Le rouge‑gorge
Language: French (Français) 
J'ai fait ce rêve, ô ma chérie : 
-- Nous aurions en pleine forêt 
Un toit, près d'un bout de prairie 
Où, dans la grande herbe fleurie, 
Un rouge-gorge nicherait.

C'est l'oiseau des amours ferventes ;
Son poitrail, pareil en couleur 
Aux sorbes déjà mûrissantes,
Porte les marques transparentes
Du sang vif qui brûle son cœur. 

Son nid de feuilles, sous le hêtre,
Serait notre porte-bonheur ;
L'air plus frais, quand le jour va naître,
Nous enverrait par la fenêtre 
L'aubade de ce gai sonneur. 

Et quand la nuit sur la colline 
Descendrait à pas de velours,
L'oisillon à fauve poitrine,
Avec sa frêle voix câline,
Bercerait nos chaudes amours. 

Il chanterait quand mai décore 
De muguets clairière et buisson, 
Et nous l'entendrions encore, 
Grisé des mûres qu'il picore, 
Chanter à l'arrière-saison. 

Quand la neige aux vitres se tasse, 
Nous ouvririons pour le frileux 
Le vitrail tout frangé de glace : 
-- Viens, rouge-gorge, prends ta place
Au bon feu clair, entre nous deux !

Et le chantre aux noires prunelles,
Pour payer l'hospitalité,
Nous dirait en battant des ailes 
La chanson des amours fidèles
Qui flambent hiver comme été. 

E. Lalo sets stanzas 1, 5-7

Confirmed with André Theuriet (Bonnemain), Pages choisies des Auteurs contemporains, Paris, Armand Collin et Cie, 1898, pages 272-273.


Authorship

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)


Researcher for this text: Emily Ezust [Administrator]

This text was added to the website between May 1995 and September 2003.
Line count: 35
Word count: 188