by Guillaume de Machaut (c1300 - 1377)

En demantant
Language: French (Français) 
 En demantant
 Et lamentant
 Vueil commencier un lay,
 Triste et dolent
 Chanter d'un chant;
 Par droit tel le feray.

 Quar je ne sçay
 Escript en vray
 Qu'onques cuers eüst tant
 De grief esmay,
 Si comme j'ay,
 Ne de dueil si pesant.

 Il est vray, bien le croy,
 Que en triste desarroy
 Cheï pleinne d'ennoi
 Et en grant orphenté,
 Si com, raconter oy,
 Judée, quant son roy
 Prist la mort devers soy,
 Le vaillant Josué.

 Or ay tost oubliée
 Ce qui est devié
 Et par mort affiné.
 Mais sans cesser larmoy,
 Quant le roy de fierté,
 Fleur de chrestienté,
 Pris et suppedité
 Par ses ennemis voy.

 Nulz ne congnoist qu'est d'ami,
 Jusqu'à tant qu'il l'a perdu.
 Dont veü
 Et sceü
 Tres bien fu
 Que cilz ci
 Ot cuer garni
 D'amour, quar il ot en li
 Champion non recreü,
 Maiz creü
 En vertu
 Et tenu
 Asseüré et hardi.

 N'oncques n'ot cuer esperdu,
 Ne de plein pié ne demi
 Ne guenchi,
 Ains parti
 Au parti
 Qu'au tieü
 Que rent eü
 Si que bien ot perceü,
 Et comment son corps offri
 Sans detri
 Et sans si
 Et einsi
 L'a on ami congneü.

 Lion de nobilité
 En prosperité,
 Liepart de fierté
 En adversité,
 Roy te puet on bien nommer,
 Sangler hardi et cresté,
 En fait apresté,
 Ferm et arresté
 Et entalenté
 De tes nuisans contrester.

 Compaignon pour deporter,
 Tous bons faiz porter,
 ... faire et enorter
 Et reconforter;
 Estendart de seürté,
 A tel te puet on prouver,
 Sanz plus esprouver.
 Las! ton recouvrer
 Deffent à trouver
 Fortune par sa durté.

 Ay! Fortune,
 Qui es forte une,
 Preste et commune
 De baillier prune
 Verte ou meüre, quant tu vuelz;
 Ta force aüne
 Biens et peccune,
 Puis prent rancune,
 Si desaüne;
 Einsi le fais et faire soels.

 Mot accues,
 Puis desaccues.
 Or joie esmues,
 Après faiz duelz,
 Mains estable que cours de lune,
 Que ne te duelz
 Quanque tu pues,
 Quant hors des muels
 Est mis tes rois
 ....

 Fortune fausse et parjure,
 Estature
 De nient, fainte figure,
 Pourtraiture
 D'umbre qui fuit et varie.
 Hé! estache poi seüre
 S'asseüre
 Qui tient que sa glose obscure
 Tous jours dure,
 Qui ore est, or est perie.

 Or amie, or ennemie,
 Folz s'i fie.
 Moult as puissant seignourie
 ...
 Quant au bon roy de droiture
 As tout tolu fors sa vie
 Esbahie
 Et sa vaillance hardie
 Que n'as mie,
 Quar c'est des dons de Nature.

 Encor ne sui mas,
 Fortune, ne las
 De petit prisier tes las,
 Ne ne seray ja.
 Ton pouoir fait as
 De le mettre au bas,
 Maiz tollir ne li pues pas
 La valeur qu'il a,

 Que bien demonstra,
 Quant s'abandonna
 Et seür estal donna,
 Sans guenchir plain pas.
 Ce li demourra,
 Tant que Diex sera.
 Nature l'encouronna:
 Si ne li toudras.

 Quar tu ne pues tant subtiller
 Que tu puisses appeticier
 Son bien ne sa vaillance.
 Telz richesses fait à prisier
 Qui dure ferme sanz changier
 Et sans faire muance.

 Pour ce a Nature puissance;
 Ce sera mis en remembrance
 Sans fin pour exausser.
 Fi de toy et de ta bobance
 Que on voit trop plus tost que ballance
 Cheïr et trebuchier.

 C'est dou moins
 De mes plains,
 De quoy pleins
 Et complains
 Me sui mains fait à complaindre;
 Quar compoins
 Souverains
 Est prochains
 Et certains
 D'onnour qui li doit remaindre.

 Mais atteindre
 Chose graindre
 De toy plaindre,
 Sans moy faindre,
 Puis bien, quar je sui contrains
 Par ton faindre
 De restraindre
 Joie engraindre
 Et remaindre
 En misere dont sui plains.

 En ses destours
 Plains de doulours
 De plains, de plours,
 Comme mus sours
 Me fault et convient devourer
 Mes joieux jours,
 Et mes baudours
 En griefs tristours,
 Par les faulz tours
 De toy, Fortune, faut muer.

 Mon hault chanter
 Mettre en plourer,
 Mon bel parler
 Et mon rimer
 Laissier et tourner à rebours,
 Quant tout au cler
 Me veulz grever,
 Et an fuier
 Sans retourner
 M'emporte Fortune le cours.

 Ainsi desconfis
 Voy mes ris
 Et bannis
 De confort.
 Ja nulz autres dis
 N'en soit dis,
 Quar demis
 De port,

 Par naturel port,
 Sui si fort
 Que je port
 Cheveux gris;
 Et Fortune à tort
 Me remort,
 Quar l'un mort,
 L'autre pris;

 Voy trebuchant
 Le gent vaillant
 Et estaindre le ray
 Enluminant
 Honneur la grant
 Dont j'avoie le glay.

 Les biens que j'ay
 Ou que j'aray,
 Fortune, or as fait tant
 Que tout lairay
 Et chanteray:
 "Joie, à Dieu te commant."

Authorship

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

This text was added to the website between May 1995 and September 2003.
Line count: 210
Word count: 727