Trois ballades de Charles Duc d'Orléans

Song Cycle by Rudolf (Ruud) Leopold Koumans (b. 1929)

1. En la nef de bonne nouvelle [sung text not yet checked]

En la nef de bonne nouvelle
Espoir a chargié Reconfort
Pour l'amener, de par la belle,
Vers mon cueur qui l'ayme si fort.
A joye puist venir au port
De desir et, pour tost passer
La mer de Fortune, trouver
Un plaisant vent venant de France
Ou est a present ma maistresse
Qui est ma doulce souvenance
Et le tresor de ma liesse.

Certes, moult suy tenu a elle,
Car j'ay sceu par loyal rapport
Que contre Dangier, le rebelle,
Qui maintesfois me nuist a tort,
Elle veult faire son effort
De tout son povair de m'aidier.
Et pource lui plaist m'envoyer
Ceste nef plaine de plaisance
Pour estoffer la forteresse
Ou mon coeur garde l'esperanoe
Et le tresor de ma liesse.

Pource ma voulenté est telle
Et sera jusques a la mort
De tousjours tenir la querelle
De Loyauté ou mon ressort
J'ay mis ; mon coeur en est d'accort.
Si vueil en ce point demourer
Et souvent Amour mercier,
Qui me fist avoir l'acointance
D'une si loyalle princesse,
En qui puis mettre ma fiance
Et le tresor de ma liesse.

ENVOI

Dieu vueille celle nef garder
Des robeurs escumeurs de mer,
Qui ont a Dangier aliance ;
Car, s'ilz povoient, par rudesse
M'osteroient ma desirance
Et le tresor de ma liesse.

Authorship:

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Loyal espoir [sung text not yet checked]

BALADE.

Loyal espoir, trop je vous voy dormir,
Resveilliez vous et joyeuse pensée,
Et envoyez ung plaisant souvenir
Devers mon cueur, de la plus belle née
Dont aujourduy coure la renommée;
Vous ferez bien d'ung peu le resjoir,
Tristesse s'est avecques lui logiée,
Ne lui vueilliez à son besoing faillir.

Car Dangier l'a desrobé de plaisir,
Et que pis est, a de lui eslongnée
Celle qui plus le povoit enrichir;
C'est sa dame tres loyaument amée.
Oncques cueur n'eut si dure destinée
Pour Dieu, Espoir, venez le secourir,
Il a en vous sa fiance fermée,
Ne lui vueilliez à son besoing faillir.

Par povreté lui fault son pain querir
A l'uis d'Amours par chascune journée,
Or lui vueilliez l'aumosne departir
De liesse, que tant a désirée:
Avancez vous, sans faire demourée
Pensez de lui, vous savez son desir,
Par vous lui soit quelque grace donnée,
Ne lui vueilliez à son besoing faillir.

L'ENVOY.

Seule sans per, de toutes gens louée,
Et de tous biens entierement douée,
Mon cueur ces maulx seuffre pour vous servir,
Sa loyaulté vous soit recommandée
Ne lui vueilliez à son besoing faillir.

Authorship:

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

3. Si Dieu plait 

Si Dieu plait
 . . . . . . . . . .

— The rest of this text is not
currently in the database but will be
added as soon as we obtain it. —

Authorship:

Total word count: 399