by Pierre de Ronsard (1524 - 1585)

Las ! je n'eusse jamais pensé
Language: French (Français) 
Available translation(s): ENG
Las ! je n'eusse jamais pensé,
Dame qui causes ma langueur,
De voir ainsi recompensé
Mon service d'une rigueur,
Et qu'en lieu de me secourir
Ta cruauté m'eust fait mourir.

Si, bien accort, j'eusse apperceu,
Quand je te vy premierement
Le mal que j'ay depuis recue
Pour aimer trop loyalement,
Mon cœur, qui franc avoit vescu,
N'eust pas esté si tost vaincu.

Mais tu fis promettre à tes yeux,
Qui seuls me vindrent decevoir,
De me donner encore mieux
Que mon cœur n'esperoit avoir ;
Puis, comme jaloux de mon bien,
Ont transformé mon aise en rien.

Si tost que je vis leur beauté,
Amour me força d'un desir
D'assujettir ma loyauté
Sous l'empire de leur plaisir,
Et decocha de leur regard
Contre mon cœur le premier dard.

Ce fut, Dame, ton bel accueil
Qui, pour me faire bien-heureux,
M'ouvrit par la clef de ton œil
Le paradis des amoureux,
Et, fait esclave en si beau lieu,
D'un home je devins un dieu.

Si bien que, n'estant plus à moy,
Mais à l'œil qui m'avoit blesse,
Mon cœur en gage de ma foy
A mon vainqueur j'ai delaissé,
Où serf si doucement il est
Qu'autre liberté luy desplaist ;

Et, bien qu'il souffre jours et nuits
Mainte amoureuse adversité,
Le plus cruel de ses ennuis
Luy semble une felicité,
Et ne sçauroit jamais vouloir
Qu'un autre œil le face douloir.

Un grand rocher qui a le doz
Et les pieds tousjours outragez,
Ores des vents, ores des flots,
Contre les rives enragez,
N'est point si ferme que mon cœur
Sous l'orage d'une rigueur :

Car luy, de plus en plus aimant
Les beaux yeux qui l'ont en-reté,
Semble du tout au diamant,
Qui, pour garder sa fermeté,
Se rompt plustost sous le marteau
Que se voir tailler de nouveau.

Ainsi ne l'or qui peut tenter,
Ny grace, beauté, ny maintien,
Ne sçauroit dans mon cœur enter entrer?
Un autre portrait que le tien,
Et plustost il mourroit d'ennuy,
Que d'en souffrir un autre en luy.

Il ne faut donc, pour empescher
Qu'une autre dame en ait sa part,
L'environner d'un grand rocher,
Ou d'une fosse, ou d'un rampart :
Amour te l'a si bien conquis,
Que plus il ne peut estre acquis.

Chanson, les estoilles seront
La nuict sans les cieux allumer,
Et plustost les vents cesseront
De tempester dessus la mer,
Que de ses yeux la cruauté
Puisse amoindrir ma loyauté.

J. Castro sets stanzas 1-2
J. Chardavoine sets stanzas 1-7, 12
G. Costeley sets stanzas 1-2
F. Caietain sets stanzas 1-7

About the headline (FAQ)

View text with footnotes

Authorship

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)

Available translations, adaptations, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , title 1: "Alas, I would never have thought", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission


Researcher for this text: David Wyatt