Verlainexquises

Song Cycle by Pierre Thilloy (b. 1970)

Word count: 306

1. Colombine [sung text not yet checked]

Léandre le sot,
Pierrot qui d'un saut,
  De puce
Franchit le buisson,
Cassandre sous son
  Capuce, 

Arlequin aussi,
Cet aigrefin si
  Fantasque
Aux costumes fous,
Ses yeux luisants sous
  Son masque, 

- Do, mi, sol, mi, fa, -
Tout ce monde va,
  Rit, chante
Et danse devant
Une belle enfant
  Méchante 

Dont les yeux pervers
Comme les yeux verts
  Des chattes
Gardent ses appas
Et disent: "À bas
  Les pattes!" 

- Eux ils vont toujours! -
Fatidique cours
  Des astres,
Oh! dis-moi vers quels
Mornes ou cruels
  Désastres 

L'implacable enfant,
Preste et relevant
  Ses jupes,
La rose au chapeau,
Conduit son troupeau
  De dupes?

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Les indolents [sung text not yet checked]

"Bah ! malgré les destins jaloux,
Mourons ensemble, voulez-vous ?
- La proposition est rare.

- Le rare est le bon. Donc mourons
Comme dans les Décamérons.
- Hi ! hi ! hi ! quel amant bizarre !

- Bizarre, je ne sais. Amant
Irréprochable, assurément.
Si vous voulez, mourons ensemble ?

- Monsieur, vous raillez mieux encor
Que vous n'aimez, et parlez d'or;
Mais taisons-nous, si bon vous semble ! "

Si bien que ce soir-là Tircis
Et Dorimène, à deux assis
Non loin de deux sylvains hilares,

Eurent l'inexpiable tort
D'ajourner une exquise mort.
Hi! hi! hi! les amants bizarres !

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Les ingénus [sung text not yet checked]

Les hauts talons luttaient avec les longues jupes,
En sorte que, selon le terrain et le vent,
Parfois luisaient des bas de jambes, trop souvent 
Interceptés ! -- Et nous aimions ce jeu de dupes.

Parfois aussi le dard d'un insecte jaloux
Inquiétait le col des belles sous les branches,
Et c'étaient des éclairs soudains des nuques blanches,
Et ce regal comblait nos jeunes yeux de fous.

Le soir tombait, un soir equivoque d'automne :
Les belles se pendant rêveuses à nos bras,
Dirent alors des mots si spéciaux, tout bas,
Que notre âme, depuis ce temps, tremble et s'étonne.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English [singable] (Nita Cox) , "Youthful lovers", first published 1904
  • ENG English (Jordyn Elizabeth Beranek) , "Young lovers", copyright © 2014, (re)printed on this website with kind permission
  • GER German (Deutsch) (Bertram Kottmann) , "Die Arglosen", copyright © 2015, (re)printed on this website with kind permission

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]