Pierrot lunaire

by Carl Prohaska (1869 - 1927)

Word count: 382

1. L'escalier [sung text not yet checked]

Sur le marbre de l’escalier,
Un léger froufrou de lumière
S’irise en bleuâtre poussière,
Au tournant de chaque palier.

La Lune, d’un pas familier,
Fait, dans sa ronde coutumière,
Sur le marbre de l’escalier,
Un léger froufrou de lumière.

Et Pierrot, pour s’humilier
Devant sa pâle Emperière,
Prosterne la blanche prière
De son grand corps en espalier
Sur le marbre de l’escalier.

Authorship

Go to the single-text view

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Souper sur l'eau [sung text not yet checked]

En d'alanguissantes yoles
Au pavillon de bleu turquin,
Pierrot, Colombine, Arlequin
Font saigner les rouges fioles.

Les femmes ont de lucioles
Diamanté leur casaquin,
En d'alanguissantes yoles
Au pavillon de bleu turquin.

Enrichissant ces fanfioles,
La lune luit comme un sequin,
Et sous un rose baldaquin
Madrigalisent les violes,
En d'alanguissantes yoles.

Authorship

Confirmed with Albert Giraud, Héros et Pierrots, Paris, Librairie Fischbacher (Collection des poètes français de l’étranger), 1898, pages 171-172.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Poussière rose [sung text not yet checked]

Une fine poussière rose
Danse à l’horizon du matin.
Un très doux orchestre lointain
Susurre un air de Cimarose.

Phœbé, comme une blanche rose,
Se meurt dans le ciel incertain.
Une fine poussière rose
Danse à l’horizon du matin.

Devant un Cassandre morose,
Fuit un falbala de satin
Qui traverse — en frôlant le thym
Qu’une fraîche rosée arrose —
Une fine poussière rose.

Authorship

Confirmed with Albert Giraud, Héros et Pierrots, Paris, Librairie Fischbacher (Collection des poètes français de l’étranger), 1898, pages 157-158.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

4. Parodie [sung text not yet checked]

Des aiguilles à tricoter
Dans sa vieille perruque grise,
La duègne, en casaquin cerise,
Ne se lasse de marmotter.

Sous la treille elle vient guetter
Pierrot dont sa chair est éprise,
Des aiguilles à tricoter
Dans sa vieille perruque grise.

Soudain elle entend éclater
Les sifflets pointus de la brise :
La lune rit de la méprise,
Et ses rais semblent imiter
Des aiguilles à tricoter.

Authorship

Go to the single-text view

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

5. Arlequin [sung text not yet checked]

[Plus beau que le]1 spectre solaire,
Voici le très mince Arlequin,
Qui chiffonne le casaquin
De la servante atrabilaire.

Afin d’apaiser sa colère,
Il fait miroiter un sequin
Plus beau que le spectre solaire,
Voici le mince Arlequin.

La vieille, empochant son salaire,
Livre Colombine au faquin,
Qui sur un grand ciel bleu turquin
Se dessine et chante lanlaire,
Plus beau que le spectre solaire.

Authorship

View original text (without footnotes)

Confirmed with Albert Giraud, Héros et Pierrots, Paris, Librairie Fischbacher (Collection des poètes français de l’étranger), 1898, pages 97-98.

1 Prohaska: "Brillant comme un"; further changes may exist not shown above.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

6. Cristal de Bohême [sung text not yet checked]

Un rayon de lune enfermé
Dans un beau flacon de Bohême,
Tel est le féerique poème,
Que dans ces rondels j’ai rimé.

Je suis en Pierrot costumé,
Pour offrir à celle que j’aime
Un rayon de lune enfermé
Dans un beau flacon de Bohême.

Par ce symbole est exprimé
O ma très chère, tout moi-même :
Comme Pierrot, dans son chef blême,
Je sens, sous mon masque grimé,
Un rayon de lune enfermé.

Authorship

Confirmed with Albert Giraud, Héros et Pierrots, Paris, Librairie Fischbacher (Collection des poètes français de l’étranger), 1898, pages 175-176.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]