18 sonnets et chansons de Philippe Desportes

Song Cycle by Théodore Gouvy (1819 - 1898)

Word count: 478

3. Vous ne voulez pas [sung text not yet checked]

Un doux trait de vos yeux, ô ma fière déesse
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

4. Prière au sommeil [sung text not yet checked]

Somme, doux repos de nos yeux.
Aimé des hommes et des dieux,
Fils de la Nuit et du Silence,
Qui peux les esprits délier,
Qui fait les soucis oublier,
Endormant toute violence.

Clos mes yeux, fais-moi sommeiller,
Je t'attends sur mon oreiller,
Où je tiens la tête appuyée :
Je suis dans mon lit sans mouvoir,
Pour mieux ta douceur recevoir,
Douceur dont la peine est noyée.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Judith Kellock) , "Prayer to sleep", copyright © 2007, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Judith Kellock

5. Si vous m'aimez [sung text not yet checked]

Si vous m'aimez, Madame, hélas ! si vous m'aimez
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

11. Rosette [sung text not yet checked]

[Rozette]1, pour un peu d'absence
Votre cœur vous avez changé ;
Et moi, sachant cette inconstance,
Le mien autre part j'ai rangé.
Jamais plus beauté si légère
Sur moi tant de pouvoir n'aura.
Nous verrons, volage bergère,
Qui premier s'en repentira.

Tandis qu'en pleurs je me consume.
Maudissant cet éloignement,
Vous, qui n'aimez que par coutume.
Caressiez un nouvel amant.
Jamais légère girouette
Au vent sitôt ne se vira.
Nous verrons, bergère Rozette,
Qui premier s'en repentira.

Où sont tant de promesses saintes,
Tant de pleurs versés en partant ?
Est-il vrai que ces tristes plaintes
Sortissent d'un cœur inconstant ?
Dieux, que vous êtes mensongère.
Maudit soit qui plus vous croira !
Nous verrons, volage bergère,
Qui premier s'en repentira.

Celui qui a gagné ma place
Ne [vous peut]2 aimer tant que moi,
Et celle que j’aime vous passe
De beauté, d’amour et de foi.
Gardez bien votre amitié neuve ;
La mienne plus ne variera ;
Et puis nous verrons à l’éprouve
Que premier s’en repentira.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Judith Kellock) , copyright © 2007, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)

Confirmed with Collection des romans de chevalerie: mis en prose française moderne, Volume 1, ed. by Alfred Delvau, Paris, Librairie Bachelin-Deflorenne, 1869, page 288.

1 Dandelot, Huberti, Leguerney: "Rosette", passim.
2 Pierné: "peut vous"

Research team for this text: Emily Ezust [Administrator] , Stuart Price

13. Des beaux yeux de ma Diane [sung text not yet checked]

[Du bel œil de Diane est ma flamme empruntée]1,
En ses nœux blonds dorez mon cœur est arresté, 
Sa main victorieuse a pris ma liberté,
Et sa douce parole a mon ame enchantée.
  Son œil rend la splendeur des astres surmontée, 
Ses cheveux du soleil ternissent la beauté, 
Sa main passe l'yvoire, et la divinité
De ses sages discours à bon droit est vantée.
  Son bel œil me ravit, son poil doré me tient,
La rigueur de sa main mes douleurs entretient, 
Et par son doux parler je sens croistre ma flame.
  Ainsi tourne ma vie, et n'ai plus de repos
Depuis l'heure qu'amour m'engrava dedans l'ame 
Son œil, son poil, sa main, et ses divins propos. 

Authorship

View original text (without footnotes)
1 Gouvy: "Des beaux yeux de ma Diane ma flamme est empruntée" (further changes exist not shown above)

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

14. Lettres, le seul repos [sung text not yet checked]

Lettres, le seul repos de mon âme agitée
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

15. A qui m'avez-vous donné? [sung text not yet checked]

Ah ! quel soupçon tourmentant 
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship

18. La vie est une fleur [sung text not yet checked]

  La vie est une fleur espineuse et poignante,
Belle au lever du jour, seiche en son occident ;
C'est moins que de la neige en l'esté plus ardent,
C'est une nef rompue au fort de la tourmente.
  L'heur du monde n'est rien qu'une roue inconstante,
D'un labeur eternel montant et descendant ;
Honneur, plaisir, profict, les esprits desbordant,
Tout est vent, songe et nue et folie evidente.
  Las ! c'est dont je me plains, moy qui voy commencer
Ma teste à se mesler, et mes jours se passer,
Dont j'ay mis les plus beaux en ces vaines fumées;
  Et le fruict que je cueille, et que je voy sortir
Des heures de ma vie, helas! si mal semées,
C'est honte, ennuy, regret, dommage et repentir.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Peter Low) , "Life is a flower with thorns", copyright © 2010, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]