The LiederNet Archive
WARNING. Not all the material on this website is in the public domain.
It is illegal to copy and distribute our copyright-protected material without permission.
For more information, contact us at the following address:
licenses (AT) lieder (DOT) net

Vergine bella, che di sol vestita

Language: Italian (Italiano)

Vergine bella, che di sol vestita,
coronata di stelle, al sommo sole
piacesti sí, che 'n te Sua luce ascose,
amor mi spinge a dir di te parole;
ma non so 'ncominciar senza tu' aita,
e di Colui ch'amando in te si pose:
Invoco lei che ben sempre rispose,
chi la chiamò con fede.
Vergine, s'a mercede
miseria estrema de l'umane cose
già mai ti volse, al mio prego t'inchina;
soccorri a la mia guerra,
ben ch'i' sia terra, [tu]1 del ciel regina.

Vergine saggia, e del bel numero una
de le beate vergini prudenti,
anzi la prima, e con più chiara lampa;
o saldo scudo de l'afflitte genti
contr'a' colpi di Morte e di Fortuna,
sotto 'l qual si trïunfa, non pur scampa;
o refrigerio al cieco ardor ch'avampa,
qui fra i mortali sciocchi;
Vergine, que' belli occhi,
che vider tristi la spietata stampa
ne' dolci membri del tuo caro figlio,
volgi al mio dubio stato,
che sconsigliato a te vèn per consiglio.

Vergine pura, d'ogni parte intera,
del tuo parto gentil figliuola e madre,
ch'allumi questa vita, e l'altra adorni,
per te il tuo Figlio, e quel del sommo Padre,
o fenestra del ciel lucente, altèra,
venne a salvarne in su li estremi giorni
e fra tutt'i terreni altri soggiorni
sola tu fosti eletta,
Vergine benedetta,
che 'l pianto d'Eva in allegrezza torni.
Fammi, ché puoi, de la sua grazia degno,
senza fine o beata,
già coronata nel superno regno.

Vergine santa, d'ogni grazia piena,
che per vera et altissima umiltate
salisti al ciel, onde miei prieghi ascolti,
tu partoristi il fonte di pietate,
e di giustizia il sol, che rasserena
il secol, pien d'errori, oscuri e folti:
tre dolci e cari nomi hai in te raccolti,
madre, figliuola, e sposa;
Vergine gloriosa,
donna del re che nostri lacci a sciolti,
e fatto 'l mondo libero e felice,
ne le cui sante piaghe,
prego ch'appaghe il cor, vera beatrice.

Vergine sola al mondo, senza essempio,
che 'l ciel di tue bellezze innamorasti,
cui né prima fu simil, né seconda,
santi penseri, atti pietosi e casti
al vero Dio sacrato e vivo tempio
fecero in tua verginità feconda.
Per te pò la mia vita esser ioconda, 
s'a' tuoi preghi, o Maria,
Vergine dolce e pia,
ove 'l fallo abondò la grazia abonda.
Con le ginocchia de la mente inchine,
prego che sia mia scorta,
e la mia tòrta via drizzi a buon fine.

Vergine chiara e stabile in eterno,
di questo tempestoso mare stella,
d'ogni fedel nocchier fidata guida,
pon mente in che terribile procella
i' mi ritrovo sol, senza governo,
et ho già da vicin l'ultime strida.
Ma pur in te l'anima mia si fida,
peccatrice, i' no 'l nego,
Vergine; ma ti prego
che 'l tuo nemico del mio mal non rida:
ricorditi, che fece il peccar nostro,
prender Dio per scamparne,
umana carne, al tuo virginal chiostro.

Vergine, quante lagrime ho già sparte,
quante lusinghe, e quanti preghi indarno,
pur per mia pena, e per mio grave danno!
Da poi ch'i' nacqui in su la riva d'Arno,
cercando or questa et or quel altra parte,
non è stata mia vita altro ch'affanno.
Mortal bellezza, atti, e parole m'hanno
tutta ingombrata l'alma.
Vergine sacra et alma,
non tardar, ch'i' son forse a l'ultimo anno.
I dí miei più correnti che saetta,
fra miserie e peccati,
sonsen andati, e sol Morte n'aspetta.

Vergine, tale è terra e posto ha in doglia
lo mio cor, che vivendo in pianto il tenne;
e de mille miei mali un non sapea;
e per saperlo, pur quel che n'avenne
fôra avenuto; ch'ogni altra sua voglia
era a me morte, et a lei fama rea.
Or tu donna del ciel, tu nostra dea,
se dir lice, e convensi,
Vergine d'alti sensi,
tu vedi il tutto; e quel che non potea
far altri, è nulla a la tua gran vertute,
por fine al mio dolore;
ch'a te onore, et a me fia salute.

Vergine, in cui ho tutta mia speranza,
che possi e vogli al gran bisogno aitarme,
non mi lasciare in su l'estremo passo;
non guardar me, ma chi degnò crear me;
no 'l mio valor, ma l'alta sua sembianza,
ch'è in me, ti mova a curar d'uom sí basso.
Medusa, e l'error mio m'han fatto un sasso
d'umor vano stillante:
Vergine, tu di sante
lagrime, e pie, adempi 'l meo cor lasso;
ch'almen l'ultimo pianto sia devoto,
senza terrestro limo,
come fu 'l primo non d'insania vòto.

Vergine umana, e nemica d'orgoglio,
del comune principio amor t'induca;
miserere d'un cor contrito, umìle:
che se poca mortal terra caduca
amar con sí mirabil fede soglio,
che devrò far di te cosa gentile?
Se dal mio stato assai misero e vile
per le tue man resurgo,
Vergine, i' sacro e purgo
al tuo nome e penseri e 'ngegno e stile,
la lingua e 'l cor, le lagrime e i sospiri.
Scorgimi al miglior guado,
e prendi in grado i cangiati desiri.

Il dí s'appressa, e non pòte esser lunge,
sí corre il tempo e vola,
Vergine unica e sola,
e 'l cor or conscienzia or morte punge.
Raccomandami al tuo figliol, verace
omo e verace Dio,
ch'accolga 'l mio spirto ultimo in pace.


Translation(s): ENG FRE

List of language codes

G. Dufay sets stanza 1
G. Palestrina sets stanza 1

About the headline (FAQ)

View original text (without footnotes)
1 Palestrina: "et tu"

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

Authorship


Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)

Available translations, adaptations, and transliterations (if applicable):

  • FRE French (Français) (Francisque Reynard) , title 1: "Canzone CCCLXVI Vergine bella, che di sol vestita"
  • ENG English (David Wyatt) , title 1: "Lovely virgin, clothed with the sun", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission


Text added to the website between May 1995 and September 2003.

Last modified: 2014-06-16 10:01:45
Line count: 137
Word count: 869

Gentle Reminder
This website began in 1995 as a personal project, and I have been working on it full-time without a salary since 2008. Our research has never had any government or institutional funding, so if you found the information here useful, please consider making a donation. Your gift is greatly appreciated.
     - Emily Ezust

Canzone CCCLXVI Vergine bella, che di sol vestita

Language: French (Français) after the Italian (Italiano)

Vierge belle, qui de soleil vêtue,
couronnée d'étoiles, plus tellement
au souverain Soleil, qu'il cacha sa lumière en toi ;
Amour me pousse à parler de toi,
mais je ne sais pas commencer sans ton aide
et sans l'aide de celui qui, dans son amour, s'est reposé en toi.
J'invoque celle qui répondit toujours
à qui l'appela avec la foi.
Vierge, si jamais l'extrême
misère des choses humaines
t'amena à merci, incline-toi à ma prière ;
soutiens-moi dans cette guerre,
bien que je sois poussière, et que tu sois reine du ciel.

Vierge sage, et l'une du beau groupe
des bienheureuses vierges prudentes,
ou plutôt la première, celle dont la lampe est la plus claire ;
ô solide bouclier des affligés
contre les coups de la Mort et de la Fortune,
sous lequel on trouve le triomphe et non pas seulement le salut ;
ô soulagement à l'ardeur aveugle
qui consume ici-bas les mortels insensés ;
vierge, ces beaux yeux
qui virent avec tristesse les plaies impies
faites aux doux membres de ton cher fils,
tourne-les sur ma périlleuse situation ;
car, étant sans résolution, je viens à toi pour avoir un conseil.

Vierge pure, en tout parfaite,
de ton noble fruit fille et mère,
toi qui illumines cette vie et embellis l'autre ;
c'est par toi que ton fils et celui du Père souverain,
ô brillante et sublime fenêtre du ciel,
vint pour nous sauver aux jours suprêmes ;
et qui, parmi tous les autres terrestres séjours,
a été seule élue,
vierge bénie,
pour changer en allégresse les pleurs d'Eve.
Fais-moi, tu le peux, digne de sa grâce,
ô toi éternellement bienheureuse,
et qui fus autrefois couronnée dans le royaume céleste.

Vierge sainte, pleine de toutes les grâces,
qui par une vraie et très haute humilité
montas au ciel d'où tu écoutes mes prières ;
tu enfantas la source de pitié
et le Soleil de justice qui rassérène
les siècles remplis d'erreurs obscures et épaisses.
Tu possèdes réunis en toi trois noms doux et chers :
mère, fille et épouse ;
vierge glorieuse,
Dame du Roi qui as brisé nos liens
et fait le monde libre et heureux,
et dans les saintes plaies
duquel je te prie, véritable bienfaitrice, de contenter mon cœur.

Vierge unique au monde, sans modèle ;
qui as énamouré le ciel de tes beautés ;
qui n'as eu ni supérieure, ni pareille, ni seconde ;
tes saints pensers, tes actes pieux et chastes firent
au vrai Dieu un temple sacré et vivant
dans ta virginité féconde.
Par toi ma vie peut être joyeuse,
si à tes prières, ô Marie,
vierge douce et pieuse,
la grâce abonde là où abonda le péché.
Les genoux de l'âme ployés,
je te prie d'être mon guide,
et de redresser ma voie tortueuse vers une bonne fin.

Vierge resplendissante et stable dans l'éternité,
étoile de cette mer tempétueuse,
guide sûr de tout fidèle nocher ;
regarde en quelle terrible tourmente
je me retrouve, sans gouvernail,
et déjà je suis près de pousser le cri suprême.
Mais pourtant mon âme en toi se fie.
C'est une pécheresse, je ne le nie pas,
ô vierge ; mais je te prie
de ne pas laisser ton ennemi rire de mon mal ;
ressouviens-toi que c'est notre péché
qui a fait que Dieu, pour nous sauver, s'incarna
sous une forme humaine en ton flanc virginal.

Vierge, que de larmes j'ai déjà répandues,
que de supplications et de prières adressées en vain
et seulement pour ma peine et à mon grave détriment !
Depuis que je naquis sur la rive de l'Arno,
cherchant tantôt dans un lieu et tantôt dans un autre,
ma vie n'a pas été autre chose qu'un tourment.
La beauté mortelle, les actes et les paroles
ont anéanti toute mon âme.
Vierge sacrée et sublime,
ne tarde pas, car je suis peut-être à ma dernière année.
Mes jours plus rapides que la flèche,
se sont écoulés entre les misères
et les péchés, et la mort seule m'attend.

Vierge, elle est poussière et elle a mis
mon cœur en deuil, celle qui, vivante, le tint dans les pleurs,
et ne savait pas une seule de mes mille souffrances,
et quand elle l'aurait su, ce qui advint n'en serait
pas moins advenu, car tout autre désir de sa part
eût été la mort pour moi, et pour elle une coupable renommée.
Maintenant toi, Dame du ciel, toi notre divinité
-- si parler ainsi est licite et convenable --
vierge au sens élevé,
tu vois tout ; et ce que d'autres
ne pouvaient faire, n'est rien pour ta grande puissance ;
mets fin à ma douleur ;
ce sera un honneur pour toi, et pour moi le salut.

Vierge, en qui j'ai mis le complet espoir
que tu pourras et voudras m'aider en ce grand besoin,
ne m'abandonne pas au moment du suprême passage.
Regarde non pas moi, mais celui qui daigna me créer ;
que ce soit non pas mon mérite, mais sa sublime semblance
qui est en moi, qui te pousse à avoir cure d'un homme si infime.
Méduse et mon erreur ont fait de moi un rocher
distillant une eau vaine ;
Vierge, remplis de larmes
saintes et pieuses mon cœur fatigué :
qu'au moins mes derniers pleurs soient pleins de dévotion
et débarrassés du limon terrestre,
si les premiers ne furent pas exempts de folie.

Vierge compatissante et ennemie de l'orgueil,
que l'amour de notre principe commun te touche ;
aie pitié d'un cœur contrit, humble ;
car si je continue à aimer avec une si admirable fidélité
un peu de terre périssable,
que devrai-je faire pour toi, chose si noble ?
Si par tes mains je me relève
de mon état si misérable et vil,
ô vierge, je consacre et je purifie
à ton nom et mes pensées, et mon génie, et mon style,
ma langue et mon cœur, mes larmes et mes soupirs.
Conduis-moi vers un meilleur gué,
et accueille favorablement mes désirs si changés.

Le jour s'approche et ne peut être loin,
tellement le temps court et vole,
ô vierge unique et seule ;
et mon cœur est aiguillonné tantôt par la conscience, tantôt par la mort.
Recommande-moi à ton Fils, vrai
homme et vrai Dieu,
afin qu'à mon dernier soupir il me reçoive en paix.


Submitted by Guy Laffaille [Guest Editor]

Authorship


Based on

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)

    [ None yet in the database ]


Text added to the website: 2011-10-22.
Last modified: 2014-06-16 10:04:39
Line count: 137
Word count: 1046