Trois poèmes de Charles d'Orléans

Song Cycle by Roger-Thomas Calmel (1921 - 1998)

Word count: 129

1. Dedans mon livre de pensé [sung text not yet checked]

Dedens mon Livre de Pensee, 
J'ay trouvé escripvant mon cueur 
La vraye histoire de douleur, 
De larmes toute enluminee, 
En deffassant la tresamee 
Ymage de plaisant doulceur, 
Dedens mon Livre de Pensee.

Helas ! ou l'a mon cueur trouvee ? 
Lez grossez gouttez de sueur 
Lui saillent, de peinne et labeur 
Qu'il y prent, et nuit et journee, 
Dedens mon livre de Pensee.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

  • ENG English [singable] (Gertrude Norman)

Modernized version:
Dedans mon Livre de Pensée, 
J'ai trouvé écrivant mon cœur 
La vraie histoire de douleur, 
De larmes toute enluminée,
En effaçant la très aimée 
Image de plaisant douceur, 
Dedans mon Livre de Pensée !
Hélas ! où l'a mon cœur trouvée ? 
Les grosses gouttes de sueur 
Lui saillent, de peine et labeur 
Qu'il y prend, de nuit et journée, 
Dedans mon Livre de Pensée !

Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

2. Les fourriers d'été sont venus [sung text not yet checked]

Les fourriers d'Este sont venus
Pour appareillier son logis,
Et ont fait tendre ses tappis,
De fleurs et verdure tissus.

En estandant tappis velus,
De vert herbe par le pais,
Les fourriers d'Este sont venus
Pour appareillier son logis.

Cueurs d'ennuy pieca morfondus,
Dieu mercy, sont sains et jolis ;
Alez vous en, prenez pais,
Yver, vous ne demourres plus ;
Les fourriers d'Este sont venus.

Authorship

See other settings of this text.

Available translations, adaptations or excerpts, and transliterations (if applicable):

Modernized version:
Les fourriers d'Eté sont venus
Pour appareiller son logis,
Et ont fait tendre ses tapis,
De fleurs et verdure tissus.

En étendant tapis velus,
De vert herbe par le pays,
Les fourriers d'Eté sont venus
Pour appareiller son logis.

Cœurs d'ennui piéça morfondus,
Dieu merci, sont sains et jolis ;
Allez-vous-en, prenez pays,
Hiver, vous ne demeurez plus ;
Les fourriers d'Eté sont venus.


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]