Trois Lieder de Camille Mauclair

Song Cycle by Ernest Amédée Chausson (1855 - 1899)

Word count: 299

1. Les heures [sung text checked 1 time]

Les pâles heures, sous la lune,
En chantant jusqu'à mourir,
Avec un triste sourire,
Vont une à une
Sur un lac baigné de lune,
Où, avec un sombre sourire,
Elles tendent, une à une,
Les mains qui mènent à mourir;
Et certains, blèmes sous la lune
Aux yeux d'iris sans sourire,
Sachant que l'heure est de mourir,
Donnent leurs mains une à une 
Et tous s'en vont dans l'ombre et dans la lune
Pour s'alanguir et puis mourir
Avec les Heures une à une,
Les Heures au pàle sourire.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Ballade [sung text checked 1 time]

Quand les anges se sont perdus
Qui s'en venaient sur la mer
Les oiseaux les ont attendus
En criant éperdus 
Dans le vent amer.

Quand les vaisseaux se sont perdus
Qui s'en venaient sur la mer,
Les oiseaux les ont attendus,
Puis, s'en sont allés dans le vent amer.

S'en sont allés jusqu'aux chaumières
Qui dorment au bord de la mer;
Et ils ont dit qu'étaient perdus
Les anges attendus.

S'en sont allés aux clochers des églises 
Qui chantent selon la brise,
Et ils ont dit qu'étaient perdus 
Les vaiseaux attendus.

Et la nuit les enfants étranges
Ont vu les ailes des anges
Comme des vaisseaux flotter au ciel,
Ont vu des voiles comme des ailes
Planer vers les étoiles.

Et mêlant les ailes, les voiles,
Et les navires et les anges,
Ils ont prié, les enfants frêles,
Dans une ignorance blanche.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Peter Low) , "Ballad", copyright © 2000, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Les couronnes [sung text checked 1 time]

C'est la fillette aux yeux cernés,
Avec son air étonné
Et ses trois frêles couronnes:
L'une de fraîche pimprenelle,
L'autre de vigne en dentelle,
Dans la troisième une rose d'automne.

La pimprenelle est pour son âme,
La vigne est pour l'amuser,
La rose à qui voudra l'aimer.
Beau chevalier! Beau chevalier!
Mais il ne passe plus personne,
Et la fillette aux yeux cernés
A laissé tomber les courronnes.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]