by Rodolphe Darzens (1865 - 1938)

Madrigal
Language: French (Français) 
Je le sais, lente visiteuse 
Dont j’adore les petits pas, 
Ta douce parole est menteuse, 
Ta prunelle n’éclaire pas! 

Mais sites paupières sans fièvres 
Ne cachent point d’astres égaux, 
Si les mots que chantent tes lèvres 
Dans mon cœur restent sans échos

Tes chers yeux disent bien des choses 
Musicales ; ta chère voix 
— Singulières métamorphoses — 
Est une clarté que je vois! 

Et tandis qu’éperdu, j’écoute 
Avec mes regards tes aveux, 
Ta chanson dissipe mon doute, 
Nuit plus sombre que tes cheveux!

Confirmed with Anthologie des poètes français du XIXème siècle, **** 1852 à 1866, Alphonse Lemerre, éditeur, 1888, pages 334-343.


Authorship

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)


Researcher for this text: Andrew Schneider [Guest Editor]

Text added to the website: 2019-09-07 00:00:00
Last modified: 2019-09-07 15:01:42
Line count: 16
Word count: 84