by Armand Silvestre (1837 - 1901)

Chanson matinale dans le goût de...
Language: French (Français) 
Cependant que l'archer vermeil 
Sur les bruyères réchauffées 
Disperse l'or de ses trophées,
Vainqueur de l'ombre et du sommeil ;

Laissant les plaines embrasées 
S'emplir de lumière et de chants, 
A l'urne des coteaux penchants
Viens boire le frais des rosées.

Je sais un taillis si profond
Qu'aux fleurs mêmes sur nous penchées, 
Les peines resteront cachées
Que ton rire et tes yeux me font. 

J'oublîrai le mal que j'endure
Aux sereines clartés du jour,
Et jetterai, sur mon amour, 
Un linceul riant de verdure ;

Et je chanterai le destin,
Cependant que ton pied superbe
Foulera mon cœur parmi l'herbe
Que mouillent les pleurs du matin.

Confirmed with Armand Silvestre, La chanson des heures: poésies nouvelles (1874-1878), Paris, G. Charpentier, 1878, pages 198-199.


Authorship

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)

    [ None yet in the database ]


This text (or a part of it) is used in a work
Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

This text was added to the website: 2020-02-15
Line count: 20
Word count: 107