The LiederNet Archive
WARNING. Not all the material on this website is in the public domain.
It is illegal to copy and distribute our copyright-protected material without permission.
For more information, contact us at the following address:
licenses (AT) lieder (DOT) net

Le caquet des femmes

Language: French (Fran├žais)

Estant oysif quelque journée,
Que dames feirent assemblée
Je m'approchay et me mussay
Pres d'elles vis a vis,
Pour ouyr leur devis.
De fort bien caqueter ouy merveilles
Je vous en diray
Ouvrés vos oreilles.
Perrette viendras-tu vieille vesse
Ma maistresse
Viens ça ma robe est elle nette,
Et de mon chapperon la cornette!
J'ay la chemise perfumée,
Et votre cotte descrottée.
Mais qu'as tu plus faict, courte fesse ?
Le chapperon est mis en presse.
La la apres m'amye.
J'ay si tres grand'envie de dire un mot,
Plus je ne le sçaurois celer.
Ma commere, m'amye, gardés vous bien de reveler ce que sçavés
Pourquoy non, si fera vrayement qui m'en gardera,
On le sçait bien, elle le peult bien dire.
Ha je le diray car ce n'est que pour rire.
Or dites la gente bourgeoise
Ces jours passés une galloise
Prioit son grand jenin dando
Je croy qu'il en valoit bien vingt.
Il ne demandoit que dodo.
Or dittes nous qu'il en advint.
La jeune dame son conte faisant
De trois mots l'un, c'estoit en soupirant,
Son cueur estoit il si doulent
Or fut enquise qu'il avoit au corps
Elle estoit bien faschée
La jeune mariée
Et que respond elle
O povre fumelle
En plaurant respond qu'elle n'estoit records,
D'en avoir eu quelque liqueur,
Ho le meschant! quel crevecueur
A ceste bonne dame !
D'avoir un corps sans ame.
Baillés, luy du clou de girofle.
Avancés vous le cueur lui faut,
Je vous jure par Saint Christofle,
Quand du mari vient le deffaut,
C'est un grand mal qui est bien laid.
Sus sus, dames, sus a ce plaid
Une sage femme y estoit,
Qui tous ces propos escoutoit,
Chascune son mari louoit,
Et sur ce point l'une disoit:
Ma foy, j'ai un mari galland,
A deux bras il me prend, et me couche, et
me jette, et me met sur un lict branslant
Puis me dict de la la la m'amye,
Je fais les dents à mon vilain claquer
S'il devoit tout vif enrager,
Le vilain n'oseroit bouger
Quand je le tiens, il n'oseroit grongner
Voire, deust-il perdre la vie.
Avec le mien je ne m'ennuye,
A le baiser prens mon deduit toute la nuit.
Le mien me serre, baise
Et moy je suis tant aise,
Quand bien fort il m'accole,
Voila tres bonne escolle
Dit la saige sus ce passage,
Elle en parle comme tres saige,
De bien aymer l'affection,
A eu en recordation,
Tout le temps de sa vie.
Je meurs ma sceur m'amye,
Ha quel mal j'endure,
C'est quelque froidure
Qu'elle a pris a son gésir.
Helas, je m'en vois mourir,
Las vueillés moy secourir,
Il luy faudroit pour sa douleur oster
Estre aupres d'elle et la réconforter,
Quand aura eu plaisir de son mary,
Son povre cueur plus n'en sera marry,
Et n'en fera que mine,
Il luy faut pour allegement
Avoir d'amour contentement
C'est douce médecine.
La ferme amour de la femme et de l'homme
Assoupit toute douleur et consomme,
O très doux bien tant douce chose
Quand ferme amour au cueur enclose,
Est entre amans, ô quelle joye !
Parlés plus bas qu'on ne vous oye.
J'en parleray c'est mon office,
Car c'est la chose plus propice
Que je désire tant.
Si j'ay parlé, ou caqueté
Du caquet que je veux caqueter,
Faut-il qu'on en tienne caquet
Trop caquetés et si criés haut comme une trompette
Et en eust parlé Trupette ?
La, la, langue friette.
Badin, badault, badine,
Finette, fine mine,
Baveuse qui bavarde,
Langue qui chascun larde,
Lourde faulse vilaine,
Tant que j'auray haleine
Je chanteray, je parleray,
Et le tout par despit de vous
Ce n'est pas parlé à propos.
Appoinctement fy de couroux
C'est trop presché sur la besongne,
Allés tancer en autre lieu.
Qui voudra grongner si en grongne,
Je jourray, jourray a beau jeu
Vous jourres jourrés le naturel jeu.
Femmes sont faites pour tancer et braire.
Il vous fait taiser,
Et tost rapaiser,
Non pas ainsi crier et braire.
Par le benoist Dieu je suis d'aussi grand bien que vous,
Vous ne me ferés taire
Laissés moy, meslés vous de votre affaire.
Mais je les feray bien taire
La la la c'est tousjours à refaire.
Or je les vois bien tost faire taire.
Je vous conjure par Vénus,
Dont souhaits d'amour sont venus,
Que vous taisés si vous povés
Mettés nous donc en un lieu reclus,
Et de langues soyons perdus,
Lors conjurés si vous povés,
Vous avez beau crier, et braire,
Quelque part que je soye,
Joyeuse seray et caquetteray
AfEn que plus on ne vous oye
Chascune de vous devienne oye,
Vole vole Dieu vous convoye
Oye, oye, oye,   ...
Jart, jart, jart,   ...
Apart, apart, apart,   ...
Va, va, va,   ...
Vole, vole, vole,    ...
Perrette, Perrette, Perrette,
En voyage à Saincte caquette,
Voyés vous point ceste tempeste,
Dela la mer va son sablat tenir,
Mais quelque fois la verrés revenir.


Submitted by Guy Laffaille [Guest Editor]

Authorship


Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)


Text added to the website: 2010-02-02.
Last modified: 2014-06-16 10:03:33
Line count: 148
Word count: 819

Gentle Reminder
This website began in 1995 as a personal project, and I have been working on it full-time without a salary since 2008. Our research has never had any government or institutional funding, so if you found the information here useful, please consider making a donation. Your gift is greatly appreciated.
     - Emily Ezust

Browse imslp.org (Petrucci Music Library) for Lieder or choral works