Chansons intimes. Poésies de A. Samain

Song Cycle by Albert Bertelin (1872 - 1951)

1. Dilection [sung text not yet checked]

J'adore l'indécis, les sons, les couleurs frêles, 
Tout ce qui tremble, ondule, et frissonne, et chatoie : 
Les cheveux et les yeux, l'eau, les feuilles, la soie, 
Et la spiritualité des formes grêles ;

Les rimes se frôlant comme des tourterelles, 
La fumée où le songe en spirales tournoie, 
La chambre au crépuscule, où Son profil se noie, 
Et la caresse de Ses mains surnaturelles ;

L'heure de ciel au long des lèvres câlinée,
L'âme comme d'un poids de délice inclinée,
L'âme qui meurt ainsi qu'une rose fanée,

Et tel coeur d'ombre chaste, embaumé de mystère, 
Où veille, comme le rubis d'un lampadaire, 
Nuit et jour, un amour mystique et solitaire.

Authorship:

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Une douceur splendide et sombre [sung text not yet checked]

Une douceur splendide et sombre
Flotte sous le ciel étoilé.
On dirait que, là-haut, dans l'ombre
Un paradis s'est écroulé.

Et c'est comme l'odeur ardente,
L'odeur fiévreuse dans l'air noir,
D'une chevelure d'amante
Dénouée à travers le soir.

Tout l'espace languit de fièvres
Du fond des cœurs mystérieux
S'en viennent mourir sur les lèvres
Des mots qui font fermer les yeux.

Et [dans]1 ma bouche où s'évapore
Le parfum des bonheurs derniers
Et de mon cœur vibrant encore
S'élèvent de vagues pitiés.

Pour tous ceux-là, qui, sur la terre,
Par un tel soir tendant les bras,
N'ont point dans leur cœur solitaire
Un nom à sangloter tout bas.

Authorship:

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Karen Kanakis) , "Elegy", copyright © 2008, (re)printed on this website with kind permission

View original text (without footnotes)
1 Boulanger, Cras: "de"

Researcher for this text: Laura L. Nagle

4. Il pleut des pétales de fleurs [sung text not yet checked]

Il pleut des pétales de fleurs,
La flamme se courbe au vent tiède,
De mes deux yeux je te possède
Et mes yeux ont besoin de pleurs.

Vieille argile, faite aux douleurs,
Quel goût de souffrir sans remède
Harcèle ainsi le cœur qui cède!
Il pleut des pétales de fleurs.

Les roses meurent chaque et toutes,
Je ne dis rien, et tu m'écoutes;
Sous tes immobiles cheveux.

L'amour est lourd, mon âme est lasse:
Quelle est donc, Chère, sur nous deux
Cette aile en silence qui passe?1

Authorship:

See other settings of this text.

View original text (without footnotes)
1 Hadley repeats this line at the end: "Il pleut des pétales de fleurs."

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]
Total word count: 306