Mars jaloux, Cantate à voix seule avec symphonie

Cantata by Jean-Baptiste Stuck (1680 - 1755)

Word count: 356

1. Mars errant dans les bois de l’Isle de Cithere, [sung text checked 1 time]

Recitatif :
Mars errant dans les bois de l’Isle de Cithere,
Cherchait l’incontante Venus,
Tandis que sur des bords aux Jaloux inconnus,
Adonis goûtoit seul le bonheur de luy plaire.
Amour, s’écrioit Mars, qu'estes vous devenus ?
Quel soin loin de ces lieux occupe votre mere ?
L’ingrate, je le voy, forme un nouveau lien, ...
Tremble, Rival heureux, dont le bonheur m'outrage,
Si tu sçais m’arracher le cœur de la Volage,
Je sçauray m'immoler le tien.

Air Vivement :
Venez, volez sanglante Haine,
Venez, volez, je vous livre mon cœur.
Brisez, Brisez une odieuse chaîne ;
Que l'amour cede à la Fureur.

Authorship

Researcher for this text: Guy Laffaille [Guest Editor]

2. Bellone, partagez mon courroux legitime, [sung text checked 1 time]

Recitatif :
Bellone, partagez mon courroux legitime,
Ramgez les climats qui cachent mon Rival,
Ah ! c’est trop peu d'une victime
Pour calmer mon depit fatal !
Lancez vos traits, armez vos mains impitoyables,
Que la flâme et le fer volent de toute parts,
Et des mortels tombans sous vos coups redoutables,
Elevez un trophée à la fureur de Mars.

Lentement :
Qu'entends-je ?... C'est Venus !
Dieux la Perfide avance !
Par de justes mépris commençons ma vengeance...
Vains projets... Je soûpire...
Helas ! Est ce ainsi que je veux outrager ses appas.

Air lentement :
Pourquoi fuyez-vous ma présence ?
Que ne puis je vous imiter ?
Helas ! Je voy vôtre inconstance,
Et je m’efforce d’en douter.
C'est en vain que tout vous accuse,
Quand vous êtes loin de ces lieux ;
Je trouve déjà vôtre excuse,
Et dans mon cœur et dans vos yeux.

Authorship

Researcher for this text: Guy Laffaille [Guest Editor]

3. L’Inconstante Venus à ce tendre langage, [sung text checked 1 time]

Recitatif :
L’Inconstante Venus à ce tendre langage,
Par des soupirs trompeurs, calme le Dieu jaloux.
Et pour ne pas livrer Adonis à sa rage
Elle feint de répondre à ses vœux les plus doux.
Que l'on est aisément séduit par ce qu'on aime,
Mars croit voir dans Venus une tendresse extrême,
Loin d’averer son crime et de la condamner,
Il se croit coupable luy même,
D'avoir osé l'en soupçonner.

Air gratieusement :
Loin d'une infidelle, 
L’on brave l'Amour ;
Mais l'Amour près d’elle,
Triomphe à son tour.
D'un Objet aimable
Quel est le pouvoir ?
Il n’est plus coupable,
Dés qu'il se fait voir.

Authorship

Researcher for this text: Guy Laffaille [Guest Editor]