by Anonymous / Unidentified Author

Musette
Language: French (Français) 
À l'ombre d'un ormeau, Lisette 
Filoit du lin tranquillement ;
Son Berger, la voyant seulette,
S'en vint luy dire tendrement :
  Brunete, mes amours, 
  Languiray-je toûjours? 

Si quelques-fois, sur ma musette,
Je me plains de ta cruauté,
C'est des plaintes qu'au vent je jette :
Tu ne m'as jamais écoûté.
  Brunete, mes amours, 
  Languiray-je toûjours? 

Ce jour qu'on dansoit au Village,
Je fus pour te donner la main ;
Mais aussi-tôt sur ton visage,
Je vis paroître un air chagrin.
  Brunete, mes amours, 
  Languiray-je toûjours? 

Un autre jour, qu'il t'en souvienne,
Je vins t'apporter un Agneau,
Qu'un Loup, dans la forêt prochaine,
Enlevoit de ton cher troupeau.
  Brunete, mes amours, 
  Languiray-je toûjours? 

En vain je crus que ce service
Toucheroit ton barbare cœur ;
Il me fut un nouveau supplice :
Tu n'en eus que plus de rigueur.
  Brunete, mes amours, 
  Languiray-je toûjours? 

Si pour te faire une caresse,
Tu vois même approcher mon chien,
Tu le traittes avec rudesse
Et le fais mordre par le tien.
  Brunete, mes amours, 
  Languiray-je toûjours? 

Quand seul dans nos bois je soupire,
Sensible à mon cruel tourment,
Zephir à l'Echo va le dire ;
L'Echo répond en soupirant :
  Brunete, mes amours, 
  Languiray-je toûjours?

Ce Ruisseau, dont l'eau vive & pure
Grossit des pleurs que je repands,
Redit aussi par son murmure
Qu'il mêle à mes tristes accents :
  Brunete, mes amours, 
  Languiray-je toûjours? 

Le Berger, de si bonne grace
Contoit son amoureux tourment,
Qu'un jeune cœur, fût-il de glace,
Se fût rendu dans le moment :
  Chacun doit à son tour
  Un tribut à l'Amour.

Aussi Lisette dans son âme
Sentit naître une vive ardeur :
L'Amour, avec un trait de flâme,
Venoit de luy percer le cœur.
  Chacun doit à son tour
  Un tribut à l'Amour.

Lisette, sentant sa defaitte,
Peut-être ne l'eût jamais dit,
Sans que la trop tendre Lisette
Fit un soupir qui la trahit.
  Chacun doit à son tour
  Un tribut à l'Amour.

Ils étoient seuls dans le Boccage,
On ne sçait ce qui s'y passa ;
Mais Tircis eût été peu sage
S'il en étoit demeuré là.
  Chacun doit à son tour
  Un tribut à l'Amour.

Beautez, dont la rigueur extrême,
Réduit mil Amants aux abois,
Un jour vous aimerez de même :
L'Amour ne perd jamais ses droits.
  Chacun doit à son tour
  Un tribut à l'Amour.

Quand une fois sous son empire
Ce petit Enfant nous soumet,
On a beau cacher son martire,
Un rien trahit nôtre secret.
  Chacun doit à son tour
  Un tribut à l'Amour.

Amants, pour desarmer vos Belles,
Profitez de cette Leçon ;
La plainte est utile auprès d'elles :
Vous l'avez vû par ma Chanson.
  Chacun doit à son tour
  Un tribut à l'Amour.

Authorship

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

This text was added to the website: 2011-05-01
Line count: 90
Word count: 454