Le pas d'armes du roi Jean

Set by Emmanuel Chabrier (1841 - 1894), "Le pas d'armes du roi Jean", 1866 [ high voice and piano ]  [sung text checked 1 time]

Note: this setting is made up of several separate texts.


Ça, qu'on selle,
Écuyer,
Mon fidèle
Destrier.
Mon cœur ploie
Sous la joie,
Quand je broie
L'étrier.

2. Par saint Gille,
Viens-nous-en,
Mon agile
Alezan ;
Viens, écoute,
Par la route,
Voir la joute
Du roi Jean.

[ ... ]

4. Nous qui sommes,
De par Dieu,
Gentilshommes
De haut lieu,
Il faut faire
Bruit sur terre,
Et la guerre
N'est qu'un jeu.

[ ... ]

20. On commence.
Le beffroi !
Coups de lance,
Cris d'effroi !
On se forge,
On s'égorge
Par saint George !
Par le Roi !

[ ... ]

25. Dans l'orage,
Lis courbé,
Un beau page
Est tombé.
Il se pâme,
Il rend l'âme ;
Il réclame
Un abbé.

[ ... ]

27. Moines, vierges,
Porteront
De grands cierges
Sur son front ;
Et, dans l'ombre
Du lieu sombre,
Deux yeux d'ombre
[Pleureront]1.

[ ... ]

29. Ça, mon frère,
Viens, rentrons
Dans [notre]3 aire
De barons ;
Va plus vite,
Car au gîte
Qui t'invite,
Trouverons,

30. Toi, l'avoine
Du matin,
Moi, le moine
Augustin,
Ce saint homme,
Suivant Rome,
Qui m'assomme
De latin,

[ ... ]

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Peter Low) , "King Jean’s Tournament", copyright © 2017, (re)printed on this website with kind permission [an adaptation]
  • GER German (Deutsch) (Bertram Kottmann) , "Der Waffengang des Königs Johann", copyright © 2017, (re)printed on this website with kind permission [an adaptation]

View original text (without footnotes)
Note: this poem has an epigram at the top reading:
      Plus de six cents lances y furent brisées ; on se battit
      à pied et à cheval, à la barrière,
      à coups d'épée et de pique, où partout les
      tenants et les assaillants ne firent rien qui ne répondit
      à la haute estime qu'ils s'étaient déjà
      acquise; ce qui fit éclater ces tournois doublement. Enfin, au
      dernier, un gentilhomme nommé de Fontaines, beau-frère
      de Chandiou, grand prévôt des maréchaux, fut
      blessé à mort ; et au second encore, Saint-Aubin, autre
      gentilhomme, fut tué d'un coup de
      lance. -- Ancienne chronique.
1 Chabrier: "De latin"
2 omitted by Saint-Saëns
3 Chabrier: "mon"

Research team for this text: Emily Ezust [Administrator] , Peter Low [Guest Editor]


Pour rejoindre son régiment
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship