by Guillaume de Machaut (c1300 - 1377)

J'ain la flour
Language: French (Français) 
 J'ain la flour
 De valour
 Sans folour
 Et l'aour
 Nuit et jour
 Par savour;
 Car d'atour,
 De colour,
 De douçour
 Et d'odour
 A l'onnour,
 Ne millour
 N'est de li; pour ce en langour
 Vueil bien morir pour s'amour.

 Quant j'esgart
 Son regart,
 Que Diex gart,
 Par son art
 Mon cuer art
 Tempre et tart,
 Et d'un dart
 Qui n'en part
 Me repart.
 Lors à part
 Me depart,
 Mais regart
 N'ai que j'aie en joie part;
 Dont li cuers me fent et part.

 Ce fait Amours qui m'a conduit
 Par un conduit,
 Aussi com duit
 De tout deduit
 Faire. Or si duit
 Mon cuer qu'en riens ne se deduit;
 Car, sans repentir, jour et nuit
 Elle me nuit
 Et fait anuit,
 Et si me cuit
 Que, pour voir, cuit
 Qu'elle sans cause me destruit.

 Car la mort vient à moy le cours,
 Ne nul recours
 N'ay, ne secours
 En mes langours
 De mes tristours
 Ne puis trouver envers Amours;
 Dont mes dolereuses dolours,
 Pleinnes de plours,
 En sont tous jours
 Assez grignours
 En meins destours.
 Et tous ces maus me fait paours.

 Car, pour doubte d'escondire,
 Je n'os à ma dame dire
 Comment je vif à martire
 Pour s'amour,
 Pour ce que, s'elle desdire
 M'en voloit ou contredire,
 Certes, mes cuers morroit d'ire
 Sans demour.

 Nompourquant de cuer et d'ame,
 Com ma souverainne dame,
 L'amerai, sans penser blame
 Ne folour,
 Ja soit ce qu'elle m'enflame
 Le cuer d'amoureuse flame
 Et qu'en sa prison l'affame
 Nuit et jour.

 Mais se je puis, quant le verray,
 Je li diray
 Quel mal je tray.
 Las! non feray,
 Eins me tairay;
 S'esploiteray
 Qu'elle sache seürement
 Que pour li durement m'esmay
 Et qu'en esmay
 Suit et seray,
 Dont je n'aray
 Jamais cuer gay,
 Einsois morray
 Pour li que j'aim tres loyaument.

 Et s'en sa grace puis manoir,
 Sache de voir
 Qu'à mon pouoir,
 Sans decevoir,
 D'umble voloir
 Et main et soir
 Feray son dous commandement;
 Car, se loyaument, en espoir,
 La serf, j'espoir
 Que bien savoir
 Ou parcevoir
 Porra qu'avoir
 Bien ne valoir
 Ne puis sans son aligement.

 Amours, tu sces moult bien que siens
 Sui et tous tiens.
 Or me detiens
 En ses lijens
 Et ne vues qu'elle en sache riens,
 Ne ne vues aussi que nuls biens
 Puist estre miens.
 Einsi me tiens
 Par tes engiens:
 S'en muir, quant piteus n'en deviens.

 Comment qu'elle ait, et je l'ottroy,
 Le cuer de moy,
 Dou grief anoy
 Que je reçoy
 Ne doy riens demander qu'à toy;
 Car quant son dous viaire voy
 Et je li doy
 Dire qu'en foy
 L'aim, en tel ploy
 Me mes que parler n'os à soy.

 Dont moult durement m'aïr
 Et profondement souspir,
 Quant longuement à loisir
 La tres grant biauté remir
 De sa face coulourée
 Et je ne li os jehir
 Nullement ne descouvrir
 Comment y m'estuet languir
 Et en languissant morir
 Pour li qu'ai tant desirée.

 Las! au meins s'elle sceüst
 Ma dolour et congneüst,
 Certes, petit me neüst
 En moult alegié m'eüst
 Ma dolente destinée,
 N'en rien ne me despleüst
 Ma mort, s'elle li pleüst,
 Einsois mes cuers en eüst
 Grant joie, puis qu'il peüst
 Obeir à sa pensée.

 Mais l'ardour,
 Qui mon plour
 Fait gringnour
 Par rigour,
 Ma vigour
 Fait mensour.
 Las! s'en plour
 En destour
 Sans sejour
 Et m'atour
 En tel tour
 Que retour
 N'espoir de mort, par paour
 Que termine ma dolour.

 Las! aimy,
 S'en gemy
 Et fremy,
 Quant de li
 N'ay de mi
 Nom d'ami
 Et qu'en my
 Part par me
 Mes cuers qui
 L'a servi,
 Et je aussi,
 Que mar vi
 Se biauté, muir sans merci.
 Dont humblement la merci.

Authorship

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

This text was added to the website between May 1995 and September 2003.
Line count: 164
Word count: 597