by Pierre de Ronsard (1524 - 1585)

Quand j'estois libre, ains que l'amour...
Language: French (Français) 
Available translation(s): ENG
Quand j'estois libre, ains que l'amour cruelle
[Ne]1 fust esprise encor' en ma mouelle,
   Je vivois bienheureux,
De toutes parts cent mille jeunes filles
Se travailloyent, par leurs flammes gentilles,
   A me rendre amoureux.

Mais tout ainsi qu'un beau poulain farouche
Qui n'a [senti]2 le frein dedans la bouche
   Va seulet écarté,
N'ayant soucy sinon d'un pied superbe
A mille bonds fouler les fleurs et l'herbe,
   Vivant en liberté ;

Ores il court le long d'un beau rivage
Ores il erre au fond d'un bois sauvage
   Ou sur quelque mont haut ;
De toutes pars les poutres hannissantes
Luy font l'amour, pour néant blandissantes,
   A luy qui ne s'en chaut.

Ainsi j'allois desdaignant les pucelles
Qu'on estimoit en beauté les plus belles,
   Sans répondre à leur vueil ;
Lors je vivois amoureux de moy mesme,
Content et gay, sans porter couleur blesme
   Ny les larmes à l'œil.

J'avois escrit au plus haut de la face
Avec l'honneur une agreable audace
   Plaine d'un franc desir ;
Avec le pied marchoit ma fantasie
Deça, dela, sans peur ne jalousie
   Vivant de mon plaisir.

Mais aussi tost que par mauvais desastre
Je vey ton sein blanchissant comme albastre,
   Et tes yeux, deux soleils,
Tes beaux cheveux espanchez par ondées,
Et les beaux lis de tes levres bordées
   De cent œillets vermeils,

[Incontinent j'apprehenday service,
Car]3 liberté, de ma vie nourrice,
   S'eschappa loing de moy :
Dedans tes rets ma premiere franchise,
Pour obeir à ton bel œil fut prise
   Esclave dessous toy.

Et lors tu mis mes deux mains à la chaine
Mon col au cep et mon cœur à la gesne,
   N'ayant de moy pitié,
Non plus helas qu'un outrageux corsaire,
O fier destin, a pitié d'un forsaire/forcère
   A la chaine lié.

Tu mis apres en signe de conqueste,
Comme vainqueur, tes deux pieds sur ma teste,
   Et du front m'a osté
L'honneur, la honte, et l'audace première,
Accouhardant mon ame prisonniere,
   Serve à ta volonté.

Vengeant d'un coup mille faultes commises
Et les beautez qu'à grand tort j'avois mises
   Par-avant à mespris :
Qui me prioient, en lieu que je te prie.
Mais d'autant plus que mercy je te crie,
   Tu es sourde à mes cris,

Et ne responds non plus que la fontaine
Qui de Narcis mira la [face]4 vaine,
   Vengeant dessus le bord
Mille beautez des Nymphes amoureuses,
Que cest enfant, par mynes desdaigneuses,
   Avoit mises à mort.

J. Chardavoine sets stanzas 1-4, 6-11

About the headline (FAQ)

View original text (without footnotes)
1 la Grotte: "Me"
2 la Grotte : "maché"
3 la Grotte : "Incontinent j'apris que c'est service,/ La"
4 la Grotte : "forme"

Authorship

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (David Wyatt) , copyright © 2017, (re)printed on this website with kind permission


Research team for this text: Emily Ezust [Administrator] , David Wyatt

Text added to the website: 2016-03-06 00:00:00
Last modified: 2017-06-10 15:23:01
Line count: 66
Word count: 399