Quatre chants, d'après des poésies de Paul Verlaine

Song Cycle by Karl Heinrich David (1884 - 1951)

Word count: 412

1. La lune blanche [sung text not yet checked]

La lune blanche 
Luit dans les bois ;
De chaque branche 
Part une voix 
Sous la ramée...

Ô bien aimée.

L'étang reflète,
Profond miroir,
La silhouette
Du saule noir
Où le vent pleure...

Rêvons, c'est l'heure.

Un vaste et tendre
Apaisement
Semble descendre
Du firmament
Que l'astre irise...

C'est l'heure exquise.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • CZE Czech (Čeština) (Jaroslav Vrchlický) , "Píseň"
  • ENG English (Grant A. Lewis) , "The white moon", copyright ©, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Charles Hopkins) , "The Moment of Ecstasy", written 2002, first published 2002, copyright ©, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Charles Hopkins) , written c2005, copyright ©, (re)printed on this website with kind permission
  • FIN Finnish (Suomi) (Erkki Pullinen) , "Kalpea kuu ", copyright © 2015, (re)printed on this website with kind permission
  • GER German (Deutsch) (Pierre Mathé) , "Der weiße Mond", copyright © 2012, (re)printed on this website with kind permission
  • GER German (Deutsch) (Elaine Marie Ortiz-Arandes) , copyright © 2015, (re)printed on this website with kind permission
  • GRE Greek (Ελληνικά) [singable] (Christakis Poumbouris) , "Λευκή σελήνη", copyright © 2015, (re)printed on this website with kind permission
  • HUN Hungarian (Magyar) (Tamás Rédey) , copyright © 2015, (re)printed on this website with kind permission
  • HUN Hungarian (Magyar) (Árpád Tóth) , "La lune blanche"
  • HUN Hungarian (Magyar) (Dezső Kosztolányi) , "Fehér hold"
  • ITA Italian (Italiano) (Ferdinando Albeggiani) , "La luna bianca", copyright © 2009, (re)printed on this website with kind permission
  • SPA Spanish (Español) (Elisa Rapado) , "La hora exquisita", copyright © 2007, (re)printed on this website with kind permission
  • SPA Spanish (Español) (Alberto Bonati) , "La luna blanca", copyright © 2007, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Air d'opéra [sung text not yet checked]

  Là! Je me tue à vos genoux !
  Car ma détresse est infinie,
Et la tigresse épouvantable d'Hyrcanie
  Est une agnelle au prix de vous.

  Oui, céans, cruelle Clymène,
  Ce glaive, qui dans maints combats
Mit tant de Scipions et de Cyrus à bas,
  Va finir ma vie et ma peine!

  Ai-je même besoin de lui
  Pour descendre aux Champs-Élysées?
Amour perça-t-il pas de flèches aiguisées
  Mon cœur, dès que votre œil m'eut lui?

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Charles Hopkins) , written 2002, first published 2002, copyright ©, (re)printed on this website with kind permission
  • ENG English (Charles Hopkins) , "In the Grotto", written c2005, copyright ©, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Gavotte [sung text not yet checked]

Un singe en veste de brocart 
Trotte et gambade devant elle 
Qui froisse un mouchoir de dentelle 
Dans sa main gantée avec art, 

Tandis qu'un négrillon tout rouge 
Maintient à tour de bras les pans 
De sa lourde robe en suspens, 
Attentif à tout pli qui bouge, 

Le singe ne perd pas des yeux
La gorge blanche de la dame, 
Opulent trésor que réclame 
Le torse nu de l'un des dieux ; 

Le négrillon parfois soulève 
Plus haut qu'il ne faut, l'aigrefin,
[Son]1 fardeau somptueux, afin 
De voir ce dont la nuit il rêve ;

Elle va par les escaliers, 
Et ne paraît pas davantage 
Sensible à l'insolent suffrage 
De ses animaux familiers.

Authorship

See other settings of this text.

View original text (without footnotes)
1 Pijper: "Soit" ?

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. Scène d'opéra bouffe [sung text not yet checked]

C'est le chien de Jean de Nivelle
Qui mord sous l'œil même du guet
Le chat de la mère Michel ;
François-les-bas-bleus s'en égaie.

La Lune à l'écrivain public
Dispense sa lumière obscure
Où Médor avec Angélique
Verdissent sur le pauvre mur.

Et voici venir La Ramée
Sacrant en bon soldat du Roy.
Sous son habit blanc mal famé,
Son cœur ne se tient pas de joie,

Car la boulangère... -- Elle ? -- Oui dam !
Bernant Lustucru, son vieil homme,
A tantôt couronné sa flamme...
Enfants, Dominus vobiscum !

Place ! en sa longue robe bleue
Toute en satin qui fait frou-frou,
C'est une impure, palsembleu !
Dans sa chaise qu'il faut qu'on loue

Fût-on philosophe ou grigou,
Car tant d'or s'y relève en bosse
Que ce luxe insolent bafoue
Tout le papier de monsieur Loss !

Arrière ! robin crotté ! place,
Petit courtaud, petit abbé,
Petit poète jamais las
De la rime non attrapée !

Voici que la nuit vraie arrive...
Cependant jamais fatigué
D'être inattentif et naïf
François-les-bas-bleus s'en égaie.

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]