by Auguste Angellier (1848 - 1911)

Sur la terrasse, à l’ombre obscure des...
Language: French (Français) 
Sur la terrasse, à l’ombre obscure des platanes,
D’une vasque en porphyre un jet d’eau de cristal 
Jaillissait, couronné d’arcs-en-ciel diaphanes 
Qui semblaient sa pensée et son rêve idéal.

De longs filets d’argent, retombant en lianes 
Légères tout autour de son jet triomphal,
Voilaient Tazur lointain des collines toscanes,
Qui tremblaient en suivant son rythme musical.

C’était comme un bosquet de fraîcheur lumineuse 
Où ne pénétrait point la riche odeur de fièvre 
Que tant de fruits épars mêlaient à la chaleur. 

Et nous vîmes briller, sous l’abri d’une yeuse,
Un banc de marbre blanc porté de pieds de chèvre,
Au dossier dominé par un masque rieur.

About the headline (FAQ)

Confirmed with Auguste Angellier, À l’amie perdue, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1920, page 63.


Authorship

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)


Researcher for this text: Andrew Schneider [Guest Editor]

This text was added to the website: 2019-05-07
Line count: 14
Word count: 106