Quatre poèmes de Tristan Klingsor

Song Cycle by Raymond Moulaert (1875 - 1962)

Word count: 425

1. Chanson de la citrouille [sung text not yet checked]

Il y avait une fois une citrouille 
Dans un jardin tout planté de carottes,
  De cornichons et de radis, 
Avec de vieux tons tout gris de rouille 
  Sur ses côtes. 

Pour la mieux soigner, la fée Carabosse 
  Avait même pris 
L'air d'une bonne femme des Quatre Jeudis 
  Et mis sur sa bosse 
  Un caraco gris. 

    Mais le soir, la citrouille s'ouvrait 
    Comme un carrosse enchanté, 
      El tenant les rênes 
    De ses quatre chats bottés, 
    Avec sa bosse, sa quenouille 
      Et sa marotte, 
La Carabosse s'en allait par la forêt 
  Où les fées sont reines : 

Il y avait une fois une citrouille 
Dans un jardin tout planté de carottes.

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Chanson de l'artichaut [sung text not yet checked]

J'ai cent feuilles à mon cœur tremblant 
  Comme celui d'un galant ; 
  Brune, rousse ou blonde, 
  Il en est pour tout le monde. 

J'ai cent feuilles tendres d'un côté 
  Et piquantes de l'autre, 
  Comme feintises et patenôtres 
  De jouvenceaux amignottés. 

Mais sans doute, belles, peu vous chaut 
  D'un joli cœur d'artichaut, 
Et brune, rousse ou blonde préférerait 
  Le simple cœur d'un dameret. 

De sorte qu'il me faudra finir aussi 
  À la barigoule ou farci,
Dans la marmite d'un cuisinier gras 
Sans même savoir qui me mangera. 

J'avais cent feuilles à mon cœur tremblant 
  Comme celui d'un galant ; 
Il en était pour toutes les belles, et plus, 
Mais personne à la ronde n'en a voulu.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Chanson de l'oignon  [sung text not yet checked]

Jolie servante hollandaise 
Aux fraîches joues couleur de rose 
Et bouche couleur de fraise, 
Jolie servante hollandaise, 
N'était-ce que ce petit oignon rose 
Qui te mettait une larme aux cils? 

Jolie servante au corsage ouvert 
Et bonnet pointu comme un toit, 
Jolie servante au cœur en souci, 
N'était-ce que ce petit oignon vert 
Dont la pelure restait entre tes doigts, 
Qui te faisait rougir les yeux ainsi ? 

Et maintenant que rissole et se dore 
Dans le beurre du chaudron sur la braise 
L'oignon blanc qui fut couleur de cuivre rose, 
Maintenant n'oses-tu pas avouer encore
Que tu pleures, jolie servante hollandaise, 
  À cause d'une autre chose ?

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. L'escamoteur [sung text not yet checked]

  Vieil escamoteur 
A baguette de regardeur d'étoiles, 
  A bonnet pointu de docteur, 
Que caches-tu dans ta manche de toile ? 

  Est-ce une bille de couleur, 
    Est-ce un oiseau bleu, 
  Est-ce un bouquet de fleurs. 
Pour faire quelque tour miraculeux ? 

    Vieil escamoteur de cartes, 
  Batteur d'omelettes dans un chapeau, 
Que caches-tu dans la manche que tu écartes 
  De ton habit cousu d'oripeaux ? 

Une, deux, trois, quatre, houp ! houp !... 
Écarquillez vos yeux de vos doigts potelés 
Cendrillon, Pierrot ou Riquet à la Houppe : 
Le sabre de Polichinelle est avalé.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]