by Émile André (1838 - 1897)

Les fées
Language: French (Français) 
Une veuve avait deux filles,
Dont l'ainée était une horreur.
L'autre était des plus gentilles,
Douce et belle comme un vrai cœur.
Tous les jours de la semaine
Il fallait qu'à la fontaine
Elle allât puiser de l'eau
Avec un énorme seau.
A servir le prochain montrez de l'obligeance
Et, tôt ou tard, vous aurez la récompense.

Une vieille sale et noire
Boitant, toussant et crachotant,
Lui demande un jour à boire ;
« Volontiers, » dit la belle enfant.
Et vite elle se dépêche
De tirer de l'eau bien fraîche.
La vieille lui dit: « C'est bon !
Je m'en vais te faire un don. »
A servir le prochain montrez de l'obligeance
Et, tôt ou tard, vous aurez la récompense.

Cette vieille décrépite
Était une fée en haillons.
Elle dit à la petite :
« Tiens, voici quel sera mon don :
Ma fille, à chaque parole
Qui de tes lèvres s'envole,
De ta bouche il sortira
Un diamant d'un carat.
A servir le prochain montrez de l'obligeance
Et, tôt ou tard, vous aurez la récompense.

Notre belle, heureuse et fière,
Revient tout droit à la maison.
« C'est trop fort ! » lui dit sa mère,
« As-tu donc perdu la raison ?
Rester, si longtemps sortie ! »
« Pardon ! ma mère chérie ... »
Et crac ! de ses blanches dents
Il sort quatre diamants.
A servir le prochain montrez de l'obligeance
Et, tôt ou tard, vous aurez la récompense.

« Qu'ai-je vu ? » dit la mégère.
Notre enfant s'explique aussitôt.
A l'aînée alors la mère
Dit : « Va vite tirer de l'eau. »
L'aînée y va, bougonnante ;
Vient une dame élégante
La priant de lui quérir
De l'eau pour se rafraîchir.
A servir le prochain montrez de l'obligeance
Et, tôt ou tard, vous aurez la récompense.

« Suis-je votre domestique ? »
Dit alors la vilaine horreur.
« Tu n'es guère sympathique, »
Lui répond la fée en douceur.
« Aussi, voici, ma mignonne,
Le don qu'ici je te donne :
De ta bouche à chaque mot
Je veux qu'il sorte un crapaud. »
A servir le prochain montrez de l'obligeance
Et, tôt ou tard, vous aurez la récompense.

Elle rentre. « Eh bien ! ma fille ? »
« Quoi, ma mère ... » Et sur ces trois mots,
Dieu ! sa bouche se tortille,
Il en tombe trois gros crapauds.
« Ah ! » dit la mère en colère,
Ta sœur a causé l'affaire ... »
Elle bat la belle enfant,
Qui se sauve incontinent.
A servir le prochain montrez de l'obligeance
Et, tôt ou tard, vous aurez la récompense.

Mais le prince voit la belle,
Qui pleurnichait pour tout de bon.
« Qu'avez-vous, mademoiselle ? »
Lui dit-il. Elle lui répond :
« Ma mère et ma sœur me chassent ... »
A ces mots sept diamants passent !!!
Le prince tombe amoureux,
Il l'épouse et fut heureux.
A servir le prochain montrez de l'obligeance
Et, tôt ou tard, vous aurez la récompense.

Authorship

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)


Researcher for this text: Johann Winkler

This text was added to the website: 2020-07-19
Line count: 80
Word count: 506