by Armand Renaud (1836 - 1895)

Quand Medjnoun, loin de Léïla
Language: French (Français) 
Available translation(s): ENG
Quand Medjnoun, loin de Léïla, 
  Dans les déserts s'en alla, 
Au piége il prit mainte gazelle, 
  Et la voyant, dit : voilà
Comme les yeux sont doux chez Elle. 

Puis l'ayant prise, il délivrait
  La mignonne au fin jarret, 
Et suivait ses bonds dans l'espace, 
  En pensant : tel est l'attrait
De Léïla quand elle passe. 

Et quand un chasseur s'avançait 
  Qui, pour égorger, chassait, 
Il lui criait : Va-t-en, blasphème ! 
  Tuer des gazelles, c'est 
Comme la tuer elle-même.

Au désert, moi, si j'avais fui, 
  Ce qui vaincrait mon ennui
Ce serait le lion qui gronde ; 
  Car je me dirais : c'est Lui 
Dont résonne la voix profonde. 

Puis j'irais à l'antre écarté
  Qu'il dévaste en liberté,
Pour y contempler son œil mâle, 
  Où je verrais la fierté 
De l'œil de mon cavalier pâle. 

Et s'il avait soif, j'offrirais, 
  Pour l'abreuver, mon sang frais, 
Tàchant d'oublier dans sa gueule,
  Combien l'autre manque auprès
De ma passion toujours seule. 

X. Leroux sets stanzas 1-3

About the headline (FAQ)

Confirmed with Les nuits persanes par Armand Renaud, Paris, Alphonese Lemerre, 1870, pages 84-85.


Authorship

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Garrett Medlock) , copyright © 2019, (re)printed on this website with kind permission


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

Text added to the website: 2016-11-30 00:00:00
Last modified: 2016-11-30 16:44:45
Line count: 30
Word count: 160