The LiederNet Archive
WARNING. Not all the material on this website is in the public domain.
It is illegal to copy and distribute our copyright-protected material without permission.
For more information, contact us at the following address:
licenses (AT) lieder (DOT) net

Kullervo ja hänen sisarensa

Language: Finnish (Suomi)

Kuoro (Chorus)
 Kullervo, Kalervon poika,
 Sinisukka äijön lapsi,
 Hivus keltainen korea,
 Kengän kauto kaunokainen
 Läksi viemähän vetoja,
 Maajyviä maksamahan.

 Vietyä vetoperänsä,
 Maajyväset maksettua
 Rekehensä reutoaikse
 Kohennaikse korjahansa;
 Alkoi kulkea kotihin,
 Matkata omille maille.

 Ajoa järyttelevi
 Matkoansa mittelevi
 Noilla Väinön kankahilla,
 Ammoin raatuilla ahoilla.

 Neiti vastahan tulevi,
 hivus kulta hiihtelevi
 noila Vaïnon kankahilla,
 ammoin raatuilla ahoilla.

 Kullervo, Kalervon poika,
 Jo tuossa piättelevi,
 Alkoi neittä haastatella,
 Haastatella, houkutella:

Kullervo:
 Nouse, neito korjahani,
 Taaksi maata taljoilleni!

Sisar:
 Surma sulle korjahasi,
 Tauti taaksi taljoillesi!

Kuoro:
 Kullervo, Kalervon poika,
 Sinisukka äijön lapsi,
 Iski virkkua vitsalla,
 Helähytti helmivyöllä.
 Virkku juoksi, matka joutui,
 Tie vieri, reki rasasi.

 Neiti vastahan tulevi,
 Kautokenkä kaaloavi
 Selvällä meren selällä,
 Ulapalla aukealla.

 Kullervo, Kalervon poika,
 Hevoista piättelevi,
 Suutansa sovittelevi,
 Sanojansa säätelevi:

Kullervo:
 Tule korjahan, korea,
 Maan valo, matkoihini!

Sisar:
 Tuoni sulle korjahasi,
 Manalainen matkoihisi!

Kuoro:
 Kullervo, Kalervon poika,
 Sinisukka äijön lapsi,
 Iski virkkua vitsalla,
 Helähytti helmivyöllä.
 Virkku juoksi, matka joutui,
 Reki vieri, tie lyheni.

 Neiti vastahan tulevi,
 Tinarinta riioavi
 Noilla Pohjan kankahilla,
 Lapin laajoilla rajoilla.

 Kullervo, Kalervon poika,
 Hevoista hillitsevi,
 Suutansa sovittelevi,
 Sanojansa säätelevi:

Kullervo:
 Käy, neito rekoseheni,
 Armas, alle vilttieni,
 Syömähän omeniani,
 Puremahan päähkeniä!

Sisar:
 Sylen, kehno, kelkkahasi,
 Retkale, rekosehesi!
 Vilu on olla viltin alla,
 Kolkko korjassa eleä.

Kuoro:
 Kullervo, Kalervon poika,
 Sinisukka äijön lapsi,
 Koppoi neion korjahansa,
 Reualti rekosehensa,
 Asetteli taljoillensa,
 Alle viltin vierietteli.

Sisar:
 Päästä pois minua tästä,
 Laske lasta vallallensa
 Kunnotointa kuulemasta
 Pahalaista palvomasta,
 Tahi potkin pohjan puhki,
 Levittelen liistehesi,
 Korjasi pilastehiksi,
 Rämäksi re'en retukan!

Kuoro:
 Kullervo, Kalervon poika,
 Sinisukka äijön lapsi,
 Aukaisi rahaisen arkun,
 Kimahutti kirjakannen,
 Näytteli hope'itansa,
 Verkaliuskoja levitteli,
 Kultasuita sukkasia,
 Vöitänsä hopeapäitä.

 Verat veivät neien mielen,
 Raha muutti morsiamen,
 Hopea hukuttelevi,
 Kulta kuihauttelevi.

Sisar:
 Mist'olet sinä sukuisin,
 Kusta, rohkea, rotuisin?
 Lienet suurtaki sukua,
 Isoa isän aloa.

Kullervo:
 En ole sukua suurta,
 Enkä suurta enkä pientä,
 Olen kerran keskimmäistä:
 Kalervon katala poioka,
 Tuhma poika tuiretuinen,
 Lapsi kehjo keiretyinen;
 Vaan sano oma sukusi,
 Oma rohkea rotusi,
 Jos olet sukua suurta,
 Isoa isän aloa!

Sisar:
 En ole sukua suurta,
 Enkä suurta enkä pientä,
 Olen kerran keskimmäistä:
 Kalervon katala tyttö,
 Tyhjä tyttö tuiretuinen,
 Lapsi kehjo keiretyinen.

 Ennen lasna ollessani
 Emon ehtoisen eloilla,
 Läkson marjahan metsälle,
 Alle vaaran vaapukkahan.
 Poimin maalta mansikoita,
 Alta vaaran vaapukjoita
 Poimin päivän, yön lepäsin.
 Poimin päivän, poimen toisen:
 Päivälläpä klmannella
 En tiennyt kotihin tietä:
 Tiehyt metsähän veteli,
 Ura saateli salolle.

 Siinä istuin, jotta itkin,
 Itkin päivän, jotta toisen;
 Päivänäpä kolmantena
 Nousin suurelle mäelle,
 Korkealle kukkulalle.
 Tuossa huusin, hoilaelin.
 Salot vastahan saneli,
 Kankahat kajahtelivat:
 `Elä huua, hullu tyttö,
 Elä mieletöin, melua!
 Ei se kuulu kumminkana,
 Ei kuulukotihin huuto!'

 Päivän päästä kolmen, neljän,
 Viien, kuuen viimeistäki
 Kohenihin kuolemahan,
 Heitihin katoamahan,
 Enkä kuollut kuittenkana,
 En mä kalkinen kaonnut!

 Oisin kuollut, kuja raukka,
 Oisin katkennut, katala,
 Äsken tuossa toisna vuonna,
 Kohta kolmanna kesänä
 Oisin heinänä helynnyt,
 Kukoistellut kukkapäänä,
 Maassa marjana hyvänä,
 Punaisena puolukkana,
 Nämä kummat kuulematta,
 Haukeat havaisematta.

Kullervo:
 Voi, poloinen, päiviäni,
 Voipa, kurja, kummiani,
 Kun pi'in sisarueni,
 Turmelin emoni tuoman!
 Voi isoni, voi emoni,
 Voi on valtavanhempani!
 Minnekä minut loitte
 Kunne kannoitte katalan?
 Parempiolisi ollut
 Syntymättä, kasvamatta,
 Ilmahan sikeämättä,
 Maalle tälle tätymättä.
 Eikä surma suonin tehnyt,
 Tauti oike'in osannut,
 Kun ei tappanu minua,
 Kaottanut kaksiöisnä.


Translation(s): ENG FRE

List of language codes

Submitted by Emily Ezust

Authorship


Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)

Available translations, adaptations, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (William Forsell Kirby) , title 1: "Kullervo and his sister", 1907
  • FRE French (Français) (Louis-Antoine Léouzon Le Duc) , title 1: "Kullervo rencontre sa sœur", published 1845


Text added to the website between May 1995 and September 2003.

Last modified: 2016-12-14 15:37:57
Line count: 186
Word count: 507

Gentle Reminder
This website began in 1995 as a personal project, and I have been working on it full-time without a salary since 2008. Our research has never had any government or institutional funding, so if you found the information here useful, please consider making a donation. Your gift is greatly appreciated.
     - Emily Ezust

Kullervo rencontre sa sœur

Language: French (Français) after the Finnish (Suomi)

CHŒUR
Kullervo, fils de Kalervo
Vêtu des chausses les plus bleues
Paré des cheveux blonds les plus fins,
Chaussé des souliers du meilleur cuir,
S’en allait payer ses impôts
S’en allait payer ses redevances.

Quand il eut payé ses impôts,
Et quand il eut aussi payé ses redevances,
Il bondit en son traîneau,
Et juché sur son traineau
Commença son périple à travers le pays
Pour s’en retourner en sa contrée.

Et il mena son attelage en avant
Regagna sa contrée
En traversant la bruyère de Väinö
Qu’il franchit en moins de temps qu’il n’en faut.

Et c’est alors qu’il croisa une jeune fille
Ses cheveux blonds flottaient au vent
Elle était là, sur la lande de Väinö
Qu’il franchissait en moins de temps qu’il n’en faut.

Kullervo, fils de Kalervo,
Arrêta la course de son traîneau au même instant,
Entama la conversation
Se mit à parler d’un ton patelin :

KULLERVO
« Viens dans mon traîneau, jeune fille,
Repose un moment sur les fourrures que j’y ai mises ».

SA SŒUR
« Que la Mort entre plutôt dans ce traîneau,
Que la peste s’assoie plutôt sur ces fourrures ».

CHŒUR
Kullervo, fils de Kalervo,
Vêtu des chausses les plus bleues,
Fouette son coursier
Le cingle de son fouet orné,
Lance le cheval sur la voie,
Le traîneau balança, la route fut franchie.

Et c’est alors qu’il croisa une jeune fille,
Marchant, du cuir à ses pieds,
Sur la surface étendue du lac,
À travers les eaux.

Kullervo, fils de Kalervo,
Arrêta la course de son cheval au même instant,
Ouvrit la bouche
Et fit entendre ces paroles :

KULLERVO
« Viens dans mon traîneau, ma jolie,
Fierté de la terre, et voyage en ma compagnie ».

LA SŒUR
« Dans ton traîneau invite plutôt Tuoni,
Que Manalainen voyage donc en ta compagnie ».

CHŒUR
Kullervo, fils de Kalervo,
Vêtu des chausses les plus bleues
Fouette son coursier
Le cingle de son fouet orné,
Lance le cheval sur la voie,
Le traîneau balança, la route fut franchie.

Et c’est alors qu’il croisa une jeune fille,
Portant une broche d’étain, qui chantait,
Par delà les bruyères de Pohja
Et les confins déserts de Laponie.

Kullervo, fils de Kalervo,
Arrêta la course de son cheval au même instant,
Ouvrit la bouche
Et fit entendre ces paroles :

KULLERVO
« Viens dans mon traîneau, jeune fille,
Sous ma couverture, ma chérie,
Et bien au chaud tu pourras manger mes pommes,
Et faire craquer mes noix ».

LA SŒUR
« Je crache sur ton traîneau, malappris,
Pour rien au monde dans ton traîneau, canaille,
Il fait froid sous ta couverture,
Il fait sombre dans ton traîneau ».

CHŒUR
Kullervo, fils de Kalervo,
Vêtu des chausses les plus bleues,
Par la force emmène la jeune fille jusqu’à son traîneau,
La jette à l’intérieur,
La couche sur les fourrures
La pousse sous les couvertures.

LA SŒUR
« De ce traîneau relâche-moi,
Laisse moi, moi qui suis libre,
Qui n’ai jamais entendu rien de mauvais,
Ni de paroles mauvaises et corrompues,
Sinon je saute à terre,
Et je briserai ton traîneau en morceaux,
Je le briserai jusqu’à ce qu’il n’en reste rien,
Je mettrai en pièces ton maudit traîneau ».

CHŒUR
Kullervo, fils de Kalervo,
Vêtu des chausses les plus bleues,
Ouvrit alors le coffre dissimulé,
Fit tinter l’ouverture ornée
Et mit sous ses yeux tout son argent,
Il étendit les tissus de choix,
Les chausses, toutes tissées de fil d’or,
Les ceintures toutes zébrées d’argent.

Bientôt les tissus lui tournèrent la tête
Par l’argent, la voici fiancée,
Par l’argent la voici détruite,
Et l’or scintillant achève de la tromper.

LA SŒUR
« Dis-moi maintenant quel est ton clan,
De quelle maison es-tu issu
D’une puissante maison, il me semble,
Fils d’un père tout aussi puissant ».

KULLERVO
« Non, ma maison n’est pas grande,
Ni grande, ni petite,
Je ne suis qu’entre les deux,
Le fils malheureux de Kalervo,
Garçon stupide et enclin aux folies,
Enfant sans aveu et bon à rien.
Dis-moi maintenant quel est ton clan,
De quelle maison es-tu issue
D’une puissante maison, il me semble,
Fille d’un père tout aussi puissant ».

LA SŒUR
« Non, ma maison n’est pas grande,
Ni grande, ni petite,
Je ne suis qu’entre les deux,
La fille malheureuse de Kalervo,
Fille stupide et encline aux folies,
Enfant sans aveu et bonne à rien.

Lorsque je n’étais qu’une enfant,
Vivant aux basques de ma tendre mère,
Je m’en allais cueillir des baies,
Sur le flanc de la montagne
je cherchais des framboises,
Au pied de la montagne, des fraises,
Je cueillis tout le jour, dormis la nuit
Je cueillis tout le jour et encore un autre,
Et ainsi de suite jusqu’au troisième,
Mais je ne retrouvai jamais mon chemin,
Le sentier me conduisit jusqu’aux bois,
Et mes pas m’égarèrent dans la forêt.

Là je me tins, et éclatai en sanglots,
Je pleurai un jour, puis deux,
Et tout le long du troisième.
Puis, je gravis le sommet d’une haute montagne,
Jusqu’au pic au plus haut,
Au sommet j’appelai, je criai,
Et les bois seuls me répondirent,
Tandis que la lande perpétuait l’écho de ces paroles :
« Ne crie pas, ô fille insensée,
Ne crie pas, toi à qui la raison fait défaut,
Personne ne peut t’entendre,
Personne chez toi n’entendra tes cris ».

Alors pendant le troisième et le quatrième jour,
Tout le long du cinquième et du sixième,
Je tentai de me tuer,
Essayai de me détruire,
Mais je ne parvins à mes fins,
Ni ne pus, misérable, périr de ma main.

Si j’avais pu périr, pauvre malheureuse,
Si j’avais pu disparaître, fille sans joie,
Alors au cours de la deuxième année suivant ma mort,
Ou bien au courant de l’été de la troisième,
J’aurais réapparu sous la forme d’un brin d’herbe,
J’aurais pris la forme d’une adorable fleur,
J’aurais été une magnifique baie,
Peut-être même une canneberge écarlate,
Alors je n’aurais jamais entendu parler de ces horreurs,
Je n’aurais jamais connu toutes ces terreurs. »

KULLERVO
« Maudit ce jour, ô malheureux,
Malheur à moi et à ma famille,
Car c’est ma sœur,
L’enfant de ma mère que j’ai outragée !
Malheur mon père, malheur ma mère,
Malheur à vous, mes parents vénérables,
Qui m’avez élevé dans ce but,
Dans le but d’être si malheureux !
Bien plus heureux aurait été mon destin,
Si je n’étais jamais né et nourri,
Si je ne m’étais endurci au grand air,
Si je n’étais pas parti de par le monde,
Ni la mort, ni la maladie
ne me furent bénéfiques,
Elles qui ne tombèrent jamais sur ma tête
Pour m’emporter en l’espace de deux nuits. »


Submitted by Guy Laffaille

Authorship


Based on

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)

    [ None yet in the database ]


Text added to the website: 2016-12-14.
Last modified: 2016-12-14 14:10:56
Line count: 186
Word count: 1109