Quatre Poèmes extraits de 'Alcools' de G. Apollinaire

by Daniel Ruyneman (1886 - 1963)

Word count: 194

1. Hôtels [sung text not yet checked]

La chambre est veuve
Chacun pour soi
Présence neuve
On paye au mois

Le patron doute
Payera-t-on
Je tourne en route
Comme un toton

Le bruit des fiacres
Mon voisin laid
Qui fume un âcre
Tabac anglais

O La Vallière
Qui boite et rit
De mes prières
Table de nuit

Et tous ensemble
Dans cet hôtel
Savons la langue
Comme à Babel

Fermons nos portes
À double tour
Chacun apporte
Son seul amour

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. L'adieu [sung text not yet checked]

J'ai cueilli ce brin de bruyère
L'automne est morte souviens-t'en 
Nous ne nous verrons plus sur terre
Odeur du temps brin de bruyère
Et souviens-toi que je t'attends

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "Farewell", copyright © 1999, (re)printed on this website with kind permission
  • GER German (Deutsch) (Bertram Kottmann) , "Abschied", copyright © 2006, (re)printed on this website with kind permission
  • HUN Hungarian (Magyar) (Tamás Rédey) , "Agyő", copyright © 2015, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. À la Santé [sung text not yet checked]

Que lentement passent heures 
Comme passe un enterrement

Tu pleureras l'heure où tu pleures 
Qui passera trop vitement
Comme passent toutes les heures.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Garrett Medlock) , copyright © 2019, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. La tzigane [sung text not yet checked]

La tzigane savait d’avance
Nos deux vies barrées par les nuits
Nous lui dîmes adieu et puis
De ce puits sortit l’Espérance

L’amour lourd comme un ours privé
Dansa debout quand nous voulûmes
Et l’oiseau bleu perdit ses plumes
Et les mendiants leurs Ave

On sait très bien que l’on se damne
Mais l’espoir d’aimer en chemin
Nous fait penser main dans la main
À ce qu’a prédit la tzigane

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]