Trois romances

by Bruno Gillet (b. 1936)

Word count: 303

1. Ô saisons, ô châteaux [sung text not yet checked]

Ô saisons, ô châteaux, 
Quelle âme est sans défaut? 

Ô saisons, ô châteaux, 

J'ai fait la magique étude 
Du bonheur,que nul n'élude. 

Ô vivre lui, chaque fois 
Que chante son coq gaulois. 

Mais! je n'aurais plus d'envie, 
Il s'est chargé de ma vie. 

Ce charme! il prit âme et corps, 
et dispersa tous efforts. 

Que comprendre à ma parole? 
Il fait qu'elle fuit et vole! 

Ô saisons, ô châteaux! 

Et, si le malheur m'entraîne, 
Sa disgrâce m'est certaine. 

Il faut que son dédain, las! 
Me livre au plus prompt trépas! 

Ô Saisons, ô Châteaux!

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Chanson de la plus haute tour [sung text not yet checked]

Oisive jeunesse
À tout asservie,
Par délicatesse
J'ai perdu ma vie.
Ah! que le temps vienne
Où les cœurs s'éprennent.

Je me suis dit : laisse,
Et qu'on ne te voie : 
Et sans la promesse
De plus hautes joies.
Que rien ne t'arrête
Auguste retraite.

J'ai tant fait patience
Qu'à jamais j'oublie;
Craintes et souffrances
Aux cieux sont parties.
Et la soif malsaine
Obscurcit mes veines.

Ainsi la Prairie
À l'oubli livrée,
Grandie, et fleurie
D'encens et d'ivraies,
Au bourdon farouche
De cent sales mouches.

Ah! Mille veuvages
De la si pauvre âme
Qui n'a que l'image
De la Notre-Dame!
Est-ce que l'on prie
La Vierge Marie ?

Oisive jeunesse
À tout asservie,
Par délicatesse
J'ai perdu ma vie.
Ah! que le temps vienne
Où les cœurs s'éprennent.

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Elle est retrouvée [sung text not yet checked]

 Elle est retrouvée.
 Quoi? - L'Eternité.
 C'est la mer allée
 Avec le soleil. 

 Ame sentinelle,
 Murmurons l'aveu
 De la nuit si nulle
 Et du jour en feu.

 Des humains suffrages,
 Des communs élans
 Là tu te dégages
 Et voles selon.

 Puisque de vous seules,
 Braises de satin,
 Le Devoir s'exhale
 Sans qu'on dise: enfin.

 Là pas d'espérance,
 Nul orietur.
 Science avec patience,
 Le supplice est sûr.

 Elle est retrouvée.
 Quoi? - L'Eternité.
 C'est la mer allée
 Avec le soleil.

Authorship

See other settings of this text.

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]