by Gustave Nadaud (1820 - 1893)

Le froid à Paris
Language: French (Français) 
Il faisait froid, le six Janvier,
Paris était gelé sur place,
Le Thermomètre Chevalier
Marquait dix degrés sous la glace.
Les employés dans leur bureau
Se chauffaient autour d'un grand poële,
Et je songeais aux porteurs d'eau,
Qui sont mouillés jusqu'à la moëlle.

Les passants, laids à faire peur,
Agitaient leurs jambes rétives
Et lançaient des flots de vapeur
A l'instar des locomotives.
Des cachenez d'un goût affreux
Laissaient voir des fronts blancs et rouges ...
Et je pensais aux malheureux
Qui n'ont pas de feu dans leurs bouges.

Une élégante, au pied cambré,
Sur le sol battait la mesure,
Son corps paraissait enterré
Dans le velours et la fourrure.
Ses yeux, soleils parisiens,
Cachaient leurs rayons sous un voile ...
Et je songeais aux bohémiens,
Qui couchent à la belle étoile.

Près d'un hôtel passant le soir
Je vis, se dressant sur les hanches,
Des cavaliers en habit noir
Danser avec des robes blanches ;
Ils bondissaient sur les planchers
Comme des bons-hommes de liège ...
Et je songeais à leurs cochers,
Qui les attendaient sur leur siège !

Je rentrai chez moi tout transi ;
Mais, quel dénouement de théâtre !
L'amitié m'attendait ici,
Un bon feu pétillait dans l'atre.
A ces deux intimes foyers
S'échauffa notre causerie ...
Et nous pensions aux prisonniers,
Qui sont là-bas en Sibérie !

Authorship

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)


Researcher for this text: Johann Winkler

This text was added to the website: 2020-05-16
Line count: 40
Word count: 222