by André Alexandre (1860 - 1928)

Le vieux moulin
Language: French (Français) 
O vieux Moulin désert que l'herbe ronge,
Parfois ton aile, inerte trop longtemps,
S'éveille, vibre ainsi que dans un songe,
Et tourne, et tourne aux horizons flamands.

Et je revois la vaillante Ludine,
Grasse et blonde meunière d'autre fois,
Debout auprès des grands sacs de farine,
Les palpant, les comptant du bout des doigts.

Qu'elle était fraiche en coiffe de Zélande !
Et si fidèle à l'époux, c'est certain
Pour tous les deux que la joie était grande
De toujours moudre et moudre le bon grain!

Tant et si bien qu'à ces rudes besognes
Ils ont usé leurs printemps, leurs hivers,
Et qu'un beau soir, comme un vol de cigognes
Leur âme a fui vers les Paradis clairs

Les Paradis où tout ce que l'on aime 
Revit et chante en un rayon plus pur
Bien loin, là haut où Dieu compte lui mème
Et la farineet les grains de blémûr !

Authorship

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

This text was added to the website: 2014-03-26
Line count: 20
Word count: 151