Folk Song Arrangements, Vol. 2 - chansons populaires

by (Edward) Benjamin Britten (1913 - 1976)

Word count: 991

1. La noël passée [sung text checked 1 time]

La Noël passée,
Povret orphelin.
Ma goule affamée,
N'avait plus de pain 
M'en fus sous fenestre
Du bon Roy Henry,
Et lui dis "Mon Maistre,
Oyez bien ceci".

Prenez vos musettes
Et vos épinettes
Jésus, cette nuit,
S'est fait tout petit.

En cette nuitée,
Au vieux temps jadis.
Naquit en Judée,
Un de mes amis 
Avait pour couchette
Une crèche en bois,
Et dans la povrette
Des ramas de pois.

Et de sa chambrette,
Oyant mon récit,
Avecque amourette
Le bon Roy sourit.
Prit en sa cassette
Deux écus dorés;
De sa main doucette
Me les a donnés.

Disant: "Petit ange,
Je suis content,
Afin que tu manges,
Voilà de l'argent 
Pour la douce France
Et son Roy Henry,
Prie avecque instance
Ton petit amy!"

Authorship

Researcher for this text: Ted Perry

2. Voici le printemps [sung text checked 1 time]

Voici le printemps qui passe :
« Bonjour, tisserand, bonjour !
« Ami, cède-moi ta place,
« J'en ai besoin pour un jour.
« C'est moi qui fais la toilette
« Des bois, des prés et des fleurs.
« Donne vite ta navette;
« Tu sais qu'on m'attend ailleurs. »

[ ... ]
Voici le printemps qui passe ; « Bonjour, mon peintre, bonjour ! « Ta main s'obstine et se lasse, « A faire un semblant du jour. « Donne vite ta palette, « Ta palette et ton pinceau. « Tu vas voir le ciel en fête « Rajeunir dans mon tableau. »
[ ... ]
Voici le printemps qui passe ; « Bonjour, fillettes, bonjour ! « Donnez vos fuseaux, de grâce, « Que je travaille à mon tour. « J'ai promis, sous les charmilles, « Ma laine aux nids d'alentour. « Je vous dirai, jeunes filles, « Où se niche aussi l'amour. »
[ ... ]

Authorship

Confirmed with Trente-Sixième Année: Revue de Bretagne de Vendée & d'Anjou, Société des Bibliophiles Bretons, Tome VIII, 1re Livraison - Juillet 1892, Paris: Olivier de Gourcuff, Nantes : Dominique Caillé, 1892, pages 448-449. Marked as a "Chanson bretonne"


Research team for this text: Emily Ezust [Administrator] , Ted Perry

3. Fileuse [sung text checked 1 time]

Lorsque j'étais jeunette, je gardais les moutons,
Tirouli, tiroula, tirouli, tiroulou,
Tirouli, tiroula, tirouli, rouli, roule.
N'étais jamais seulette à songer par les monts.
Tirouli . . .
Mais d'autres bergerettes avec moi devisaient.
Tirouli . . . 
Parfois de sa musette un berger nous charmait.
Tirouli . . . 
Il nous faisait des rondes, joli' rondes d'amour.
Tirouli . . .
Mais me voilà vieille, reste seule toujours.
Tirouli!

Authorship

Researcher for this text: Ted Perry

4. Le roi s'en va-t'en chasse [sung text checked 1 time]

Le roi s'en va-t'en chasse,
Dans le bois des Bourbons,
Mon aimable bergère,
Dans les bois des Bourbons,
Bergère Nanon.

Ne trouve rien en chase,
Ni cailles, ni pigeons,
Mon aimable bergère,
Ni cailles, ni pigeons,
Bergère Nanon.

Rencontre une bergère
Qui dormait dans les joncs,
Mon aimable bergère,
Qui dormait dans les joncs,
Bergère Nanon.

"Voulez vous être reine,
Dedans mes beaux donjons?
Mon aimable bergère,
Dedans mes beaux donjons,
Bergère Nanon?

"Vous aurez des carrosses
Et de l'or à faison,
Mon aimable bergère,
Et de l'or à faison,
Bergère Nanon.

"Et cour de grandes dames,
De ducs et de barons,
Mon aimable bergère,
De ducs et de barons,
Bergère Nanon."

"Merci, merci, beau Sire,
Mais j'aime un pauv' garçon,
Qui aime sa bergère,
Mais j'aime un pauv' garçon,
Qui aime Nanon!"

Authorship

Go to the single-text view

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

5. La belle est au jardin d'amour [sung text checked 1 time]

La belle est au jardin d'amour,
La belle est au jardin d'amour.
Il y a un mois ou cinq semaines.
Laridondon, laridondaine.

Son père la cherche partout,
Son père la cherche partout.
Son amoureux qui est en peine.
Laridondon, laridondaine.

"Berger berger, n'as tu point vu,
Berger, berger, n'as tu point vu.
Passer ici celle que j'aime?"
Laridondon, laridondaine.

"Elle est là-bas dans ce vallon,
Elle est là-bas dans ce vallon,
A un oiseau conte ses peines."
Laridondon, landondaine.

Le bel oiseau s'est envolé,
Le bel oiseau s'est envolé,
Et le chagrin bien loin emmène.
Laridondon, laridondaine.

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Ted Perry

6. Il est quelqu'un sur terre [sung text checked 1 time]

Il est quelqu'un sur terre,
Va, mon rouet!
Docile, tourne, va ton train,
et dis, tout bas, ton doux refrain,
Il est quelqu'un sur terre,
Vers qui me rêves vont.

Il est dans la vallée,
Va, mon rouet!
Docile, tourne, va ton train,
et dis, tout bas, ton doux refrain,
Il est dans la vallée,
Un moulin près du pont.

L'amour y moud' sa graine,
Va, mon rouet!
Docile, tourne, va ton train,
et dis, tout bas, ton doux refrain,
L'amour y moud' sa graine,
Tant que le jour est long.

La nuit vers les étoiles,
Va, mon rouet!
Docile, tourne, va ton train,
et dis, tout bas, ton doux refrain,
La nuit vers les étoiles,
Soupire sa chanson.

La rou' s'y est brisée.
Va, mon rouet!
Docile, tourne, va ton train,
et dis, tout bas, ton doux refrain,
La rou' s'y est brisée.
Finie est la chanson.

Authorship

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Emily Ezust) , "There is someone in the world", copyright ©

Researcher for this text: Ted Perry

7. Eho! Eho! [sung text checked 1 time]

Eho! Eho! Eho! Les agneaux vont aux plaines,
Eho! Eho! Eho! Et les loups vont aux bois.

Tant qu'aux bords des fontaines
Ou dans les frais ruisseaux,
Les blancs moutons s'y baignent,
Y dansant au pré-au.

Mais queuq'-fois par vingtaine
Y s'éloign' des troupeaux,
Pour aller sous les chênes,
Aux herbages nouveaux.

Et les ombres lointaines
Leur-z'y cach' leurs bourreaux,
Malgré leurs plaintes vaines,
Les loups mang' les angneaux.

T'es mon agneau, ma reine.
Les grand' vill' c'est le bois,
Par ainsi Madeleine,
T'en vas pas loin de moi!

Authorship

Researcher for this text: Ted Perry

8. Quand j'étais chez mon père [sung text checked 1 time]

Quand j'étais chez mon père,
apprenti pastoureau,
il m'a mis dans la lande,
pour garder les troupiaux.

Troupiaux, troupiaux,
je n'en avais guère.
Troupiaux, troupiaux,
je n'en avais biaux.

Mais je n'en avais guère,
je n'avais qu'trois agneaux;
et le loup de la plaine
m'a mangé le plus biau.

Il était si vorace
n'a laissé que la piau,
n'a laissé que la queue,
pour mettre à mon chapiau.

Mais des os de la bête
me fis un chalumiau
pour jouer à la fete,
à la fêt' du hamiau.

Pour fair' danser l'village,
dessous le grand ormiau,
et les jeun's et les vieilles,
les pieds dans les sabiots.

Authorship

Researcher for this text: Ted Perry