Thank you to all the generous supporters who helped us raise $15,792 for our site-renewal project! We can't wait for you to see what we're building! Your ongoing donations are essential for The LiederNet Archive to continue in its mission of providing this unique resource to the world, so if you didn't get a chance to contribute during the overhaul drive, your help in any amount is still valuable.

The LiederNet Archive

Much of our material is not in the public domain.
It is illegal to copy and distribute our copyright-protected material without permission.
Printing texts or translations without the name of the author or translator is also illegal.
You must use the copyright symbol © when you reprint copyright-protected material.

For more information, contact us at the following address:
licenses (AT) lieder (DOT) net
Please read the instructions below the translations before writing!
In your e-mail, always include the names of the translators if you wish to reprint something.

Mon visage est flétri des regards du...

Language: French (Français)

"Mon visage est flétri des regards du soleil. 
Mon pied blanc sous la ronce est devenu vermeil. 
J'ai suivi tout le jour le fond de la vallée ; 
Des bêlements lointains partout m'ont appelée. 
J'ai couru ; tu fuyais sans doute loin de moi :
C'était d'autres pasteurs. Où te chercher, ô toi 
Le plus beau des humains ? Dis-moi, fais-moi connaître 
Où sont donc tes troupeaux, où tu les mènes paître.

Ô jeune adolescent ! tu rougis devant moi. 
Vois mes traits sans couleur ; ils pâlissent pour toi :
C'est ton front virginal, ta grâce, ta décence. 
Viens ; il est d'autres jeux que les jeux de l'enfance. 
Ô jeune adolescent, viens savoir que mon coeur 
N'a pu de ton visage oublier la douceur. 
Bel enfant, sur ton front la volupté réside ; 
Ton regard est celui d'une vierge timide. 
Ton sein blanc, que ta robe ose cacher au jour,
Semble encore ignorer qu'on soupire d'amour ; 
Viens le savoir de moi ; viens, je veux te l'apprendre. 
Viens remettre en mes mains ton âme vierge et tendre, 
Afin que mes leçons, moins timides que toi, 
Te fassent soupirer et languir comme moi ; 
Et qu'enfin rassuré, cette joue enfantine 
Doive à mes seuls baisers cette rougeur divine. 
Oh ! je voudrais qu'ici tu vinsses un matin 
Reposer mollement ta tête sur mon sein ! 
Je te verrais dormir, retenant mon haleine, 
De peur de t'éveiller, ne respirant qu'à peine. 
Mon écharpe de lin que je ferais flotter, 
Loin de ton beau visage aurait soin d'écarter 
Les insectes volants et la jalouse abeille... "

La nymphe l'aperçoit, et l'arrête, et soupire. 
Vers un banc de gazon, tremblante, elle l'attire ; 
Elle s'assied. Il vient, timide avec candeur, 
Ému d'un peu d'orgueil, de joie et de pudeur. 
Les deux mains de la nymphe errent à l'aventure. 
L'une, de son front blanc, va de sa chevelure 
Former les blonds anneaux. L'autre de son menton
Caresse lentement le mol et doux coton. 
" Approche, bel enfant, approche, lui dit-elle, 
Toi si jeune et si beau, près de moi jeune et belle. 
Viens, ô mon bel ami, viens, assieds-toi sur moi. 
Dis, quel âge, mon fils, s'est écoulé pour toi ? 
Aux combats du gymnase as-tu quelque victoire ? 
Aujourd'hui, m'a-t-on dit, tes compagnons de gloire, 
Trop heureux ! te pressaient entre leurs bras glissants, 
Et l'olive a coulé sur tes membres luisants. 
Tu baisses tes yeux noirs ? Bienheureuse la mère 
Qui t'a formé si beau, qui t'a nourri pour plaire ! 
Sans doute elle est déesse. Eh quoi ! ton jeune sein 
Tremble et s'élève ? Enfant, tiens, porte ici ta main. 
Le mien plus arrondi s'élève davantage. 
Ce n'est pas (le sais-tu ? déjà dans le bocage 
Quelque voile de nymphe est-il tombé pour toi ?),
Ce n'est pas cela seul qui diffère chez moi. 
Tu souris ? tu rougis ? Que ta joue est brillante ! 
Que ta bouche est vermeille et ta peau transparente ! 
N'es-tu pas Hyacinthe au blond Phoebus si cher ?
Ou ce jeune Troyen ami de Jupiter ? 
Ou celui qui, naissant pour plus d'une immortelle, 
Entr'ouvrit de Myrrha l'écorce maternelle ? 
Enfant, qui que tu sois, oh ! tes yeux sont charmants, 
Bel enfant, baise-moi. Mon coeur de mille amants 
Rejeta mille fois la poursuite enflammée ; 
Mais toi seul, aime-moi, j'ai besoin d'être aimée.
.................................................

La pierre de ma tombe à la race future
Dira qu'un seul hymen délia ma ceinture.
.................................................

« Laisse, ô blanche Lydé, toi par qui je soupire,
Sur ton pâle berger tomber un doux sourire,
Et de ton grand œil noir daignant chercher ses pas,
Dis-lui : Pâle berger, viens, je ne te hais pas.

-- Pâle berger aux yeux mourants, à la voix tendre,
Cesse, à mes doux baisers, cesse enfin de prétendre. 
Non, berger, je ne puis ; je n'en ai point pour toi.
Ils sont tous à Mœris, ils ne sont plus à moi.»


A. Rostand sets stanzas 5-6

About the headline (FAQ)

View text with footnotes

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

Authorship


Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)


Text added to the website: 2015-04-13 00:00:00.

Last modified: 2019-05-08 21:19:59

Line count: 77
Word count: 660

Gentle Reminder
This website began in 1995 as a personal project, and I have been working on it full-time without a salary since 2008. Our research has never had any government or institutional funding, so if you found the information here useful, please consider making a donation. Your gift is greatly appreciated.
     - Emily Ezust

Browse imslp.org (Petrucci Music Library) for Lieder or choral works