by Guillaume de Machaut (c1300 - 1377)

Qui bien aimme à tart oublie
Language: French (Français) 
Qui bien aimme à tart oublie,
Et cuers qui oublie à tart
Ressamble le feu qui art,
Qui de legier n'esteint mie;
Aussi qui ha maladie,
Qui plaist, envis se depart.
En ce point, se Dieus me gart,
Me tient Amours et maistrie.

Quar Plaisence si me lie
Que ja mais l'amoureus dart
N'iert hors trait, à tiers n'à quart,
De mon cuer, quoy que nuls die;
Car tant m'a fait compaignie
Que c'est niant dou depart
Ne que ja mais par nul art
Soit sa pointure garie,

Qu'envis peut on desraciner
Un grant arbre, sans demourer,
De la racine
Qu'on voit puis flourir et porter
Et ses branches croistre et geter
En brief termine.

Certes, einsi est il d'amer;
Car quant mes cuers se vuet enter
En amour fine,
Envis puet s'amour oublier,
Einsois adès par ramembrer
A li s'encline.

Car l'iaue qui chiet desseure
La racine qui demeure
Fait renverdir et florir
Et porter fruit;
Tout einsi mes cuers qui pleure
Parfondement à toute heure
Acroistre mon souvenir
Fait jour et nuit.

Et c'est ce qui me deveure,
C'est ce qui mon vis espleure,
C'est ce pour quoi je soupir;
A ce me duit
Vraie Amour, qui me court seure,
Et Bonté que si saveure
Qu'en moy ne puissent morir:
Ce me destruit.

Raisons et Droiture,
Plaisence et Nature
Font par leur pooir
Toute creature
De volenté pure
Tendre à mieus valoir.

Et je m'asseüre
Que, tant com je dure,
Ne porray veoir
Amour si seüre,
Bonté si meüre
Na tant de savoir.

Aussi voit en clerement
Que li cuer qui loyaument
Et sans folour
Aimment de tres fine amour
Cuident souvent
Qu'en milleur et en plus gent
Aient sejour,
Car plaisence et sa vigour
Ce leur aprent.

Or say je certeinnement
Que mienne estoit ligement
La droite flour
De ceaus qui ont plus d'onnour,
Quar toute gent
Disoient communement,
Et le millour,
Qu'il avoit toute valour
Entierement.

Et quant si bon me millour ne plus cointe
N'est, ne si bel ne d'onneur si acointe,
A droit jugier,
Mervillier
Ne se doit
Nulz, se ne vueil par l'amoureuse pointe
Nouvellement d'autre amour estre pointe.
Pour ce changier
Ne me quier;
Et j'ay droit.

Qu'en mon cuer est si tres ferme et si jointe
L'amour de li qu'estre n'en puet dejointe,
Car cuer entier
Qui trichier
Ne saroit
Par souvenir vuet que dou tout m'apointe,
Si qu'autre amour n'entrepreingne n'acointe,
Qu'autre acointier
Empirer
Me feroit.

Dont le bon recort
Qui de li recort
Fait qu'à ce m'acort
Que ja ne soie en acort
D'avoir autre amy;
Mais en desconfort,
Sans nul reconfort,
De tout mon effort
Vueil pleindre et plourer sa mort
En disant einsi.

"Amis, mi confort,
Mi joieus deport,
Ma pais, mi ressort
Et tuit mi amoureus sort
Estoient en ty.
Or ay un remort
De toy, qui me mort
Et point si tres fort
Qu'o toy sont tuit mi bien mort
Et ensevely.

Dous amis, tant fort me dueil,
Tant te plaint,
Tant te complaint
Le cuer de moy,
Tant ay grief que, par ma foy,
Tout mal recueil;
Dont mi oueil
Que souvent mueil
Et cuer estreint,
Viaire pali et taint,
Garni d'effroy
Et d'anoy,
Sans esbanoy,
Monstrent mon dueil.

Dous amis, seur ton sarcueil
Sont mi plaint
Et mi complaint;
Là m'esbanoy
Par pensée, là te voy
Plus que ne sueil,
Là me vueil,
Là sont mi vueil,
Là mes cuers maint.
La Mort pri que là me maint,
Car là m'ottroy,
Là, ce croy,
De la mort doy
Passer le sueil.

Là souspire,
Là s'aïre
Mes cuers qui tant a martyre
Et de mortel peinne
Et tant d'ire
Qu', à voir dire,
Son mal ne porroit descrire
Creature humeinne.

Là s'empire,
Tire à tire,
Là ne fait que fondre et frire,
Là son dueil demeinne,
Là sans rire
Se martire,
Là se mourdrist, là desire
Qu'il ait mort procheinne.

Dous amis, tant ay grevence,
Tant ay grief souffrance,
Tant ay dueil tant ay pesence,
Quant ja mais ne te verray,
Que doleur me point et lance
De si mortel lance
Au cuer qu'en desesperence
Pour toy mes jours fineray.

En toy estoit m'esperence
Toute et ma fiance,
Ma joie, ma soustenance.
Lassette! or perdre les ay.
Bien pert à ma contenence
Et à ma loquence,
Car maniere ne puissance
N'ay; tant me dueil et esmay.

A cuer pensis
Regret et devis
Ton haut pris
Que tant pris;
Einsi le convient.
Et vis à vis
Te voy, ce m'est vis,
Dous amis,
Et toudis
De toy me souvient.

Mes esperis
Et mes paradis
Estient mis
Et assis
Et toy; s'apartient
Que soit fenis
Mes cuers et peris,
Qu'est chetis
Et remis,
Quant vie ne le tient.

Amis, je fusse moult lie,
S'eüsses cuer plus couart:
Mieus vausist à mon esgart
Que volenté si hardie.
Mais honneur, chevalrie
Et tes renons qui s'espart
Par le monde en mainte part
Ont fait de nous departie.

Ta mort tant me contralie
Et tant de maus me repart,
Amis, que li cuers me part.
Mais einsois que je devie,
Humblement mes cuers supplie
Au vray Dieu qui nous regart
De si amoureuse regart
Qu'en livre soiens de vie."

About the headline (FAQ)

Authorship

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

This text was added to the website between May 1995 and September 2003.
Line count: 210
Word count: 860