You can help us modernize! The present website has been online for a very long time and we want to bring it up to date. As of April 17, we are $5,700 away from our goal of $15,000 to fund the project. The fully redesigned site will be better for mobile, easier to read and navigate, and ready for the next decade. Please give today to join dozens of other supporters in making this important renovation possible!

The LiederNet Archive
WARNING. Not all the material on this website is in the public domain.
It is illegal to copy and distribute our copyright-protected material without permission.
For more information, contact us at the following address:
licenses (AT) lieder (DOT) net

Chanson

Language: French (Français)

  Sus, debout la merveille des belles ;
  Allons voir sur les herbes nouvelles
Luire un émail dont la vive peinture
Défend à l’art d’imiter la nature.

  L’air est plein d’une haleine de roses,
  Tous les vents tiennent leurs bouches closes,
Et le soleil semble sortir de l’onde
Pour quelque amour plus que pour luire au monde.

  On diroit, à lui voir sur la tête
  Ses rayons comme un chapeau de fête,
Qu’il s’en va suivre en si belle journée
Encore un coup la fille de Pénée.

  Toute chose aux délices conspire,
  Mettez-vous en votre humeur de rire ;
Les soins profonds d’où les rides nous viennent
A d’autres ans qu’aux vôtres appartiennent.

  Il fait chaud ; mais un feuillage sombre
  Loin du bruit nous fournira quelque ombre
Où nous ferons, parmi les violettes,
Mépris de l’ambre et de ses cassolettes.

  Pres de nous, sur les branches voisines
  Des genêts, des houx et des épines,
Le rossignol déployant ses merveilles,
Jusqu’aux rochers donnera des oreilles.

  Et peut-être, à travers les fougères,
  Verrons-nous de bergers à bergères,
Sein contre sein et bouche contre bouche,
Naitre et finir quelque douce escarmouche.

  C’est chez eux qu’Amour est à son aise ;
  Il y saute, il y danse, il y baise,
Et foule aux pieds les contraintes serviles
De tant de lois qui le gênent aux villes.

  O qu’un jour mon ame auroit de gloire
  D’obtenir cette heureuse victoire,
Si la pitié de mes peines passées
Vous disposoit à semblables pensées !

  Votre honneur, le plus vain des idoles,
  Vous remplit de mensonges frivoles ;
Mais quel esprit que la raison conseille,
S’il est aimé, ne rend point la pareille ?


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

Authorship


Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)


Text added to the website: 2019-04-04.
Last modified: 2019-04-04 22:20:27
Line count: 40
Word count: 277

Gentle Reminder
This website began in 1995 as a personal project, and I have been working on it full-time without a salary since 2008. Our research has never had any government or institutional funding, so if you found the information here useful, please consider making a donation. Your gift is greatly appreciated.
     - Emily Ezust

Browse imslp.org (Petrucci Music Library) for Lieder or choral works