La Guirlande de Blois

Song Cycle by Camillo Togni (1922 - 1993)

Word count: 738

1. Je meurs de soif [sung text not yet checked]

Je meurs de soif auprès de la fontaine ; 
Je treuve doulx ce qui doit estre amer ; 
J'aime et tiens chiers tous ceulx qui me font haine, 
Je hé tous ceulx que fort je deusse amer ; 
Je loue ceulx que je deusse blamer,
Je prens en gré plus le mal que le bien ; 
Je vais querant ce qu'à trouver je doubte ;
Croire ne puis cela que je sçay bien, 
Je me tiens seur de ce dont plus j'ay doubte.

Je prens plaisir en ce qui m'est atayne ; 
Ung peu de chose m'est grant comme la mer ; 
Je tiens de près celle qui m'est loingtaine, 
Je garde entier ce que deusse entamer, 
Saoul suis de ce qui me fait affamer ; 
J'ay largement de tout, et si n'ay rien, 
J'oublie ce que plus à cuer je boute ; 
Ce qui me lasche me tient en son lien : 
Je me tiens seur de ce dont plus j'ay doubte.

Je tiens pour basse chose qui est haultaine ;
Je fuy tous ceulx que deusse reclamer, 
Je croy plus tard le vray qu'une fredaine ; 
Tant plus suis froit, plus me sens enflamer ; 
Quand j'ay bon cuer, lors je prens a pasmer,

Ce que j'acquiers je ne tiens pas pour mien, 
Je prise peu ce qui bien chier me couste ; 
Sote manière m'est plus que beau maintien, 
Je me tiens seur de ce dont plus j'ay doubte.

Prince, j'ay tout, et si ne sçay combien : 
J'atire à moy ce qui plus me déboute ; 
Ce que j'esloigne m'est plus qu'autre rien ; 
Je me tiens seur de ce dont plus j'ay doubte.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Je n'ai plus soif [sung text not yet checked]

Je n'ay plus soif, tairie est la fontaine ;
Bien eschauffé, sans le feu amoureux ;
Je voy bien cler, ja ne fault qu'on me maine ;
Folie et Sens me gouvernent tous deux ;
En Nonchaloir resveille sommeilleux ;
C'est de mon fait une chose meslee,
Ne bien, ne mal, d'aventure menee.

Je gaingne et pers, m'escontant par sepmaine ;
Ris, Jeux, Deduiz, je ne tiens conte d'eulx :
Espoir et Dueil me mettent hors d'alaine ;
Eur, me flatent, si m'est trop rigoreux ;
Dont vient cela que je riz et me deulz ?
Esse par sens ou folie esprouvee ?
Ne bien, ne mal, d'aventure menee.

Guerdonné suis de malleureuse estraine ;
En combattant, je me sens couraigeux ;
Joye et Soussy m'ont mis en leur demaine ;
Tout desconfit, me tiens au ranc des preux ;
Qui me saroit desnoer tous ses neux ?
Teste d'assier y fauldroit, fort armee,
Ne bien, ne mal, d'aventure menee.

Prince, veillesse fait me jouer a telz jeux,
Perdre et gaingner, et tout par ses conseulx ;
A la faille j'ay joué ceste annee,
Ne bien, ne mal, d'aventure menee.

Authorship

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Je meurs de seuf [sung text not yet checked]

Je meurs de soif auprès de la fontaine,
Chaud comme feu, et tremble dent à dent,
En mon païs suis en terre lointaine ;
Lez un brazier friçonne tout ardent ;
Nu comme ung ver, vestu en president ;
Je ris en pleurs, et attens sans espoir ;
Confort reprens en triste desespoir ;
Je m’esjouys et n’ay plaisir aucun ;
Puissant je suis sans force et sans povoir,
Bien recueilly, débouté de chascun.

Rien ne m’est seur que la chose incertaine,
Obscur, fors ce qui est tout évident ;
Doubte ne fais, fors en chose certaine ;
Science tiens à soudain accident ;
Je gaigne tout, et demeure perdent ;
Au point du jour, diz : « Dieu vous doint bon soir ! »
Gisant envers, j’ay grant paour de cheoir ;
J’ay bien de quoy, et si n’en ay pas un ;
Eschoicte attens, et d’homme ne suis hoir,
Bien recueilly, debouté de chascun.

De riens n’ay soing, si metz toute ma paine
D’acquerir biens, et n’y suis pretendant ;
Qui mieulx medit, c’est cil qui plus m’attaine,
Et qui plus vray, lors plus me va bourdant ;
Mon ami est qui me fait entendant
D’ung cygne blanc que c’est ung corbeau noir ;
Et qui me nuyst, croy qu’il m’aide à povoir.
Verité, bourde, aujourd’uy m’est tout un.
Je retiens tout ; riens ne sçay concepvoir,
Bien recueilly, debouté de chascun.

L’ENVOI
Prince clement, or vous plaise savoir
Que j’entens moult et n’ay sens ne sçavoir ;
Parcial suis, à toutes lois commun.
Que fais-je plus ? Quoy ? Les gaiges ravoir,
Bien recueilly, debouté de chascun.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English (Laura Prichard) , "Ballad: On the Examination at Blois", copyright © 2016, (re)printed on this website with kind permission

Confirmed with Œuvres complètes de François Villon, éd. préparée par La Monnoye, mise à jour, avec notes et glossaire par M. Pierre Jannet, Paris, A. Lemerre, 1876, pages 110-111, titled "Ballade Villon"

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]