The LiederNet Archive
WARNING. Not all the material on this website is in the public domain.
It is illegal to copy and distribute our copyright-protected material without permission.
For more information, contact us at the following address:
licenses (AT) lieder (DOT) net

12 Rondels

Word count: 845

Song Cycle by Pierre (Onfroy) de Bréville (1861 - 1949)

Show the texts alone (bare mode).

1. Le trouveray-je jamais [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Le trouveray je jamais 
Ung loyal cueur joinct au mien, 
A qui je soye tout sien,
Sans departir desormais ?

D'en deviser par souhais, 
Souvent m'y esbas ; et bien,
Le trouveray je jamais 
Ung loyal cueur joinct au mien ?

Autant vault se je m'en tais,
Car certainement je tien
Qu'il ne s'en fera jà rien ;
En toute chose a ung mais,
Le trouveray je jamais ?


Confirmed with Poésies complètes de Charles D'Orléans : Revues sur les manuscrits avec préface, notes et glossaire par Charles d'Héricault, Tome II, Paris, Alphonse Lemerre, 1874, page 120.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

2. Jeunes amoureux nouveaulx [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Jeunes amoureux nouveaulx,
En la nouvelle saison,
Par les rues, sans raison,
Chevauchent faisans les saulx.

Et font saillir des carreaulx
Le feu, comme de charbon,
Jeunes amoureux nouveaulx,
En la nouvelle saison.

Je ne sçay se leurs travaulx
Ilz employent bien ou non ;
Mais piqués de l'esperon
Sont autant que leurs chevaulx,
Jeunes amoureux nouveaulx.


Confirmed with Poésies complètes de Charles D'Orléans : Revues sur les manuscrits avec préface, notes et glossaire par Charles d'Héricault, Tome II, Paris, Alphonse Lemerre, 1874, pages 94-95.

Modernized version:

Jeunes amoureux nouveaux,
En la nouvelle saison,
Par les rues, sans raison,
Chevauchent faisant les sauts.

Et font saillir des carreaux
Le feu, comme de charbon,
Jeunes amoureux nouveaux
En la nouvelle saison.

Je ne sais si leurs travaux
Ils emploient bien ou non ;
Mais piqués de l'éperon
Sont autant que leurs chevaux,
Jeunes amoureux nouveaux.

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

3. Petit mercier, petit pannier [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Petit mercier, petit pannier ! 
Pourtant se je n'ay marchandise 
Qui soit du tout à vostre guise,
Ne blasmez, pource, mon mestier.

Je gangne denier à denier, 
C'est loings du tresor de Venise,
(Petit mercier, petit pannier !)
Pourtant se je n'ay marchandise.

Et tandis qu'il est jour ouvrier,
Le temps pers quant à vous devise :
Je voys parfaire mon emprise
Et par my les rues crier : 
Petit mercier, petit pannier !


Confirmed with Poésies complètes de Charles D'Orléans : Revues sur les manuscrits avec préface, notes et glossaire par Charles d'Héricault, Tome II, Paris, Alphonse Lemerre, 1874, pages 46-47.

Modernized version, as set by Jean Françaix:

Petit mercier! Petit panier!
Pourtant si je n'ai marchandise
Qui soit du tout à votre guise,
Ne blâmez pour ce mon métier.

Je gagne denier à denier,
C'est loin du trésor de Venise,
Petit mercier! Petit panier!
Pourtant si je n'ai marchandise.

Tandis qu'il est jour ouvrier,
Le temps perds quand à vous devise:
Je vais parfaire mon emprise
Et parmi les rues crier:
Petit mercier! Petit panier!

Submitted by Harry Joelson

4. Rien ne valent ses mirlifiques [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


Riens ne valent ses mirlifiques, 
Et ses menues oberliques ; 
D'où venez vous, petit mercier ? 
Gueres ne vault vostre mestier, 
Se me semble, ne voz pratiques.

Chier les tenez comme reliques,
Les voulez vous mettre en croniques.
Vous n'y gangnerez ja denier.
Riens ne valent ses mirlifiques,
Et ses menues oberliques ;
D'où venez vous ? petit mercier.

En plusieurs lieux sont trop publiques,
Et pource, sans faire repliques,
Desploiez tout vostre pannier,
Affin qu'on y puisse serchier
Quelques bagues plus auctentiques ;
Riens ne valent ses mirlifiques.


Confirmed with Poésies complètes de Charles D'Orléans : Revues sur les manuscrits avec préface, notes et glossaire par Charles d'Héricault, Tome II, Paris, Alphonse Lemerre, 1874, page 46.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

5. Yver, vous n'estes qu'un vilain [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Translation(s): ENG FIN GER

List of language codes

Authorship


See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Faith J. Cormier) , "Winter, You're Naught but a Rogue", copyright © 2001, (re)printed on this website with kind permission
  • FIN Finnish (Suomi) (Erkki Pullinen) , copyright © 2017, (re)printed on this website with kind permission
  • GER German (Deutsch) (Linda Godry) , copyright © 2009, (re)printed on this website with kind permission


Yver, vous n'estes qu'un villain. 
Esté est plaisant et gentil,
En tesmoing de May et d'Avril
Qui l'acompaignent soir et main.

Esté revest champs, bois et fleurs, 
De sa livrée de verdure 
Et de maintes autres couleurs,
Par l'ordonnance de Nature.

Mais vous, Yver, trop estes plain
De neige, vent, pluye et grezil ; 
On vous deust bannir en exil.
Sans point flater, je parle plain,
Yver, vous n'estes qu'un villain.


Confirmed with Poésies complètes de Charles D'Orléans : Revues sur les manuscrits avec préface, notes et glossaire par Charles d'Héricault, Tome II, Paris, Alphonse Lemerre, 1874, pages 48-49.

Semi-modernized version used in Debussy's setting:

Yver, vous n'estes qu'un vilain;
Esté est plaisant et gentil
En témoing de may et d'avril 
Qui l'accompaignent soir et main.

Esté revet champs, bois et fleurs
De sa livrée de verdure
Et de maintes autres couleurs
Par l'ordonnance de nature.

Mais vous, Yver, trop estes plein 
De nège, vent, pluye et grézil.
On vous deust banir en éxil.
Sans point flater je parle plein,
Yver, vous n'estes qu'un vilain.

Submitted by Auditorium du Louvre

6. Les fourriers d'esté sont venus [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Les fourriers d'Este sont venus
Pour appareillier son logis,
Et ont fait tendre ses tappis,
De fleurs et verdure tissus.

En estandant tappis velus,
De vert herbe par le pais,
Les fourriers d'Este sont venus
Pour appareillier son logis.

Cueurs d'ennuy pieca morfondus,
Dieu mercy, sont sains et jolis ;
Alez vous en, prenez pais,
Yver, vous ne demourres plus ;
Les fourriers d'Este sont venus.


Modernized version:
Les fourriers d'Eté sont venus
Pour appareiller son logis,
Et ont fait tendre ses tapis,
De fleurs et verdure tissus.

En étendant tapis velus,
De vert herbe par le pays,
Les fourriers d'Eté sont venus
Pour appareiller son logis.

Cœurs d'ennui piéça morfondus,
Dieu merci, sont sains et jolis ;
Allez-vous-en, prenez pays,
Hiver, vous ne demeurez plus ;
Les fourriers d'Eté sont venus.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

7. Mon seul amy [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


Mon seul amy, mon bien, ma joye, 
Cellui que sur tous amer veulx,
Je vous pry que soyez joieux
En esperant que brief vous voye.

Car je ne fais que querir voye
De venir vers vous se m'aist Dieux,
Mon seul amy, mon bien, ma joye,
Cellui que sur tous amer veulx.

Et se, par souhaidier, povoye
Estre emprès vous, un jour ou deux, 
Pour quanqu'il a dessoubz les cieulx,
Outre rien ne souhaideroye,
Mon seul amy, mon bien, ma joye.


Confirmed with Poésies complètes de Charles D'Orléans : Revues sur les manuscrits avec préface, notes et glossaire par Charles d'Héricault, Tome II, Paris, Alphonse Lemerre, 1874, page 49.


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

8. Je ne prise point telz baisiers [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Je ne prise point telz baisiers 
Qui sont donnez par contenance, 
Ou par maniere d'acointance ;
Trop de gens en sont parçonniers.

On en peut avoir par milliers,
A bon marchié, grant habondance. 
Je ne prise point telz baisiers
Qui sont donnez par contenance.

Mais savez vous lesquelz sont chiers 
Les privez venans par plaisance ;
Tous autres ne sont sans doubtance,
Que pour festier estrangiers. 
Je ne prise point telz baisiers.


Confirmed with Poésies complètes de Charles D'Orléans : Revues sur les manuscrits avec préface, notes et glossaire par Charles d'Héricault, Tome II, Paris, Alphonse Lemerre, 1874, page 30.

Version with modernized spelling (used by Reber):
Je ne prise point tels baisers 
Qui sont donnés par contenance, 
Où par manière d'accointance ;
Trop de gens en sont prisonniers.

On en peut avoir par milliers,
A bon marché, grand'abondance. 
Je ne prise point tels baisers
Qui sont donnés par contenance.

Mais savez-vous lesquels sont chers 
Les prisés venant par plaisance ;
Tous autres ne sont, sans doutance,
Que pour fêter étrangers. 
Je ne prise point tels baisiers.

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

9. Quand n'ont assez fait dodo [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Quant n'ont assez fait dodo
Ces petitz enfanchonnés 
Ilz portent soubz leurs bonnés
Visages plains de bobo.

C'est pitié s'ilz font jojo
Trop matin, les doulcinés, 
Quant n'ont assez fait dodo
Ces petitz enfanchonnés.

Mieux amassent à gogo
Gesir sur molz coissinés, 
Car ilz sont tant poupinés ! 
Helas ! c'est gnogno, gnogno
Quant n'ont assez fait dodo.


Confirmed with Poésies complètes de Charles D'Orléans : Revues sur les manuscrits avec préface, notes et glossaire par Charles d'Héricault, Tome II, Paris, Alphonse Lemerre, 1874, page 70.

Modernized version, as set by Frank Martin:

Quant n'ont assez fait dodo
Ces petits enfançonnets,
Ils portent sous leurs bonnets
Visages pleins de bobos.

C'est pitié s'ils font jojo
Trop matin, les doulcinets,
Quant n'ont assez fait dodo
Ces petits enfançonnets.

Mieux aimassent à gogo
Gésir sur mols coussinets,
Car ils sont tant poupinets!
Hélas! Quels gnogno, gnogno,
Quant n'ont assez fait dodo.

Submitted by Tino Brütsch

10. En yver, du feu, du feu [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


En yver, du feu, du feu !
Et en esté, boire, boire !
C'est de quoy on fait memoire,
Quant on vient en aucun lieu.

Ce n'est ne bourde, ne jeu,
Qui mon conseil vouldra croire :
En yver, du feu, du feu !
Et en esté, boire, boire !

Chaulx morceaulx faiz de bon queu
Fault en froit temps, voire, voire ;
En chault, froide pomme ou poire
C'est l'ordonnance de Dieu :
En yver, du feu, du feu !


Note: queu = cuisinier

Submitted by Emily Ezust [Administrator]

11. Gardez le trait de la fenestre [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


See other settings of this text.


Gardez le trait de la fenestre,
Amans, qui par rues passez,
Car plus tost en serez blessez
Que de trait d'arc ou d'arbalestre.

N'alez à destre ne à senestre,
Regardant, mais les yeulx bessez ;
Gardez le trait de la fenestre,
Amans, qui par rues passez:

Se n'avez medicin bon maistre,
Si tost que vous serez navrez
A Dieu soiez recommandez,
Mort vous tiens, demandez le prestre ;
Gardez le trait de la fenestre.


Confirmed with Poésies complètes de Charles D'Orléans : Revues sur les manuscrits avec préface, notes et glossaire par Charles d'Héricault, Tome II, Paris, Alphonse Lemerre, 1874, page 95.


Submitted by Ted Perry

12. Chantez ce que vous pensés [ sung text not yet checked against a primary source]

Language: French (Français)

Authorship


Go to the single-text view


Chantez ce que vous pensés,
Moustrant joyeuse maniere,
Ne la vendez pas si chiere,
Trop envis la despensés.

Or sus, tost vous avancés,
Laissez coustume estrangiere,
Chantez ce que vous pensés.

Tous noz menus pourpensés
Descouvrons, a lye chiere,
L'un a l'autre, sans priere.
J'acheveray : commencés,
Chantez ce que vous pensés !


Submitted by Emily Ezust [Administrator]

Gentle Reminder
This website began in 1995 as a personal project, and I have been working on it full-time without a salary since 2008. Our research has never had any government or institutional funding, so if you found the information here useful, please consider making a donation. Your gift is greatly appreciated.
     - Emily Ezust

Browse imslp.org (Petrucci Music Library) for Lieder or choral works