"; later in Douze Chansons, 1896; then in Serres chaudes suivies de Quinze Chansons, 1900.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

10. Et s'il revenait un jour [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG GER ITA

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.


Et s'il revenait un jour,
Que faut-il lui dire?
- Dites-lui qu'on l'attendit
Jusqu'à s'en mourir...

Et s'il m'interroge encore
Sans me reconnaître?
- Parlez-lui comme une sœur. 
Il souffre peut-être...

Et s'il demande où vous êtes
Que faut-il répondre?
- Donnez-lui mon anneau d'or,
Sans rien lui répondre...

Et s'il veut savoir pourquoi
La salle est déserte?
- Montrez-lui la lampe éteinte
Et la porte ouverte...

Et s'il m'interroge alors
Sur la dernière heure?
- Dites-lui que j'ai souri
De peur qu'il ne pleure...


First published in the revue La Société Nouvelle, IX (9), March 1893, Bruxelles; then in Douze chansons, Paris, Stock, 1896; and later in Quinze chansons, Bruxelles, Lacomblez, 1900.


Submitted by Ted Perry

11. Duo [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


Je ne sais que sentir et je ne puis parler, 
Je demeure sans voix quand nous sommes ensemble, 
Mais tout mon cœur alors se voudrait envoler 
Et se mettre en tes mains, comme un oiseau qui tremble. 

— Oh ! ne nous parlons pas, mais ouvre-moi tes yeux ; 
Leur long baiser muet, je le saurai comprendre ; 
Ma tête sur tes seins, restons silencieux : 
Le silence des cœurs est leur voix la plus tendre. 

Laisse-moi t'adorer, et ne nous parlons pas, 
Et que j'écoute seule, adorable merveille, 
La musique d'amour que fait ainsi tout bas 
Ton cœur, ton cœur d'enfant battant sous mon oreille.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

12. Pâle et lente

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


Pâle et lente, si pâle en sa robe d’été
 . . . . . . . . . .

[--- The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. ---]

13. Le soir sur l’eau

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


Et l’heure s’en allait au fil de l’eau chanteuse
 . . . . . . . . . .

[--- The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. ---]

14. Il pleut des pétales de fleurs [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.


Il pleut des pétales de fleurs,
La flamme se courbe au vent tiède,
De mes deux yeux je te possède
Et mes yeux ont besoin de pleurs.

Vieille argile, faite aux douleurs,
Quel goût de souffrir sans remède
Harcèle ainsi le cœur qui cède!
Il pleut des pétales de fleurs.

Les roses meurent chaque et toutes,
Je ne dis rien, et tu m'écoutes;
Sous tes immobiles cheveux.

L'amour est lourd, mon âme est lasse:
Quelle est donc, Chère, sur nous deux
Cette aile en silence qui passe?1


View original text (without footnotes)
1 Hadley repeats this line at the end: "Il pleut des pétales de fleurs."

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

15. Je suis ébauché ce soir [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


Je suis ébauché ce soir 
Par des mains heureuses 
Qui prennent mon cœur 
Avec lenteur 
Et le front si frêle et si puéril 
Que le désir des pleurs 
Tremble au bord de mes cils. 

Mais il y a tant de silence 
Que je n'ose pas pleurer, 
Mais il y a tant de somnolence 
Que je n'ose pas rêver,
Seigneur ! il y a tant de magnificence 
Que je n'ose pas exister ! 

Ô je suis comme une eau dormante, 
Ô je suis comme une feuille oubliée 
À la brise où l'octobre aux cheveux d'or lamente, 
Triste des cygnes et de toute la rosée.


Confirmed with Poètes d'aujourd'hui, morceaux choisis accompagnés de notices biographique et d'un essai de bibliographie, 29th edition, Mercure de France, Paris, 1918, page 7.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

16. Désirs d’hiver [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Translation(s): POR

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):


Je pleure les lèvres fanées
Où les baisers ne sont pas nés
Et les désirs abandonnés
Sous les tristesses missonnées.

Toujours la pluie à l'horizon !
Toujours la neige sur les grèves,
Tandis qu'au seuil clos de mes rêves,
Des loups couchés sur le gazon

Observent en mon âme lasse
Les yeux ternis dans le passé,
Tout le sang autrefois versé
Des agneaux mourants sur la glace.

Seule la lune éclaire enfin
De sa tristesse monotone
Où gèle l'herbe de l'automne,
Mes désirs malades de faim.


First published in Parnasse de la Jeune Belgique, Paris, éd. L. Vanier, 1887, p. 220, and then in 1889 in Serres chaudes.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

17. Sur la terre il tombe de la neige [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Sur la terre il tombe de la neige,
sur la terre il tombe de l'ombre.
Où sont allées les feuilles sèches ?
Même les feuilles sèches sont mortes,
Et maintenant de la neige et de l'ombre
tombent on dirait de mauvais anges qui heurtent
les marteaux rouillés contre les portes,
des anges qui nous tuent de souffrances très lentes.
Et à l'horizon, les tristes nues, traînantes.
Les maisons sont closes, comme des tombes sombres,
Et partout, c'est de la neige et de l'ombre qui tombent.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

18. En mai [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Des cloches ont tinté dans le calme du soir...
Ô mon pays, pays d'Armor, si doux à voir,
Terre en qui l'on sent vivre une âme presque humaine,
Quel est ce souvenir qui vers toime ramène?

On dirait qu'un ami me conduit par la main,
Et je vais... des ajoncs verdissent le chemin;
L'air s'emplit de l'odeur des aubépines blanches;
Les larmes de la nuit tremblent au bout des branches;
C'est signe que l'on pense à moi, des pleurs aux yeux,
Et, d'être ainsi pleuré, mon exil est joyeux.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

19. Le temps des Saintes [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Au temps où les Saintes vivaient,
Ô ma soeurette, elles avaient
Ton pauvre petit corps plein d'âme;
Et dans leurs yeux comme en tes yeux,
Rayonnaient d'une double flamme
Toutes les étoiles des cieux.

En ce temps, leurs larmes divines,
Comme les sources des ravines,
Abreuvaient les coeurs desséchés...
Ces pleurs, qui fécondaient les pierres,
Ces pleurs, qui lavaient les péchés,
Toujours tremblent à tes paupières!

Et, tant que tes yeux pleureront,
Tant que tes lèvres souriront,
Je croirai que, dans les cieux calmes,
S'ouvre un magique paradis 
Où circulent avec des palmes
Les belles Saintes de jadis.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

20. Chanson de bord [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Mon cœur est sur ton amour,
Comme est la barque sur l'onde.
Mon cœur vogue, nuit et jour,
Sur ta grande amour profonde.

S'il a bon vent et ciel clair,
J'en bénirai Notre Dame
La mer est fausse: la mer 
Est moins fausse que la femme!

Mon cœur s'en va, mon cœur fuit:
Après le flot, le flot passe.
L'aile triste de la nuit 
Plane, immense, dans l'espace.

Je ne sais pourquoi j'ai peur!
Un courlis traverse l'ombre:
Amour de femme est trompeur,
Et je sens mon cœur qui sombre!

Demain, quand poindra le jour.
Comme une épave livide,
Flottera sur ton amour 
Mon cœur brisé, mon cœur vide!


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

Gentle Reminder
This website began in 1995 as a personal project, and I have been working on it full-time without a salary since 2008. Our research has never had any government or institutional funding, so if you found the information here useful, please consider making a donation. Your gift is greatly appreciated.
     - Emily Ezust

Browse imslp.org (Petrucci Music Library) for Lieder or choral works