You can help us modernize! The present website has been online for a very long time and we want to bring it up to date. As of May 6, we are $2,380 away from our goal of $15,000 to fund the project. The fully redesigned site will be better for mobile, easier to read and navigate, and ready for the next decade. Please give today to join dozens of other supporters in making this important overhaul possible!

The LiederNet Archive

Much of our material is not in the public domain.
It is illegal to copy and distribute our copyright-protected material without permission.
Printing texts or translations without the name of the author or translator is also illegal.
You must use the copyright symbol © when you reprint copyright-protected material.

For more information, contact us at the following address:
licenses (AT) lieder (DOT) net
Please read the instructions below the translations before writing!
In your e-mail, always include the names of the translators if you wish to reprint something.

Au revoir

Language: French (Français)

Au revoir ! à nos cœurs il faut donc qu'il s'applique,
Ce mot des longs regrets symbole douloureux,
Ce sanglot qui contient, amoureuse relique,
   Toutes les larmes de mes yeux ?

Au revoir ! Entends-tu la brise qui s'élève ?
L'heure vient de sonner, allons... il faut partir.
Ainsi que le vieillard qui caresse un doux rêve,
   Je vais vivre de souvenir.

O nature ! ô nature à jamais immortelle,
Vallée où je voudrais me mettre à deux genoux,
Mer immense et superbe, et qui n'êtes si belle
   Que parce qu'elle est près de vous !...

Ici, c'est un soupir, c'est le baiser qu'on donne,
Le sourire d'amour si longtemps attendu !
Là-bas... c'est le regard qui console et pardonne,
   Ici... c'est le baiser rendu.

Loin de moi, loin de moi, ces poëtes moroses
Qui vont doutant de tout, même de leur bonheur,
Et qui songent sans cesse, en effeuillant les roses,
   Qu'elles vont perdre leur fraîcheur !

Oh ! sans doute ils sont courts ces doux moments d'ivresse,
Sans doute l'on dirait qu'ils sont surpris à Dieu !
Le front ému frissonne encor d'une caresse,
   Il faut que l'on se dise adieu !

Mais quelle volupté ! quelle extase suprême !
Au sourire attendri que d'éblouissements !
Dans le regard profond de l'être qui vous aime
   Quels sublimes rayonnements !

Oh ! quel immense oubli de toutes les souffrances !
Quels rêves dans le cœur viennent se reposer !
Que de cieux entrevus, de saintes espérances !
   Que de siècles dans un baiser !

Et puis, dans sa sagesse affectueuse et douce,
Dieu mit le souvenir au cœur désespéré,
Comme sur les rochers il étendit la mousse,
   Lit du voyageur égaré !

C'est lui qui dans mon cœur veillera ton image,
Gardien assidu de ton culte béni ;
Il essuîra les pleurs de mon triste voyage,
   Il va devenir mon ami !

Divin consolateur, frère de l'espérance,
Il étendra la main vers l'avenir joyeux :
Sur ses pas, je verrai s'avancer en silence
   Le cortège des jours heureux !

Et toi !... De grâce, aussi, parfois qu'il te souvienne
Du songe de nos cœurs rêvé dans un beau jour,
De la main d'un ami qui n'est plus dans la tienne ;
   Puisses-tu rêver le retour !


Confirmed with Alfred Blot, Idéales poésies, Paris, Librairie internationale, 1870, pages 87-90.


Submitted by Guy Laffaille [Guest Editor]

Authorship

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)


Text added to the website: 2019-05-04 00:00:00.

Last modified: 2019-05-23 14:15:22

Line count: 48
Word count: 377

Gentle Reminder
This website began in 1995 as a personal project, and I have been working on it full-time without a salary since 2008. Our research has never had any government or institutional funding, so if you found the information here useful, please consider making a donation. Your gift is greatly appreciated.
     - Emily Ezust

Browse imslp.org (Petrucci Music Library) for Lieder or choral works