Rondels et rondeaux. Paroles et Musique de Maurice Rollinat

by Maurice Rollinat (1846 - 1903)

Word count: 871

1. Le Champ de Colzas [sung text not yet checked]

Dans le champ planté de colzas,
De luzerne et de betteraves,
Devant les grands bœufs doux et graves
Je passais comme tu passas.

Longtemps avec moi tu causas,
Par un matin des plus suaves,
Dans le champ planté de colzas,
De luzerne et de betteraves.

Et si bien tu t’apprivoisas,
Toi la fille aux pieds nus, qui braves
L’herbe humide et le bord des gaves,
Qu’en souriant tu me baisas,
Dans le champ planté de colzas !

Authorship

Confirmed with Maurice Rollinat, Dans les brandes, poèmes et rondels, Charpentier, 1883, pages 206-207.


Research team for this text: Emily Ezust [Administrator] , Joost van der Linden [Guest Editor]

2. La Chanson de la Perdrix grise [sung text not yet checked]

La chanson de la perdrix grise
Ou la complainte des grillons,
C’est la musique des sillons
Que j’ai toujours si bien comprise.

Sous l’azur, dans l’air qui me grise,
Se mêle au vol des papillons
La chanson de la perdrix grise
Ou la complainte des grillons.

Et l’ennui qui me martyrise
Me darde en vain ses aiguillons,
Puisqu’à l’abri des chauds rayons
J’entends sur l’aile de la brise
La chanson de la perdrix grise.

Authorship

Confirmed with Maurice Rollinat, Dans les brandes, poèmes et rondels, Charpentier, 1883, pages 208-209.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. La Blanchisseuse du Paradis [sung text not yet checked]

Au son de musiques étranges
De harpes et de clavecins,
Tandis que flottent par essaims
Les cantiques et les louanges,

Elle blanchit robes et langes
Dans l’eau bénite des bassins,
Au son de musiques étranges
De harpes et de clavecins.

Et les bienheureuses phalanges
Peuvent la voir sur des coussins
Repassant les surplis des saints
Et les collerettes des anges,
Au son de musiques étranges.

Authorship

Confirmed with Maurice Rollinat, Les Névroses, Paris, Fasquelle, 1917, page 47.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. Le Silence [sung text not yet checked]

Le silence est l’âme des choses
Qui veulent garder leur secret.
Il s’en va quand le jour paraît,
Et revient dans les couchants roses.

Il guérit des longues névroses,
De la rancune et du regret.
Le silence est l’âme des choses
Qui veulent garder leur secret.

À tous les parterres de roses
Il préfère un coin de forêt
Où la lune au rayon discret
Frémit dans les arbres moroses :
Le silence est l’âme des choses.

Authorship

Confirmed with Maurice Rollinat, Les Névroses, Paris, Fasquelle, 1917, page 19.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

5. Les Prunelles [sung text not yet checked]

Ces prunelles bleu violet,
Dans le buisson plein de murmures,
N’ont qu’un terne et laiteux reflet
Auprès du noir luisant des mûres ;
Pas de guêpe au long corselet.

Mais voici que maint oiselet
S’éveille et descend des ramures
Pour picorer, tant qu’il lui plaît,
Ces prunelles.

Comme des grains de chapelet,
Elles sortent rondes et pures
D’un fouillis de vertes guipures ;
Les prés sentent le serpolet,
Et l’aube ouvre dans l’air follet
Ses prunelles.

Authorship

Confirmed with Maurice Rollinat, Les Névroses, Paris, Fasquelle, 1917, page 180.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

6. La Mort des fougères [sung text not yet checked]

L’âme des fougères s’envole :
Plus de lézards entre les buis !
Et sur l’étang froid comme un puits
Plus de libellule frivole !

La feuille tourne et devient folle,
L’herbe songe aux bluets enfuis.
L’âme des fougères s’envole :
Plus de lézards entre les buis !

Les oiseaux perdent la parole,
Et par les jours et par les nuits,
Sur l’aile du vent plein d’ennuis,
Dans l’espace qui se désole
L’âme des fougères s’envole.

Authorship

Confirmed with Maurice Rollinat, Les Névroses, Paris, Fasquelle, 1917, page 181.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

7. Les pêcheurs roses [sung text not yet checked]

Des pêchers roses, tous en chœur
Embaument les vignes désertes ;
Le battoir fait son bruit claqueur
Au bord des mares découvertes,
Et la nuit perd de sa longueur.

Le vent qui n’a plus de rigueur
Éparpille en souffles alertes
La contagieuse langueur
Des pêchers roses.

L’Amour sourit, tendre et moqueur,
Car bientôt, dans les herbes vertes,
Œil mi-clos, lèvres entr’ouvertes,
Plus d’une aux bras de son vainqueur
Va commettre de tout son cœur
Des péchés roses.

Authorship

See other settings of this text.

Confirmed with Maurice Rollinat, Les Névroses, Paris, Fasquelle, 1917, page 163.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

8. L’Idiot [sung text not yet checked]

L’idiot vagabond qui charme les vipères
Clopine tout le jour infatigablement,
Au long du ravin noir et du marais dormant,
Là-bas où les aspics vont par troupes impaires.

Quand l’automne a teinté les verdures prospères,
L’œil fixe, avec un triste et doux balancement,
L’idiot vagabond qui charme les vipères
Clopine tout le jour infatigablement.

Les serpents endormis, au bord de leurs repaires,
Se réveillent en chœur à son chantonnement,
Et venant y mêler leur grêle sifflement
Suivent dans les chemins, comme de vieux compères,
L’idiot vagabond qui charme les vipères.

Authorship

Confirmed with Maurice Rollinat, Les Névroses, Paris, Fasquelle, 1917, page 200.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

9. La Fontaine [sung text not yet checked]

La fontaine du val profond
Luit au bas des vieilles tourelles
Dont les toitures se défont
Et dont les girouettes grêles
Vont et viennent, viennent et vont.

Jamais la mousse de savon
N’a troublé ses plissements frêles :
Elle est limpide jusqu’au fond,
    La fontaine.

Sur ses bords les saules me font
Des éventails et des ombrelles ;
Et là, parmi les sauterelles,
J’arrête mon pas vagabond
Pour lire Virgile et le bon
    La Fontaine.

Authorship

Confirmed with Maurice Rollinat, Les Névroses, Paris, Fasquelle, 1917, page 159.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

10. La Pipe du Poète [sung text not yet checked]

Quand l’uniformité m’écœure,
Dans la rue ou dans la maison,
Que de fois pour nuager l’heure
Je savoure ton cher poison !

Ô ma coupe de nicotine,
Mon regard jubile en suivant
Ta fumée errante et lutine
Comme l’onde et comme le vent !

Quel doux philtre dans ces bouffées
Que j’aspire par ton cou noir !
Seul avec toi, je vois des fées
Dansant au sommet d’un manoir.

Humant ton odeur tabagique
Plus subtile que des parfums,
Au milieu d’un rêve magique,
J’évoque mes amis défunts ;

Et ma spectrale bien-aimée,
Avec son regard alarmant,
Sur tes spirales de fumée
Flotte mystérieusement.

Ton brouillard est l’escarpolette
Qui berce mes jours et mes nuits ;
Tu chasses comme une amulette
Mes cauchemars et mes ennuis.

Et je cuis mon dégoût du monde
Dans ton fourneau large et profond :
Je trouve l’homme moins immonde
En te fumant, l’œil au plafond.

Tu montres à ma fantaisie
Qui s’enveloppe d’un linceul,
Des horizons de poésie
Où le vers s’ébauche tout seul ;

Et pour moi ta saveur bénie,
Délicieuse d’âcreté,
Conserve en sa monotonie
Une éternelle nouveauté !

Authorship

Confirmed with Maurice Rollinat, Les Névroses, Paris, Fasquelle, 1917, pages 237-238.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]