You can help us modernize! The present website has been online for a very long time and we want to bring it up to date. As of May 6, we are $2,380 away from our goal of $15,000 to fund the project. The fully redesigned site will be better for mobile, easier to read and navigate, and ready for the next decade. Please give today to join dozens of other supporters in making this important overhaul possible!

The LiederNet Archive

Much of our material is not in the public domain.
It is illegal to copy and distribute our copyright-protected material without permission.
Printing texts or translations without the name of the author or translator is also illegal.
You must use the copyright symbol © when you reprint copyright-protected material.

For more information, contact us at the following address:
licenses (AT) lieder (DOT) net
Please read the instructions below the translations before writing!
In your e-mail, always include the names of the translators if you wish to reprint something.

Scènes et Mélodies

Word count: 1714

Song Cycle by Martial Caillebotte (1853 - 1910)

Show the texts alone (bare mode).

1. Sérénade [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Translation(s): CZE ENG

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • CZE Czech (Čeština) (Jaroslav Vrchlický) , "Žebřík lásky"
  • ENG English (Barbara Miller) , "Serenade", copyright © 2004, (re)printed on this website with kind permission


Sur le balcon où tu te penches
Je veux monter... efforts perdus !
Il est trop haut, et tes mains blanches
N'atteignent pas mes bras tendus.

Pour déjouer ta duègne avare,
Jette [un collier, un ruban]1 d'or ;
Ou des cordes de ta guitare
Tresse une échelle, ou bien encor...

Ôte tes fleurs, défais ton peigne,
Penche sur moi tes cheveux longs,
Torrent de jais dont le flot baigne
Ta jambe ronde et tes talons.

Aidé par cette échelle étrange,
Légèrement je gravirai,
Et jusqu'au ciel, sans être un ange,
Dans les parfums je monterai !


View original text (without footnotes)
1 Viardot-García : "un ruban, un collier"

Submitted by John Versmoren

2. Mignonne, allons voir si la rose [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG GER

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "Mignonne", copyright © 2000, (re)printed on this website with kind permission


  Mignonn', allon voir si la rose
Qui ce matin avoit declose
Sa robe de pourpr' au soleil,
A point perdu, cette vesprée,
Le plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.

  Las, voyés comm' en peu d'espace,
Mignonn', ell' a dessus la place,
Las, las, ses beautés laissé cheoir!
Ô vrayement maratre nature,
Puis qu'une telle fleur ne dure,
Que du matin jusques au soir!

  Donc, si vous me croiés, mignonne:
Tandis que vostr' age fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillés, cueillés vostre jeunesse,
Comm' à cette fleur, la viellesse
Fera ternir vostre beauté.


View original text (without footnotes)
Modernized version (used by Chaminade, Manduell, Wagner, and perhaps others):
Mignonne, allons voir si la rose,
Qui ce matin avait desclose
Sa robe de pourpre au soleil,
N'a point perdu cette vesprée
Les plis de sa robe pourprée
Et son teint au vôtre pareil.

Las! voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a, dessus la place,
Las! Las! ses beautés laissé cheoir!
Ô vraiment marâtre nature,
Puisqu'une telle fleur ne dure,
Que du matin jusques au soir!

[Or donc, écoutez-moi,]1 Mignonne,
Tandis que votre âge fleuronne
[En]2 sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez votre jeunesse:
[Comme à cette fleur la vieillesse
Fera ternir votre beauté.]3
1 Chaminade, Manduell: "Donc, si vous m'en croyez" (So if you believe me)
2 Chaminade: "Dans"
3 Manduell: "Comme à ceste fleur la vieillesse/ Fera ternir vostre beauté."

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

3. Chanson [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


Ayant le dos au feu et le ventre à la table,
Etant parmi les pots pleins de vin délectable,
    Ainsi comme un poulet
Je ne me laisserai mourir de la pépie,
Quand en devrais avoir la face cramoisie
    Et le nez violet.

Quand mon nez deviendra la couleur rouge ou perse,
Porterai les couleurs que chérit ma mîitresse :
    Le vin rend le teint beau !
Vaut-il pas mieux avoir la couleur rouge et vive,
Riche de beaux rubis, que si pâle et chétive,
    Ainsi qu'un buveur d'eau ?

On m'a défendu l'eau, du moins en beuverie,
De peur que je ne tombe en une hydropisie ;
    Je me perds, si j'en bois.
En l'eau n'y a saveur ; prendrai je pour breuvage
Ce qui n'a point de goût ? mon voisin, qui est sage,
    Ne le fait que je crois.

Qui aime bien le vin est de bonne nature.
Les morts ne boivent plus dedans la sépulture.
    Hé ! qui sait s'il vivra
Peut-être encor demain ? chassons mélancolie.
Je vas boire d'autant à cette compagnie :
    Sauve, qui m'aimera !


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

4. Sonnet [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


[Mon âme]1 a son secret, [ma vie]2 a son mystère :
Un amour éternel en un moment conçu. 
Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,
Et celle qui l'a fait n'en a jamais rien su. 

Hélas ! j'aurai passé près d'elle inaperçu,
Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire,
Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre,
N'osant rien demander et n'ayant rien reçu. 

Pour elle, quoique Dieu l'ait faite douce et tendre,
Elle ira son chemin, distraite, et sans entendre
[Ce murmure d'amour élevé sur ses pas ;]3

À l'austère devoir pieusement fidèle,
Elle dira, lisant ces vers tout remplis d'elle :
« Quelle est donc cette femme ? » et ne comprendra pas.


View original text (without footnotes)
1 Lemariey: "Mon cœur"; Van Straten: "Ma vie"
2 Lemariey, Van Straten: "mon âme" (further changes may exist but are not shown above) ; Widor: "mon cœur"
3 Widor: "Ce cœur vibrant d'amour enchaîné sur ses pas !"

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

5. Le nuage [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Translation(s): CZE

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):


Dans son jardin la sultane se baigne,
Elle a quitté son dernier vêtement ;
Et délivrés des morsures du peigne,
Ses grands cheveux baisent son dos charmant.

Par son vitrail le sultan la regarde,
Et caressant sa barbe avec sa main,
Il dit : « L'eunuque en sa tour fait la garde,
Et nul, hors moi, ne la voit dans son bain.

« -- Moi, je la vois, lui répond, chose étrange !
Sur l'arc du ciel un nuage accoudé ;
Je vois son sein vermeil comme l'orange
Et son beau corps de perles inondé. »

Ahmed devint blême comme la lune,
Prit son kandjar au manche ciselé,
Et poignarda sa favorite brune...
Quant au nuage, il s'était envolé !


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

6. Attente

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


O Mohamed, le soleil baisse sur le douar silencieux
 . . . . . . . . . .

[--- The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. ---]

7. La fuite [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Translation(s): CZE ENG

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • CZE Czech (Čeština) (Jaroslav Vrchlický) , "Útěk"
  • ENG English (Victoria de Menil) , "Flight", copyright ©, (re)printed on this website with kind permission


Kadidja:
 Au firmament sans étoile,
 La lune éteint ses rayons ;
 La nuit nous prête son voile.
         Fuyons ! fuyons !

Ahmed:
 Ne crains-tu pas la colère
 De tes frères insolents,
 Le désespoir de ton père,
 De ton père aux sourcils blancs ?

Kadidja:
 Que m'importent mépris, blâme,
 Dangers, malédictions !
 C'est dans toi que vit mon âme.
         Fuyons ! fuyons !

Ahmed:
 Le cœur me manque ; je tremble,
 Et, dans mon sein traversé,
 De leur kandjar il me semble
 Sentir le contact glacé !

Kadidja:
 Née au désert, ma cavale
 Sur les blés, dans les sillons,
 Volerait, des vents rivale.
         Fuyons ! fuyons !

Ahmed:
 Au désert infranchissable,
 Sans parasol pour jeter
 Un peu d'ombre sur le sable,
 Sans tente pour m'abriter...

Kadidja:
 Mes cils te feront de l'ombre ;
 Et, la nuit, nous dormirons
 Sous mes cheveux, tente sombre.
         Fuyons ! fuyons !

Ahmed:
 Si le mirage illusoire
 Nous cachait le vrai chemin,
 Sans vivres, sans eau pour boire,
 Tous deux nous mourrions demain.

Kadidja:
 Sous le bonheur mon cœur ploie ;
 Si l'eau manque aux stations,
 Bois les larmes de ma joie.
         Fuyons ! fuyons !


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

8. À Lydie [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Horace
Du temps où tu m'aimais, Lydie,
De ses bras nul autre que moi
N'entourait ta taille arrondie ;
J'ai vécu plus heureux qu'un roi.

Lydie
Du temps où j'étais ta maîtresse,
Tu me préférais à Chloé ;
Je m'endormais à ton côté,
Plus heureuse qu'une déesse.

Horace
Chloé me gouverne à présent,
Savante au luth, habile au chant,
La douceur de sa voix m'enivre.
Je suis prêt à cesser de vivre
S'il fallait lui donner mon sang.

Lydie
Je me consume maintenant
Pour Calaïs, mon jeune amant,
Qui dans mon cœur a pris ta place.
Je mourrai deux fois, cher Horace,
S'il fallait lui donner mon sang.

Horace
Eh quoi ! si dans notre pensée
L'ancien amour se [rallumait]1 ?
Si ma blonde était délaissée ?
Si demain Vénus offensée
A ta porte me ramenait ?

Lydie
Calaïs est jeune et fidèle,
Et toi, poète, ton désir
Est plus léger que l'hirondelle,
Plus inconstant que le zéphyr ;
Pourtant, s'il t'en prenait envie,
Avec toi j'aimerais la vie ;
Avec toi je voudrais mourir.


View original text (without footnotes)

Confirmed with Œuvres de Alfred de Musset, Paris, Charpentier, 1867, page 104.

1 Massenet: "ranimait"
Note: Massenet has both singers sing the last three lines. There are also many small punctuation changes not shown above.

Submitted by Emily Ezust [Administrator] and Guy Laffaille [Guest Editor]

9. Le soupir du Maure [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Ce cavalier qui court vers la montagne,
   Inquiet, pâle au moindre bruit,
C'est Boabdil, roi des Mores d'Espagne,
   Qui pouvait mourir, et qui fuit!

Aux Espagnols Grenade s'est rendue;
   La croix remplace le croissant,
Et Boabdil pour sa ville perdue
   N'a que des pleurs et pas de sang...

Sur un rocher nommé Soupir-du-More,
   Avant d'entrer dans la Sierra,
Le fugitif s'assit, pour voir encore
   De loin Grenade et l'Alhambra:

  "Hier, dit-il, j'étais calife;
  Comme un dieu vivant adoré,
  Je passais du Généralife
  A l'Alhambra peint et doré!
  J'avais, loin des regards profanes,
  Des bassins aux flots diaphanes
  Où se baignaient trois cents sultanes;
  Mon nom partout jetait l'effroi!
  Hélas! ma puissance est détruite;
  Ma vaillante armée est en fuite,
  Et je m'en vais sans autre suite
  Que mon ombre derrière moi!

  "Fondez, mes yeux, fondez en larmes!
  Soupirs profonds venus du coeur,
  Soulevez l'acier de mes armes:
  Le Dieu des chrétiens est vainqueur!
  Je pars, adieu, beau ciel d'Espagne,
  Darro, Jénil, verte campagne,
  Neige rose de la montagne;
  Adieu, Grenade, mes amours!
  Riant Alhambra, tours vermeilles,
  Frais jardins remplis de merveilles,
  Dans mes rêves et dans mes veilles,
  Absent, je vous verrai toujours!"


Submitted by Harry Joelson

10. La fiancée du timbalier [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


"Monseigneur le duc de Bretagne 
A, pour les combats meurtriers, 
Convoqué de Nante à Mortagne, 
Dans la plaine et sur la montagne, 
L'arrière-ban de ses guerriers.

Ce sont des barons dont les armes 
Ornent des forts ceints d'un fossé; 
Des preux vieillis dans les alarmes, 
Des écuyers, des hommes d'armes; 
L'un d'entre eux est mon fiancé.

Il est parti pour l'Aquitaine 
Comme timbalier, et pourtant
On le prend pour un capitaine, 
Rien qu'à voir sa mine hautaine, 
Et son pourpoint, d'or éclatant!

Depuis ce jour, l'effroi m'agite. 
J'ai dit, joignant son sort au mien:
- Ma patronne, sainte Brigitte, 
Pour que jamais il ne le quitte, 
Surveillez son ange gardien! -

J'ai dit à notre abbé: - Messire, 
Priez bien pour tous nos soldats! -
Et, comme on sait qu'il le désire, 
J'ai brûlé trois cierges de cire 
Sur la châsse de saint Gildas.

À Notre-Dame de Lorette 
J'ai promis, dans mon noir chagrin, 
D'attacher sur ma gorgerette, 
Fermée à la vue indiscrète, 
Les coquilles du pèlerin.

Il n'a pu, par d'amoureux gages, 
Absent, consoler mes foyers; 
Pour porter les tendres messages, 
La vassale n'a point de pages, 
Le vassal n'a pas d'écuyers.

Il doit aujourd'hui de la guerre 
Revenir avec monseigneur; 
Ce n'est plus un amant vulgaire;
Je lève un front baissé naguère, 
Et mon orgueil est du bonheur!

Le duc triomphant nous rapporte
Son drapeau dans les camps froissé; 
Venez tous sous la vieille porte 
Voir passer la brillante escorte, 
Et le prince, et mon fiancé!

Venez voir pour ce jour de fête 
Son cheval caparaçonné, 
Qui sous son poids hennit, s'arrête, 
Et marche en secouant la tête, 
De plumes rouges couronné!

Mes soeurs, à vous parer si lentes, 
Venez voir près de mon vainqueur 
Ces timbales étincelantes 
Qui sous sa main toujours tremblantes, 
Sonnent, et font bondir le coeur!

Venez surtout le voir lui-même
Sous le manteau que j'ai brodé. 
Qu'il sera beau! c'est lui que j'aime ! 
Il porte comme un diadème 
Son casque, de crins inondé!

L'Égyptienne sacrilège,
M'attirant derrière un pilier, 
M'a dit hier (Dieu nous protège!) 
Qu'à la fanfare du cortège 
Il manquerait un timbalier.

Mais j'ai tant prié, que j'espère! 
Quoique, me montrant de la main 
Un sépulcre, son noir repaire, 
La vieille aux regards de vipère 
M'ait dit: - Je t'attends là demain !

Volons! plus de noires pensées ! 
Ce sont les tambours que j'entends. 
Voici les dames entassées, 
Les tentes de pourpre dressées, 
Les fleurs, et les drapeaux flottants.

Sur deux rangs le cortège ondoie: 
D'abord, les piquiers aux pas lourds;
Puis, sous l'étendard qu'on déploie, 
Les barons, en robe de soie, 
Avec leurs toques de velours.

Voici les chasubles des prêtres; 
Les hérauts sur un blanc coursier. 
Tous, en souvenir des ancêtres, 
Portent l'écusson de leurs maîtres,
Peint sur leur corselet d'acier.

Admirez l'armure persane 
Des templiers, craints de l'enfer; 
Et, sous la longue pertuisane, 
Les archers venus de Lausanne,
Vêtus de buffle, armés de fer.

Le duc n'est pas loin: ses bannières
Flottent parmi les chevaliers;
Quelques enseignes prisonnières,
Honteuses, passent les dernières...
Mes soeurs! voici les timbaliers !... "

Elle dit, et sa vue errante 
Plonge, hélas! dans les rangs pressés ; 
Puis, dans la foule indifférente,
Elle tomba, froide et mourante...
Les timbaliers étaient passés.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

Gentle Reminder
This website began in 1995 as a personal project, and I have been working on it full-time without a salary since 2008. Our research has never had any government or institutional funding, so if you found the information here useful, please consider making a donation. Your gift is greatly appreciated.
     - Emily Ezust

Browse imslp.org (Petrucci Music Library) for Lieder or choral works