Translation by Florent Schmitt (1870 - 1958)

Naïve
Language: French (Français)  after the French (Français) 
Nina, ton frais sourire,
Nina, ton cœur qui soupire,
ta voix, tes yeux,
qui font dire qu'on croit au bonheur d'aimer.
Nina, ces chères années,
Nina, ces douces journées,
ces roses fanées,
toutes choses mortes sur ton cœur.
Nina, ô ma charmante,
pendant la tourmente,
la mer écumante grondait à nos yeux.

Aimable et belle Italie,
sagesse ou folie,
Jamais, jamais ne t'oubliera
qui t'a pu contempler une fois,
qui a vu un jour ton bleu ciel.
Toujours, toujours plus chérie,
tu seras la patrie,
toujours ta rive fleurie
restera la patrie que désire l'amour!

Authorship

Based on

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

Text added to the website: 2009-12-06 00:00:00
Last modified: 2014-06-16 10:03:28
Line count: 20
Word count: 95